À voir autour
Voir plus
Ouvrir
Fermer
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter

Oups... Il semblerait que Cirkwi n'ait pas l'autorisation d'utiliser votre position.

Description
Carte
Points d'intérêt
Notes et avis
À voir autour

Route de la Potasse

Salle des pendus - carreau Joseph Else
Carreau Rodolphe
Chevalement Théodore
Eglise Ste Barbe
Ecole Mélusine de Staffelfelden
Crédit : Kalivie

Description

Le 11 juin 1904, grâce à l’obstination d’Amélie Zurcher, Joseph Vogt et Jean-Baptiste Grisez découvrent un gisement de potasse près de Wittelsheim. Cette découverte marque le début de la riche histoire minière du bassin potassique, qui durera près d’un siècle : 24 puits, 11 mines, 222 km2 de sous-sol exploité, plus de 560 millions de tonnes de sel extraites et jusqu’à 13 880 mineurs employés….
Tout au long de la Route de la Potasse, familiarisez-vous avec le quotidien des mineurs et plongez au cœur de la vie minière ! Partez sur les traces de cette activité qui a légué au bassin potassique un important patrimoine matériel et culturel, mais aussi une mémoire vivante que des associations transmettent avec passion.
La Route de la Potasse permet de conjuguer la visite guidée de carreaux miniers et de leurs espaces d’exposition, la traversée de cités minières et la découverte de lieux remarquables liés à l’histoire des mines.
Chevalement, salle des pendus, faux-carré et lampisterie n’auront bientôt plus de secret pour vous !

La Route de la Potasse fait l’objet d’une signalétique particulière et est jalonnée de panneaux explicatifs.

Informations techniques

Ce circuit a été mis à jour le : 14/05/2017
19 km
7 h
max. 271 m
min. 227 m
72 m

Profil altimétrique

Point de départ

23 av joseph else , 68310 Wittelsheim
Lat : 47.78074Lng : 7.22791

Points d'intérêt

image du object

La découverte de la Potasse

L’aventure minière du bassin potassique débute par un rêve, celui d’Amélie Zurcher. Propriétaire de la ferme du Lutzelhof, la grande sécheresse de 1893 l’oblige à trouver de nouvelles ressources pour éviter la ruine : « Une nuit, je me réveillai avec la certitude que quelque chose était caché sous nos terres qui devait m'assurer la fortune que la pauvreté du sol me refusait ». Elle parvient en 1904 à convaincre Joseph Vogt et Jean-Baptiste Grisez de sonder le sol de ses terres, espérant y trouver de la houille. Le forage débute le 11 juin 1904 à Wittelsheim, à l’emplacement de l’actuel terril Joseph Else. Il permet de découvrir un gisement de sylvinite dont l’exploitation industrielle débutera dès 1910 : le chlorure de potassium (« potasse ») qui en est extrait est commercialisé essentiellement pour en faire de l’engrais. Cette épopée minière, qui durera un siècle, provoquera une transformation profonde du paysage et de la vie économique et sociale du bassin potassique. Les anciens mineurs de l'association Kalivie vous permettent de découvrir, dans l'ancien vestiaire du carreau, l’histoire du site et le travail de la mine. La collection minéralogique des Mines de Potasse d'Alsace, unique au monde, y est également présentée.

23 av joseph else 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Carreau Minier Joseph Else

Le carreau Joseph Else a conservé les structures caractéristiques de l’exploitation minière : les puits Joseph et Else, leurs chevalements et machines d’extraction ainsi que les bâtiments attenants, dont la construction témoigne d’une unité architecturale remarquable. Foncés entre 1911 et 1913, à une profondeur comprise entre 505m et 545m, les puits Joseph et Else portent le nom de Joseph Vogt, l’un des découvreurs de la potasse, et de sa belle-sœur. Près de 1000 mineurs y travailleront dans les années 1950. Après extraction de plus de 22 millions de tonnes de minerai brut, l’exploitation de la mine Joseph Else est arrêtée en 1966. Le site sera utilisé plus tard par l’entreprise Stocamine. Les anciens mineurs de l'association Kalivie vous permettent de découvrir, dans l'ancien vestiaire du carreau, l’histoire du site et le travail de la mine. La collection minéralogique des Mines de Potasse d'Alsace, unique au monde, y est également présentée.

23 av joseph else 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Vestiaire Joseph Else - Espace Kalivie

L’ancien vestiaire du Carreau Joseph Else est entretenu par l’association Kalivie. Fondée en 1998, Kalivie vise à sauvegarder, mettre en valeur, partager et diffuser le patrimoine des MDPA et la mémoire du bassin minier. A l’intérieur du bâtiment classé monument historique, chargé d’histoire, la salle des pendus originale du carreau présente des expositions thématiques. La collection minéralogique des MDPA (Mines Domaniales de Potasse d’Alsace), d’une richesse unique au monde, explique ce qu’est la potasse et comment s’est formé le bassin potassique. Kalivie propose un véritable voyage au cœur du métier de mineur : visites guidées faites par d’anciens mineurs, découverte des techniques et matériels utilisés aux mines, découverte du patrimoine du Bassin potassique et de la géologie régionale, jardin géologique à l’arrière du bâtiment, accueil du public, manifestations scientifiques et culturelles etc.

19 av joseph else 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Cité minière Joseph Else

Edifiée entre 1920 et 1933, sur 4 hectares, la cité était composée de 58 logements : comme les 29 autres cités du bassin potassique, elle se trouve à proximité immédiate des mines. L’ « avenue » Joseph Else, qui mène à la mine, est la seule du nom dans le bassin potassique. On peut voir dans l’Avenue Joseph Else et dans la rue Forestière parallèle des habitats typiques des cités minières : maisons d’ingénieurs entourées d’un parc, maisons d’ouvriers dont certaines ont conservé leurs bardages en bois d’origine, ancien dépôt d’incendie reconverti en maison d’habitation…. A l’entrée de la cité, la coopérative bâtie en 1927 permettait aux mineurs et à leurs familles de s’approvisionner. Place Blériot se dressait une chapelle, la première bâtie par les Mines, destinée également aux fonctions de buanderie commune et de bains-douches ! Elle fut détruite durant les combats de la libération, en 1945.

1 pl louis bleriot 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Salle Grassegert

Achevée en 1937, la salle des fêtes de la cité Grassegert devient le centre de la vie associative et sociale du bassin minier. Plus de 1000 personnes s’y pressaient lors des bals populaires. Le lieu a notamment été un point de rassemblement lors des grandes manifestations de 1936. La salle est remarquable de par les aménagements techniques qui y ont été réalisés : cloisons amovibles, éclairage occultable, décaissement de la salle… Cédée par les MDPA à la ville de Wittelsheim le 6 avril 1998, contre un franc symbolique, elle est inscrite quelques mois plus tard à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. La salle dispose de 592 places et peut accueillir des spectacles, séances de cinéma, gymnastique et fêtes diverses. Un règlement fixe les conditions dans lesquelles la salle des fêtes peut être mise à disposition de diverses sociétés. Kalivie y organise toujours la traditionnelle fête de Ste Barbe, patronne des mineurs, le 4 décembre.

111 de Reiningue 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Stade ASCA

Le stade ASCA (Association Sportive des Colonies Amélie) s’élève sur l’emplacement de l’ancien foyer des mineurs célibataires de la cité Grassegert. Né en 1925 de la volonté de quelques copains férus de football, l’ASCA Wittelsheim connaîtra l’élite régionale après la guerre en faisant, en 1949/50, sa première saison en Division Honneur. Par la suite, le club jonglera entre CFA / CF3 durant un quart de siècle, pour finalement remporter à quatre reprises la COUPE d’ALSACE (49/50, 50/51 et 52/53). Des rangs de l’ASCA sont sortis des pros tels que NOVOTARSKI, UGARENKO, RIGONI, RUST, PFERTZEL. L’ASCA Wittelsheim était appelée « le petit Barça du Bassin potassique ». Le club de foot est un mélange heureux entre la culture des mineurs (qui y ont apporté leurs vertus de courage, de solidarité et de camaraderie), et la culture alsacienne (rigueur et travail bien fait) ! L’histoire de l’ASCA est marquée par la famille HARDY et notamment par Hippolyte, qui en fut président de 1951 à 1989. L’ASCA a créé de nombreuses autres sections sportives : le basket, l’athlétisme, le handball, la boxe, le rugby, le tennis et l’escrime.

114 r de reiningue 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Eglise St Michel et affaissements de terrains

L’exploitation du gisement de potasse a entraîné des affaissements de terrain, causant des dégâts à certains bâtiments, routes ou voies de chemin de fer. Dans le secteur de Wittelsheim, des mouvements de sol ont provoqué, dès 1958, des fissures dans le bâtiment de l’église paroissiale St Michel. En 1966, anticipant sur les affaissements de terrain futurs et les risques d’inclinaison du clocher de l’église, haut de plus de 40m et pesant 2400 tonnes, le sauvetage de l’édifice est lancé par les MDPA. Un sanctuaire provisoire, en tôles métalliques et en forme de demi-cylindre, pouvant accueillir plus de 1000 fidèles, est édifié place de la Kilbe. Une entreprise parisienne est alors chargée des travaux de consolidation de l’église St Michel : creusement de tranchées de décompression, démolition de la voûte du chœur, désolidarisation de la tribune, protection des vitraux etc. L’opération la plus spectaculaire concerne le redressement du clocher : après avoir été désolidarisé de la nef, il est mis sur 16 vérins hydrauliques de 200 tonnes chacun pour être maintenu à la verticale. Après la stabilisation des terrains en 1973 et la restauration de l’édifice, l’église St Michel est réouverte aux fidèles le 7 décembre 1975, à l’occasion de la Ste Barbe des mineurs. L’église provisoire sert alors de salle de gymnastique, jusqu’à sa démolition en 1987.

2 r d'ensisheim 68310 Wittelsheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Ecole Mélusine - Cité minière Rossalmend

Village agricole de 253 habitants en 1910, Staffelfelden s’est fortement et rapidement développé après le fonçage des puits Marie et Marie-Louise en 1913, puis la mise en service du carreau. L’activité minière est alors devenue le moteur économique de la commune jusqu’à la fin du XXème siècle. Pour loger les mineurs, une petite cité (14 maisons) est construite au village dès le début de l’exploitation. Puis, à partir de 1925, les MDPA (Mines Domaniales de Potasse d’Alsace) édifient la cité Rossalmend qui comporte près de 700 maisons au style architectural très typé. Le développement de la cité s'accompagne d’une explosion démographique : 449 habitants en 1921, 673 en 1926, 2057 en 1931, 2457 en 1946… La cité minière réunit, dans un périmètre restreint, tous les constituants nécessaires à la vie de la communauté des mineurs : des écoles, une chapelle (puis une église), une salle des fêtes, une MJC (puis un Centre des Loisirs Utiles), une pharmacie et un centre médical longtemps réservés aux mineurs. Edifiée en 1928, l’école Mélusine, comme toutes les rues de la cité Rossalmend, tire son nom des contes de fées. Cette dénomination thématique se retrouve dans d’autres cités minières : inventeurs et découvreurs (cité Graffenwald), fleurs et villes (cités Amélie 1 et 2)…

25 r des fees 68850 Staffelfelden
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Carreau minier Marie-Louise

La loge du portier et l’ancien réfectoire (reconverti en salle de sport) sont des vestiges du carreau Marie-Louise, qui doit son nom à l’épouse de Joseph Vogt, l’un des découvreurs de la potasse d'Alsace. Les deux puits de la mine (Marie et Marie-Louise) ont été foncés en 1913, à une profondeur comprise entre 600 et 700m. Après la mise en service du puits Staffelfelden en 1972, la mine Marie-Louise est devenue l'une des plus productives de l’ensemble du bassin potassique alsacien (plus de 86 millions de tonnes de minerai brut ont été extraites). Cependant, à partir de 1975, l’activité a baissé progressivement jusqu’à la fermeture des puits (1998 pour Marie et Marie-Louise, 2001 pour Staffelfelden). Après la démolition du carreau minier, lancée en 1999, le site a fait l’objet d’un plan de reconversion. La zone Nord, ancien espace de stockage du sel gemme, est investie par un Hélioparc, œuvre d’un investisseur privé : les hangars surmontés de panneaux photovoltaïques sont occupés par des entreprises, créant une centaine d’emplois sur site. La zone Sud, qui se trouve sur l’ancien carreau proprement dit, connaîtra en 2017 un décollage économique.

16 A r marie louise 68850 Staffelfelden
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Puits Rodolphe 1

Le 6 juin 1910, Joseph Vogt, l’un des découvreurs de la Potasse d’Alsace, crée à Mulhouse la société des Mines de Kali Ste Thérèse et rachète les concessions Alex et Rodolphe. Le puits Rodolphe 1 est foncé entre 1911 et 1913 à une profondeur de 711m. Il doit son nom à Rudolph von Koch, principal dirigeant de la Deutsche Bank de Berlin. Son chevalement métallique, qui culmine à 40m, a été construit en 1912 par l’entreprise Zehnle-Tscheiller. Destiné à l’origine à l’aérage de la mine Alex, distante d’un km, il assurera de 1929 à 1954 une partie de l’extraction du puits Rodolphe 1. Le puits sera ensuite utilisé pour l’entrée d’air et de service de Rodolphe 2, avant d’être définitivement comblé. Dans le bâtiment se trouve la plus ancienne machine d’extraction du bassin potassique toujours en état de marche. Elle date de 1912. Avec son pendant Rodolphe 2, le chevalement Rodolphe 1 est le seul chevalement d’origine encore visible dans le bassin potassique. Accompagnés par les anciens mineurs du Groupe Rodolphe, vous pourrez découvrir le carreau minier, ses machines réhabilités et espaces reconstitués dans le cadre de visites guidées.

68840 Pulversheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Carreau Rodolphe

L’ancien site de la mine Rodolphe, qui a été en activité de 1911 à 1976, est un exemple rare de grand ensemble minier cohérent, presque complet, qui permet de comprendre comment fonctionnait cette industrie de la potasse. L’association Groupe Rodolphe est présente sur le site depuis plus de 20 ans. Forte du dynamisme de ses nombreux membres actifs, elle réhabilite des machines et matériels miniers et reconstitue des chantiers caractéristiques des méthodes d’exploitation de la potasse en Alsace. Elle présente au public une importante collection de machines, en particulier les deux machines d’extraction d’origine, restaurées et en état de marche, ainsi qu’une flotte de véhicules de transport du fond et les engins de creusement des galeries. Des chantiers de production reconstitués et des bâtiments à l’architecture monumentale, hérités de la société des Mines de Kali Sainte Thérèse, sont également visibles.

68840 Pulversheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Puits Rodolphe 2

Surmontant le puits foncé entre 1925 et 1928 à une profondeur de 744m, le chevalement Rodolphe 2 est l’unique chevalement du bassin potassique à porter son nom au sommet. De type anglais, construit en 1928 et culminant à 53 m de hauteur, il est le premier puits en béton du bassin potassique. Le chevalement est intégré à la recette du puits. Ce bâtiment monumental fait 78 mètres de long, 37 mètres de large et 30m au faîtage. La machine d’extraction du puits, mise en place en 1928, a été réhabilitée par le Groupe Rodolphe et est visible lors des visites guidées du site. Particularité unique dans le bassin potassique, le machiniste est installé dans un poste de commande en hauteur. Accompagnés par les anciens mineurs du Groupe Rodolphe, vous pourrez découvrir le carreau minier, ses machines réhabilités et espaces reconstitués dans le cadre de visites guidées.

68840 Pulversheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Ancienne Ecole des Mines

La société minière Kali Ste Thérèse construit en 1930 le « dortoir de la cité de Pulversheim » : ce foyer vise à héberger les travailleurs célibataires, dont un grand nombre vient de l’étranger, principalement de Pologne. En effet, au sortir de la 1ère guerre mondiale, les besoins en main-d’œuvre importants ont entraîné le recrutement massif de travailleurs étrangers. De nombreux paysans, fuyant la misère de l’après-guerre, sont arrivés de Pologne, qui a signé en 1919 une convention avec la France. Dans le bassin potassique, leur effectif passe de 204 à la fin 1923 à 3200 fin 1929. Outre les Polonais, de nombreux maçons italiens ont également émigré vers le bassin potassique, où ils ont travaillé à la construction des cités minières. Mais la grande crise de 1931, qui se prolonge jusqu’en 1936, entraîne le renvoi de nombreux travailleurs ; les dortoirs se vident et sont fermés en 1933. En 1938, Kali Ste Thérèse transforme le bâtiment en Bureau Central. Mais la guerre approche et la société se replie sur Mulhouse. En 1941, l’occupant allemand installe dans le bâtiment la Bergmännische Bergschule, rejointe par L’Ecole des Mines de Mulhouse (Bergschule Mülhausen), destinée à la formation du personnel d’encadrement. Le bâtiment abritera l'Ecole des Mines jusqu'aux dernières embauches de mineurs. Il sera alors transformé en Centre de formation professionnelle.

5 r de mulhouse 68840 Pulversheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

L'ancienne ferme de Schoenensteinbach (actuelle Maison du Bassin Potassique)

Occupé dès le XIème siècle par les sœurs du couvent de Lucelle, le site est ravagé durant la Révolution qui n’épargne que quelques bâtiments de ferme et l’hôtellerie en bord de route. Les Mines Domaniales de Potasse d’Alsace acquièrent le domaine en 1920 en prévision de la construction de nouveaux sièges d’extraction. En attendant, pour ne pas laisser les terres inutilisées, du fourrage est récolté pour les chevaux travaillant au fond des mines et de l’avoine est cultivé. L’idée d’aménager une ferme modèle émerge peu à peu et, en 1928, un élevage de vaches est créé: le lait servira aux œuvres sociales, aux enfants et aux malades. L’exploitation, qui comprend aussi la ferme St Georges d’Ensisheim, s’étend. Elle s’oriente vers l’élevage des bovins, ovins et porcins, ainsi que l’expérimentation d’engrais sur les différentes cultures. Après la destruction de la majeure partie des bâtiments et du cheptel durant la seconde guerre mondiale, les activités de la ferme diminuent progressivement. Le bâtiment est racheté par la ville de Wittenheim, puis la Communauté de Communes du Bassin Potassique qui en fait son siège après l’avoir réhabilité.

260 rte de soultz 68270 Wittenheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Eglise Ste Barbe

L’église Ste Barbe se trouve au cœur d’une cité minière édifiée sous l’impulsion de Pierre de Retz, premier directeur général des MDPA (1921-1936). Sa construction débute en 1928, et l’édifice est consacré en 1929. La même année, Pierre de Retz rencontre sur un paquebot qui le ramène des Etats-Unis le peintre George Desvallières, ancien élève de Delaunay et de Gustave Moreau. Il lui propose de réaliser le décor de l’église Ste Barbe. Desvallières, qui a combattu au Vieil Armand durant la Première Guerre Mondiale et a perdu son fils dans le conflit, est tenté par le projet de décorer un sanctuaire en Alsace. Avec l’aide de ses élèves des Ateliers d’Art Sacré, il réalise entre 1929 et 1933 le Triomphe de Ste Barbe (voûte du chœur), le chemin de croix monumental, les dix commandements, le décor de la chapelle des fonts baptismaux et les cartons des vitraux. L’église, qui est classée monument historique en 1993, est cédée par les MDPA à la ville de Wittenheim en 1995.

18 A av bruat 68270 Wittenheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Mémorial des Mineurs

Le mémorial des Mineurs rend hommage aux 827 victimes d’accidents de la mine dans le Bassin Potassique. L’œuvre de plus de 7 tonnes, réalisée en grès des Vosges par l’artiste Valérie Gerrer-Hug, a été inaugurée en 2012. La stèle, sur laquelle est visible la tête d’un mineur, évoque notamment la forme d’un chevalement. Sur les 4 piliers du « chemin de la mémoire » sont gravés les noms des 827 mineurs morts au travail entre 1908 et 2001. La plus jeune victime, Robert Schaffold, âgée de 14 ans, est décédée en 1916. Les noms des victimes peuvent être découverts en empruntant le chemin de la mémoire.

42 r du general de gaulle 68270 Ruelisheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter
image du object

Carreau Théodore

Wittenheim est une ancienne ville minière du bassin potassique. De ses trois carreaux miniers (Fernand, Anna et Théodore), seul le carreau Théodore est toujours visible. Des éléments essentiels de l’histoire minière de ce carreau ont été conservés, à l’image du chevalement Théodore. En métal, de type allemand, il a été utilisé jusqu’en 1986, date de l’arrêt du puits. Il a été réhabilité et est inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1995. A proximité, le terril Théodore, constitué entre 1912 et 1959, s’étendait sur 4,4 hectares et culminait à 22 mètres. Composé de plus d’1,5 millions de tonnes de résidus, dont 930 000 tonnes de sel, il a été traité par dissolution accélérée entre 1998 et 2002. Végétalisé, il s’élève actuellement à 8 -10m. Le terril Eugène, l’ancien laboratoire des MDPA, la remise à incendie du Puits Théodore et la salle des machines ont également été conservés. Ils sont visibles depuis le site du mémorial.

48 r du general de gaulle 68270 Ruelisheim
- Office de Tourisme et des Congrè -
Consulter

Informations complémentaires

Pour connaître les horaires d'ouverture des sites...

Cliquez sur le site concerné !

L'Office de Tourisme organise des visites de la Route de la Potasse ! Renseignements et inscriptions :

Office de Tourisme et des Congrès de Mulhouse et sa région
1 avenue R. Schuman - 68100 Mulhouse
03 89 35 48 48
www.tourisme-mulhouse.com ou bit.ly/route_potasse
www.jaienvie.de/mulhouse-alsace
www.mulhouse-alsace.fr

Types de sol

Bitume

Auteur de la donnée

proposé par Office de Tourisme et des Congrè
France

Notes et avis

À voir autour
Voir plus
Ouvrir
Fermer
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter