Déjà inscrit ? Connectez-vous
Canal de Bourgogne vallonné et dominé par le château de Châteauneuf
Canal de Bourgogne vallonné et dominé par le château de Châteauneuf

Canal de Bourgogne vallonné et dominé par le château de Châteauneuf

Crédit : Pline

Le canal de Bourgogne relie le bassin de la Seine avec le bassin du Rhône.
À la fin des années 1960, le canal de plus en plus concurrencé par le transport par route n'est plus utilisé pour le trafic des marchandises. Il est désormais le domaine exclusif de la navigation de plaisance. La construction du canal de Bourgogne est envisagée dès le règne d'Henri IV vers 1605, mais sa réalisation se heurte au problème du franchissement des collines du Morvan. Louis XV signe un édit ordonnant la réalisation du canal de Bourgogne le 7 septembre 1773.

Le canal de Bourgogne est ouvert d'avril à fin octobre et est exclusivement destiné à la navigation de plaisance. Il est devenu en quelques années un atout important du tourisme en Bourgogne. Son parcours central très bucolique dans un paysage vallonné et dominé par le château de Châteauneuf est en effet très apprécié par une clientèle essentiellement d'origine étrangère. Ses paysages champêtres ont régulièrement été utilisés par le cinéma : l'écluse dite de « Baugey », entre Pont-d'Ouche et Veuvey-sur-Ouche, a ainsi servi de comme décors extérieurs à la célèbre scène du film de Bertrand Blier, Les Valseuses, où Miou-Miou est jetée à l'eau par Gérard Depardieu et Patrick Dewaere.

243 km
max. 418 m
min. 81 m
526 m
-282 m
Styles : BaladeDécouverteÀ la campagneEn villeInsoliteTerroir
Publics : FamilleRandonneurs occaionnelsPersonnes âgéesAdolescentsCyclistes
Thématiques : GastronomiqueCouplesCulturelPatrimoine

Point de départ


89400 Migennes
Lat : 47.9614Lng : 3.50685
0 m
image du poi
1

Migennes

Des fouilles menées en 2004 ont prouvé qu'au XIVe siècle av. J.-C. il y avait des habitants de l'âge du bronze. Des mosaïques et autres objets datant de l'époque gallo-romaine attestent l'ancienneté du site. Migennes se nommait Mitigana (milieu des marais) sous l'Empire romain.

L'église paroissiale Saint Pancrace offre une représentation murale du Dit des trois morts et des trois vifs : trois jeunes gentilshommes sont interpellés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme.

48 Rue Pierre et Marie Curie 89400 Migennes
Lat : 47.9614Lng : 3.50685
0 m
image du poi
2

Brienon-sur-Armançon

La Collégiale Saint Loup fut construite du XVIe au XVIIIe siècle, sur les ruines d'une église qui avait subi deux incendies en 1375 et 1432. Le chœur est Renaissance, les bas-côtés sont gothiques ; le porche et le clocher sont classiques ; un jubé est fait de somptueuses grilles en fer forgé.
L'église garde les reliques de Saint Loup, archevêque de Sens et propriétaire d'un domaine à Brienon au VIIe siècle. Avant la Révolution, Brienon-sur-Armançon s'appelait Brienon-l'Archevêque. Elle est classée au monument historique depuis le 18 septembre 1907.
Le grand lavoir construit en 1762 est un des rares lavoirs de l'Yonne construits avant 1789. Il possède une charpente remarquable. Son impluvium ovale et ses formes équilibrées en font un monument admiré. La source qui l'alimente est l'une des 12 sources locales, identifiées. Il est classé monument historique depuis le 4 novembre 1982.

3-5 Quai du Canal 89210 Brienon-sur-armancon
Lat : 47.9897Lng : 3.6137
0 m
image du poi
3

Saint-Florentin

Saint Florentin était un poste gallo-romain appelé Castrodunum. Au carrefour de voies romaines, Jules César aurait planté sa tente à La Trecey . La légende dit que Jeanne d'Arc y aurait fait halte en 1429 en se dirigeant vers Reims pour le sacre de Charles VII.
La rencontre dite de Saint-Florentin, le 1er décembre 1941 entre le maréchal Pétain et le maréchal Goering, représentant du Reich s'est déroulé dans le train spécial du Reichsmarschall, en gare de Saint-Florentin-Vergigny.
L'église Saint-Florentin possède un des rares jubés de France, de très beaux vitraux de l'école de Champagne datant du XVIe siècle ainsi que de remarquables statues des xvie et xviie siècles. Elle est classée monument historique depuis la première liste de 1842.
Le pont-canal permettant au canal de Bourgogne d'enjamber l'Armance. Cet aqueduc en pierre à cinq arches, construit en 1776, est situé tout près du port de plaisance de Saint-Florentin au niveau de l’écluse 108.

4 Place du Port 89600 Saint-florentin
Lat : 47.9963Lng : 3.73243
0 m
image du poi
4

Flogny-la-Chapelle

Des fouilles menées à Flogny ont permis de mettre à jour des sépultures gallo-romaines. Cependant dans son livre édité en 1973 "Tonnerre et son Comté", Jean Fromageot émet un avis réservé sur le lieudit "camp romain" le long de l'Armançon, dont l'origine serait postérieure à cette époque.
Via la Seine, l'Yonne et l'Armançon, les Normands menèrent de nombreuses incursions jusqu'en amont de Tonnerre.

En 1726 la peste ravage Flogny. De plus cette année-là, un incendie détruisit presque entièrement le village. Lors de la reconstruction, les villageois décidèrent de détruire les murailles qui ceinturaient le bourg et de les remplacer par une promenade ombragée.

Chemin du Halage 89360 Flogny-la-chapelle
Lat : 47.949Lng : 3.87014
0 m
image du poi
5

Tonnerre

Au milieu du XIII e siècle, une comtesse de Tonnerre épouse le roi de Sicile. Elle fonde le Grand Hôtel-Dieu : le plus grand monument civil de Bourgogne. Il est construit en trois années seulement, et est un des plus anciens et des plus vastes ensembles hospitaliers de la France médiévale. Ses dimensions sont importantes avec notamment une toiture d'une surface de 4500 m² et une salle principale longue de 90 mètres pour une largeur de 18,2 mètres et une hauteur de 27 mètres. Le plafond est lambrissé et la gigantesque charpente est en forme de carène de vaisseau renversé. Jusqu'à 40 malades pouvaient y être soignés.

13 Rue de la Bonneterie 89700 Tonnerre
Lat : 47.8631Lng : 3.9795
0 m
image du poi
6

Tanlay

Vous y trouverez le château de Tanlay, de style renaissance, ayant appartenu à la famille de l'amiral de Coligny puis à un proche de Mazarin : le surintendant des finances Michel Particelli d’Émery avant de devenir la propriété des marquis de Tanlay à la fin du XVIIe siècle.
Tous les étés, le Centre d'art de l'Yonne organise une grande exposition dans les communs du château.
L'Abbaye de Quincy est une ancienne abbaye cistercienne dont il ne subsiste plus que quelques bâtiments en cours de restauration inscrit monument historique depuis 1926.
S'y trouve également plusieurs églises.

13 Rue du Port 89430 Tanlay
Lat : 47.8467Lng : 4.0811
0 m
image du poi
7

Ancy-le-Franc

Antoine III de Clermont, comte de Clermont, hérita des terres d'Ancy-le-Franc par sa mère, Anne de Husson, comtesse de Tonnerre. Il décida d'y faire construire un château, sous la direction de l'architecte italien Sebastiano Serlio, qui fut achevé vers 1550.
En 1683 François Joseph de Clermont-Tonnerre, ruiné, vendit Tonnerre, avec le château, à François Michel Le Tellier de Louvois. Le château revint cependant aux Clermont-Tonnerre en 1844, puis appartint à différents propriétaires. De nos jours, il appartient à la société parisienne Paris Investir SAS.

D905 89160 Ancy-le-franc
Lat : 47.7694Lng : 4.16186
0 m
image du poi
8

Ravières

Vous y trouverez l'église Saint-Pantaléon de Ravières classée monument historique depuis 1913, avec de magnifiques vitraux.

8 Rue du Port 89390 Ravieres
Lat : 47.732Lng : 4.22378
0 m
image du poi
9

Cry

On trouvait il y a encore 30 ans, sur les éboulis des nombreuses carrières de pierres calcaires, une espèce de violette unique au monde - la violetta Cryacus - qui a entrainé le classement de ce village en zone protégée Natura 2000 par l'Union européenne .
En 1164, le Pape Alexandre III, alors exilé en France, confirme par une bulle que la cure de l'église est la propriété de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun. Le gué traversant l'Armançon daterait de l'époque gallo-romaine. Le savoir-faire ancestral des pierreux de la région et autres carriers ou tailleurs de pierres de Bourgogne a servi, entre autres, à la construction de nombreux bâtiments parisiens grâce à la qualité de cette pierre non gélive mais aussi par la proximité immédiate du canal de Bourgogne situé en contrebas des carrières.
Vous y verrez aussi un pont en pierre du XVe siècle à 12 arches, l'église Saint-Julien de Cry et des maisons à colombages.

104 Moulin d'Arlot 89390 Cry
Lat : 47.7085Lng : 4.24404
0 m
image du poi
10

Montbard

Le site de Montbard est un petit mont qui barre la vallée de la Brenne.
L'étymologie du nom de Montbard reste incertaine. Jean Nadault dans son manuscrit « Mémoires pour servir à l'histoire de la Ville de Montbard » dit que la ville existait à l'époque des « bardes », ces poètes et chanteurs celtes. Nombre de sites de la région font référence à la période gauloise.
La légende attribue à Bardus, cinquième roi des Gaulois, la fondation des écoles de musique où enseignaient des bardes, et l'on soutint même que celle de Montbard était la principale.

Au Moyen Âge, elle est une ville importante autour du château de Montbard du Xe siècle. Elle devient ensuite un lieu de fréquents séjours des ducs Valois de Bourgogne. En 1833, le canal de Bourgogne y est ouvert à la navigation.
Vous y trouverez le Château de Montbard, le Musée Site Buffon qui comprend trois lieux (le parc Buffon, l'Orangerie actuellement le musée Buffon ainsi que le Musée des Beaux Arts), l'église Saint-Urse située dans le parc où Buffon y est enterré dans une crypte attenante à l'église et le Petit Fontenet, ancienne résidence de l'Abbé de l'abbaye de Fontenay puis bibliothèque et laboratoire de chimie de Buffon.

33 Rue Carnot 21500 Montbard
Lat : 47.6235Lng : 4.33111
0 m
image du poi
11

Marigny-le-Cahouët

Vous trouverez à Marigny un château fort de plaine date du XIIIème siècle. Il a été complètement remanié au XVIIème et restauré au XIXème siècle.
Les principaux seigneurs furent les Montaigu de sang royal, les De la Baume de Montrevel, gentilshommes bressans, les Faur de Pibrac, languedociens, les Lorenchet de Beaune et les Baudry de Villaines en Duesmois. C'est dans ce château que furent tournés plusieurs films dont le célèbre "Angélique Marquise des Anges" en 1964, "Clérembard", "Ni vu ni connu" ainsi qu'une des nombreuses versions des "Trois Mousquetaires".
Ce château, grand bâtiment quadrilatère, est entouré de douves. Il subsiste une belle porte fortifiée avec châtelet d'entrée et pont dormant. Il ne reste plus rien du donjon central. Il est couvert d'un toit bourguignon en tuiles vernissées et possède une galerie bretonne Renaissance.

Chemin des Écluses 21150 Marigny-le-cahouet
Lat : 47.4632Lng : 4.45623
0 m
image du poi
12

Clamerey-Pont-Royal

Son nom est hérité de la route royale n° 2 des Etats de Bourgogne, ouverte sous le règne du roi Louis XV.
Désormais route départementale 70, elle conduit au charmant hameau de Pont-Royal, l'activité du canal a nécessité la construction d'un port au XIXème siècle, de chemins de halage, de l'écluse N° 13 et des tronçons plus étroits, élargis ensuite pour permettre le croisement des bateaux.

2-14 Rue du Port 21390 Clamerey
Lat : 47.3934Lng : 4.44247
0 m
image du poi
13

Pouilly-en-Auxois

La voûte du canal de Bourgogne est un tunnel de 3 333 m.
Située sur la butte Saint-Pierre, l'église Notre-Dame Trouvée fut bâtie aux XIIIe et XIVe siècles resta jusqu'au milieu du XIXe siècle le centre de la vie spirituelle de la paroisse. Elle fut ensuite reléguée au rôle de chapelle de cimetière lorsqu'on édifia un nouveau sanctuaire au cœur du village en 1868. Le qualificatif de « trouvée » serait dû à la découverte légendaire d'une statue intacte de la Vierge dans les cendres d'une construction dévastée par les Normands. En fait, la chapelle abritait une vierge noire qui daterait du XIIe siècle. Cette vierge a été volée en 1980.

26-28 Rue du Sergent Stéphane Mazeau 21320 Pouilly-en-auxois
Lat : 47.2684Lng : 4.53917
0 m
image du poi
14

Vandenesse-en-Auxois

La principale ressource de Vandenesse était les mines de fer qui étaient transportées jusqu'aux forges de Veuvey-sur-Ouche depuis le port de La Rêpe.
Vous y trouverez le lavoir de Vandenesse est située au bord de la rivière "La Vandenesse". Le bâtiment de plan rectangulaire présente en façade une porte d'un degré rentrant. les murs-pignons latéraux sont percés d'une haute fenêtre. Un sol cimenté entoure le bassin central, bordé de pierres. Des tablettes de pierre sont scellées dans les angles postérieurs et dans l'angle droit, ainsi que devant la fenêtre du mur droit. Cette dernière est une ancienne dalle funéraire gravée d'une croix fleuronnée, en remploi.

Le Village 21320 Vandenesse-en-auxois
Lat : 47.2201Lng : 4.61739
0 m
image du poi
15

Pont-D'Ouche

Le charbon d’Épinac-les-Mines y était amené par train, et chargé sur les péniches. Il y avait au XIXe siècle une fabrique de tuiles proche du bassin du port. Cette fabrique avait une darse privée, ouvrant sur le canal. La darse est de nos jours séparée du canal par un mur en briques et sert aux canards, grenouilles et autres habitants des eaux.
En 1974 Bertrand Blier y tourne le film Les Valseuses.
Pont-d’Ouche est le point d’arrivée du train touristique « Chemin de Fer de la Vallée de l’Ouche », qui part de Bligny-sur-Ouche à 7 km de là et suit l’emprise de l'ancien chemin de fer d’Épinac : construit de 1829 à 1835, il allait d'Épinac au canal de Bourgogne sur une voie de 60 cm de large. L’association éponyme, qui existe depuis les années 70, a reçu en 2010 le trophée du tourisme familial.
Le village fait partie de la randonnée « Pouilly-en-Auxois - Dijon ». La piste du Véloroute du canal de Bourgogne y passe aussi.
Il y a de nombreux sentiers de randonnées.
La partie du canal de Bourgogne passant par la vallée de l'Ouche a une excellente réputation de beauté sauvage et calme.

D18 21360 Thorey-sur-ouche
Lat : 47.1677Lng : 4.69953
0 m
image du poi
16

Pont de Pany

Au XIXème siècle, Pont de Pany est une bourgade très animée possédant plusieurs commerces et artisans, notaire, percepteur.
Depuis 1633 se tiennent à Pont de Pany "3 foires annuelles" et un marché chaque semaine. C'est sans conteste le Relais de Poste qui apporte au hameau beaucoup de passage. Il est créé par M. Nicolas Pelissonnier en 1746 et reste dans cette famille jusqu'en juin 1872. A cette époque, la ligne ferroviaire d'Epinac remplacera bientôt les diligences.
Le bâtiment du Relais de Poste est toujours la propriété des descendants directs des maîtres de Poste.
De nombreux cafés et auberges permettaient aux voyageurs de se restaurer dont l'auberge "à Nanon " sise autrefois en face de la pharmacie actuelle. Les habitants de Pont de Pany avaient piètre réputation puisqu'on les surnommait les " Pille-Passants ".

20-90 Rue du Port 21410 Sainte-marie-sur-ouche
Lat : 47.298Lng : 4.81513
0 m
image du poi
17

Plombières les Dijon

Situées à l'ouest de Dijon, les découvertes d’un petit établissement gallo-romain et d’un habitat du Vème siècle av. J.-C, s'étendent sur les communes de Plombières-lès-Dijon et de Talant.
Cette opération, réalisée en 2009, sur une surface de 8000 m² par une équipe d’une vingtaine d’archéologues de l’INRAP, a été prescrite par les services de l’Etat à la suite d’un diagnostic réalisé en 2008, qui avait révélé une importante concentration de vestiges.

2 Rue Weotenga 21370 Plombieres-les-dijon
Lat : 47.338Lng : 4.96831
0 m
image du poi
18

Dijon

Dijon connaît une période brillante sous les quatre ducs Valois de Bourgogne, qui règnent de 1363 à 1477. Elle est la capitale du duché de Bourgogne, ensemble d'États qui s'étendent jusqu'aux Pays-Bas.
Dijon subit des troubles religieux, de 1530 à 1595. Après la Contre-Réforme, de nouvelles églises et chapelles de monastères sont construites. Un roi de France, François Ier ou Henri IV, aurait qualifié Dijon de « ville aux cent clochers », en raison de la multiplication des institutions religieuses.

Reconnu internationalement, son patrimoine s'est bâti au fil des siècles, et continue de se construire de nos jours, avec des édifices publics comme le Zénith ou l'Auditorium ou des bâtiments de haute technologie comme la tour Elithis. Le « vieux Dijon » ou centre historique comporte d'innombrables maisons anciennes, hôtels parlementaires, maisons bourgeoises mais aussi demeures plus modestes, qui donnent leur charme aux rues du centre-ville. Pour la plupart, ces monuments datent du Moyen Âge. Des réalisations du xixe siècle, de type « hausmannien », complètent ce patrimoine dijonnais.
La création d'un secteur sauvegardé, la réfection progressive de la plupart des demeures historiques et le développement d'une zone piétonne en constante extension depuis les années 1970, permettent aux Dijonnais comme aux visiteurs d'un jour de profiter de ce riche patrimoine qui s'intègre dans un tourisme départemental et régional, autour du vin et de l'héritage médiéval.

2 Avenue Jean Jaurès 21000 Dijon
Lat : 47.3137Lng : 5.02694
0 m
image du poi
19

Aiserey

Elle est principalement connue pour accueillir la seule sucrerie de Bourgogne (fermée depuis 2007), et à cette occasion pour accueillir la traditionnelle Fête du Sucre, qui se déroule le 2e dimanche de chaque mois de septembre.
Les deux principaux monuments d'Aiserey sont son château et son église, tous les deux situés au cœur du village.

Les Pâtis 21110 Aiserey
Lat : 47.176Lng : 5.1809
0 m
image du poi
20

Saint-Usage

Territoire, en pays Lingon, sur la rive droite de la Saône, frontalier du pays Séquanes. Les Romains y construisirent quelques temples.
Saint-Usage a fait partie de la paroisse de Saint-Jean-de-Losne jusqu'en 1792, date à laquelle elle a été constituée en commune autonome.
Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Bon-Usage.
Vous y trouverez une série de temples gallo-romains dans un grand champ (sites enfouis).

8 Chemin du Canal 21170 Saint-usage
Lat : 47.1067Lng : 5.25462
0 m
image du poi
21

Saint-Jean-de-Losne

La ville de Saint-Jean-de-Losne, par sa position de carrefour est-ouest a pu développer une importante activité liée au transport fluvial, notamment au xixe siècle avec la construction des canaux. Y passaient ainsi de nombreux radeaux de bois provenant du Jura et à destination de Paris. C'est aujourd'hui le premier port français de tourisme fluvial en eau d'intérieur.
Grâce à ce port, un grand nombre de touristes rendent les commerces des environs de Saint-Jean-de-Losne rentables. Le port a été progressivement développé depuis 1980. Au départ, il y avait la création en un premier temps d'une société de locations de bateaux puis une société de bateaux à passagers et deux sociétés offrant des multiples services tels que gérance du port de plaisance, ventes de bateaux neufs et d'occasion, vente d'accastillage, réparation aménagement, mise à sec de bateaux. D'autres sociétés se sont installées pour profiter de l'activité du tourisme fluvial.
La maison des Mariniers est une des plus anciennes maisons de Saint-Jean-de-Losne datant du xve siècle, présentant une collection de documents et d'objets relatifs à la navigation fluviale. Dans l'escalier, une statue de la vierge en chêne (XVe siècle) est probablement un remploi d'un élément d'une ancienne maison démolie, ou de l'ancien pont de bois.

16 Quai Lafayette 21170 Saint-usage
Lat : 47.1009Lng : 5.26004
0 m

1 informations complémentaires

Navigation de Migennes à Saint-Jean-de-Losne

Distance en km : 242 km
Nombre d'écluses : 189
Gabarit (longueur x largeur) : 38,5 m x 5,05 m
Tirant d'eau : 1,3 m
Tirant d'air : 3,4 m

Temps de navigation : 83h (environ)

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris