Déjà inscrit ? Connectez-vous
De Evrehailles à Yvoir en passant par Poilvache

De Evrehailles à Yvoir en passant par Poilvache

Du boulevard des Combattants à Evrehailles, lieu des joutes de balle depuis plusieurs siècles, ce beau circuit vous fera découvrir les charmes d'un village du plateau condruzien et la beauté intemporelle du site de la Forteresse ruinée de Poilvache. A Houx, village de la vigne aux accents presque méridionaux, vous suivrez le fleuve paresseux jusqu'à Yvoir, village de maîtres de forge et de carriers. Une belle remontée par les bois vous ramènera à Evrehailles. Cette balade correspond à la promenade n°7 balisée par le SI d'Yvoir (rectangle bleu n° 2 sur fond blanc)

11 km
max. 260 m
min. 86 m
255 m
-255 m

Profil altimétrique

Style : Découverte

Point de départ


5530 Yvoir
Lat : 50.3217Lng : 4.91716
0 m
6 ans
image du poi
1

Evrehailles: le Jeu de Balle

L’histoire d’Evrehailles remonte au moins au Moyen-Âge et est très vite associée à la destinée de la Prévôté de Poilvache. Le village restera donc une terre du Comte de Namur avant devenir une terre du Roi, sous tout l’Ancien Régime. L’implantation du village suit assez rigoureusement le tracé de la crête qui sépare la vallée de la Meuse de la vallée du Bocq. Comme souvent, les premiers habitants du lieu ont privilégié le versant Sud de la crête… on comprend pourquoi!
Fermant la perspective du boulevard, en direction de Niersant, la Maison Delsaux (parfois appelée maison Bellefroid) mérite un détour… Cette belle maison fut construite en 1774 par François Delsaux, bourgeois et notable de Godinne, impliqué dans la gestion de la «Cour d’Evrehailles». Par le jeu des alliances, elle resta dans la même famille jusqu’en 1975. Sa façade avant marie harmonieusement et dans un bel équilibre moellons chaulés et de pierres de taille calcaires. La date de construction est toujours visible au-dessus de la porte d’entrée.
Face à ce témoin du 18ème siècle, nous trouvons le jeu de balle d’Evrehailles. Introduit vers la fin du 19ème siècle, le jeu de balle (la «balle-pelote», une variante du très ancien jeu de paume…) a connu, dans nos régions, une immense popularité et a généré, dans nos villages, une vie sociale ardente. C’est un élément incontestable du patrimoine immatériel local. Peut-être aurez-vous la chance d’assister sur place à l’une de ces joutes pittoresques?
Tournant le dos au Jeu de Balle, vous suivez le Boulevard à l’ampleur inattendue dans ce petit village. Cette artère monumentale, en comparaison avec la taille du village, resta longtemps une simple aire engazonnée où paissaient sans doute les petits troupeaux des fermiers de l’endroit. La plupart des constructions qui bordent la place remontent au 19ème siècle, certaines, plus rares, au 18ème siècle.

Boulevard des Combattants 5530 Yvoir
Lat : 50.3217Lng : 4.91716
0 m
image du poi
2

Rue Sauvegarde

Au bout du Boulevard, vous descendez la rue Sauvegarde dont le nom rappellerait le cri des enfants qui la descendaient jadis en luges improvisées… Au croisement avec la rue Constant Ambroise, descendre vers la gauche vers l’église.

24 Rue Sauvegarde 5530 Yvoir
Lat : 50.3215Lng : 4.9149
0 m
image du poi
3

Eglise Saint Laurent et Ferme du Buc

L’église St-Laurent n’est pas un édifice très ancien. Elle fut érigée, dans un style néo-classique, en 1858. Fortement endommagées par les tirs d’artillerie allemands en août 1914, toutes les parties hautes de l’édifice furent reconstruites en 1922. La plus grande partie du mobilier ayant également été détruite, il fut remplacé à cette même époque. Quelques pièces plus anciennes justifient toutefois une visite: les fonts baptismaux en belle pierre calcaire et en dinanderie datent de la fin du 18ème siècle tandis qu’un tabernacle gothique du 16ème siècle orne l’autel latéral gauche.
Face à l’escalier monumental, tourner à droite vers le Buc. La rue du Buc a remplacé l’antique chemin des Meuniers qui reliait Evrehailles à Yvoir et à son moulin. A droite, la Ferme du Buc a belle allure, on l’appelle aussi Ferme Delvaux.
La grange a été transformée, il y a quelques années déjà, en salle de réception pour mariage ou autres événements mondains… Les origines de la ferme remontent, pour les parties les plus anciennes, au 17ème siècle (une fenêtre à l’arrière du corps de logis daterait de cette époque) mais la quasi-totalité des bâtiments d’aujourd’hui ont été construits au 19ème siècle. La grange et les étables, situées à l’Ouest de la cour, ont été rehaussées à cette époque également. La ferme a connu diverses affectations au cours des siècles passés: prison sous l’Empire, caserne de gendarmerie au début du 20e siècle, …
Sur votre gauche, à hauteur de la grange, et juste après le parking privé de la ferme, ne pas rater le petit sentier vicinal qui traverse les prairies du vallon sec d’Evrehailles.

1 Rue Sauvegarde 5530 Yvoir
Lat : 50.3197Lng : 4.91203
0 m
image du poi
4

Rue Fostrie

Tourner vers la gauche sur la rue Fostrie. Un peu plus loin, prendre à droite sur la rue de Poilvache que vous remonterez jusqu’à la route régionale d’Yvoir. Traverser très prudemment la route et poursuivre vers le nouveau cimetière d’Evrehailles.

38-66 Rue Fostrie 5530 Yvoir
Lat : 50.3165Lng : 4.90911
0 m
image du poi
5

Cimetière d'Evrehailles

Avant le cimetière, tourner à droite vers Poilvache. Suivre à travers champs et pâtures la route macadamisée jusque dans les bois. De belles perspectives s’ouvrent sur les hauteurs de la rive gauche de la Meuse. Par temps clair, on aperçoit les tours jumelles de l’église abbatiale de Maredsous et tant d’autres lieux à deviner...

Chemin de Poilvache 5530 Yvoir
Lat : 50.3156Lng : 4.91411
0 m
image du poi
6

Bois de Houx et de Champalle, incursion à Poilvache

La route macadamisée se poursuit agréablement dans les bois dont une partie importante (à votre droite principalement) constitue la forêt domaniale de Champalle. L’accès n’y est autorisé que sur les chemins balisés.
Bientôt, un beau chemin de terre s’enfonce dans le bois sur votre gauche. Il vous conduira au vallon de Collebert et au village de Houx. Mais avant de vous lancer dans cette descente sous bois, n’hésitez pas à faire un crochet jusqu’aux magnifiques ruines de Poilvache (vérifier les heures d’ouverture sur le site www.poilvache.be).
« L’histoire de la commune d’Yvoir, presque dans son ensemble, ne peut être dissociée de l’histoire de Poilvache, la vénérable forteresse médiévale qui domine le petit village mosan de Houx depuis 1228. Elle ne survivra cependant que très peu, 202 ans exactement, jusqu’à son démantèlement en 1430.» (Jean Germain, Le Patrimoine de l’entité d’Yvoir, entre Meuse et Bocq, 2011)
La visite ne se justifie pas que par l’histoire: les vues depuis ce promontoire calcaire dominant la Meuse sont parmi les plus belles de la vallée.
Une fois la visite terminée, revenir sur ses pas jusqu’à l’embranchement du sentier descendant vers Houx.

Chemin de Poilvache 5530 Yvoir
Lat : 50.3077Lng : 4.90413
0 m
image du poi
7

Houx

Entrée dans le village de Houx au charme tout méridional. Après quelques maisons bâties tout en longueur, la ruelle s’ouvre vers la droite en direction des vignes du «Clos des Manoyes», plantées au pied des grandes falaises calcaires de Poilvache (visibles mais être respectueux des propriétés privées).
Plus bas, on aboutit sur la rue principale du village qui courre parallèlement à la route régionale et au fleuve. A gauche, les hauts murs abritent le parc et le château de Houx, propriété de la famille de Gaiffier. Traverser le petit jardin public décoré d’un monumental «crayat», résidu d’un travail ancien de forges et témoin de l’âge métallurgique de la vallée. Longer vers la droite et par l’arrière les maisons de Houx. Vous circulez entre la route régionale et l’arrière des maisons de Houx. Un peu plus loin, on rejoint la rue principale du village que l’on suit vers la gauche.

12 Rue Collebert 5530 Yvoir
Lat : 50.3034Lng : 4.89959
0 m
image du poi
8

cimetière de Houx

On aboutit, sur la droite, après avoir dépassé un chemin empierré montant aussi vers Poilvache, à l’entrée du petit cimetière de Houx où repose le grand botaniste de L’ULB Jean Massart. Passer sous le pont du chemin de fer. Si le coeur vous en dit, les piétons peuvent ici traverser la Meuse en utilisant le passage aménagé sur le pont. Connexion directe sur les Ravel de la Meuse et de la Molignée. Ces lieux sont chargés d’histoire: les deux guerres mondiales du 20ème siècle y ont laissé la mémoire d’épisodes tragiques et héroïques.
Notre promenade nous laisse cependant sur la rive droite de la Meuse. Après avoir prudemment traversé la route régionale, il vous suffira de suivre le beau cheminement piéton vers Yvoir. Des aires de piquenique agrémentent votre parcours et les vues sur le fleuve restent très bucoliques en dépit du voisinage de la route régionale.
Sur votre droite, au-delà de la route, les magnifiques falaises calcaires de Champalle (réserve domaniale naturelle - visitable) dominent la vieille ferme de Champalle, propriété des souverains autrichiens sous l’ancien régime, et les installations de traitement de l’eau potable de Vivaqua, la Compagnie Intercommunale des Eaux de Bruxelles.

4 Rue du Clos des Mannoyes 5530 Anhée
Lat : 50.3065Lng : 4.89249
0 m
image du poi
9

Pont d'Yvoir

Nous passons sous le monumental pont routier d’Yvoir-Anhée. Une réalisation typique des Golden Years… Ce pont moderne a remplacé le pont ancien, théâtre de l’un des actes héroïques de la campagne de mai 1940. Un modeste monument aux Chasseurs Ardennais commémore les combats du 12 mai 1940 et est situé à l’emplacement exact de l’ancien pont. En face, sur la rive gauche de la Meuse, le monument de Wispelaere est plus impressionnant.

Avenue de Champalle 5530 Anhée
Lat : 50.3152Lng : 4.87881
0 m
image du poi
10

l'île d'Yvoir

Un peu plus loin, sur votre gauche, l’embarcadère du sympathique petit bac qui vous conduira sur l’île d’Yvoir. A droite, la gare d’Yvoir sans grand charme...
« L’île d’Yvoir, aménagée en site touristique dès 1920, comprend une brasserie-restaurant, des jeux d’enfants, un port de plaisance et des petites promenades ; on y accède par un petit bac traversant la Meuse. Il s’agirait de l’unique île belge habitée.» (Jean Germain, op.cit.)
Poursuivre sur le trottoir jusqu’à hauteur du passage à niveau. Traverser très prudemment la route régionale (il y manque - janvier 2012- un passage protégé pour piétons). Suivre le passage piéton macadamisé jusqu’au Bocq et rejoindre le beau parc public du Maka, au centre d’Yvoir. Nous sommes ici à quelques mètres de la confluence du Bocq et de la Meuse. Il n’est pas de meilleur endroit pour comprendre que Yvoir est fille de Meuse et de Bocq...

10 Rue de la Gare 5530 Yvoir
Lat : 50.322Lng : 4.87808
0 m
image du poi
11

Le Parc du Maka et l'Hôtel de Ville

Au coeur du parc, on pourra admirer un bel exemplaire de Maka ou Marteau de forge ancienne. Ce maka provient de la vallée de la Molignée mais il est en tout point semblable aux marteaux qui faisaient vibrer la vallée du Bocq au 18ème siècle encore.
La prospérité ancienne de Yvoir est étroitement liée à son passé industriel. Jusqu’au début du 19ème siècle, la vallée du Bocq est en effet l’un des grands centres sidérurgiques wallons. La région dispose de tous les ingrédients nécessaires à la métallurgie ancienne: le minerais de fer accessible en sous-sol, les bois permettant la fabrication du charbon de bois indispensable à la réduction du fer, l’énergie hydraulique pour actionner les outils permettant le façonnage du fer (marteau, fenderie, etc.).
Dès le 16ème siècle, on assiste au développement de l’industrie du fer autour d’Yvoir. Les propriétaires de forges -appelés ici aussi «maîtres de forge»- achètent ou font construire les plus belles demeures de la région. Plusieurs familles de maîtres de forge sont propriétaires da la ferme féodale d’Yvoir entre le 17ème et la fin du 19ème siècle. Au terme d’un épisode «religieux» (avec les soeurs du Cénacle puis les Pères de Scheut), la ferme sera finalement rachetée par la Commune et transformée en Maison Communale.
Quitter le centre d’Yvoir en traversant le pont sur le Bocq d’où l’on bénéficie d’une belle vue sur la partie la plus ancienne de la Maison Communale. Il s’agit du bâtiment en pierre et à trois niveaux sous toitures. A l’origine, au 16ème siècle, il s’agissait sans doute d’une tour d’habitation, en bord de rivière. C’est autour de ce premier noyau que les autres bâtiments de la ferme se sont développés au cours des siècles suivants.
Après être passé sous le très beau viaduc de la ligne de chemin de fer du Bocq (qui reliait, entre 1907 et 1960 Yvoir à Ciney), traverser la rue vers l’école communale d’Yvoir et emprunter l’escalier entre cette dernière et la Maison Posson. Ce passage a été aménagé à l’époque où s’est développé le lotissement du Launois qui domine le village au Sud-Est. La Maison Posson est un autre témoignage de la prospérité ancienne d‘Yvoir. Cette belle demeure en forme de L résulte de la transformation, au 18ème siècle, de deux habitations contigües plus anciennes. Elle fut la résidence du maître de forges Posson.

2 Avenue François de Lhoneux 5530 Yvoir
Lat : 50.3258Lng : 4.87756
0 m
image du poi
12

Le Launois

Le lotissement du Launois occupe le versant nord de la colline boisée qui séparant la vallée du Bocq de celle de la Meuse. Ce quartier agréable et aéré est constitué de maisons individuelles qui datent, pour la plupart, des années 60-70. On peut s’y promener le long de quelques voies douces qui relient entre elles les diverses rues du lotissement. Une petite plaine de jeu occupe aussi le centre du quartier.
Après avoir quitté le macadam et après une courte montée herbeuse le long d’une villa, tourner à gauche en direction d’Evrehailles. On traverse le site d’une ancienne carrière avant d’atteindre par une belle montée la limite de l’ancien domaine du Launois. Durant plus de trente ans, après la deuxième guerre mondiale, les hauteurs du Launois ont en effet hébergé un grand complexe de villégiature comprenant un camping, des infrastructures Horeca et des terrains de sport. Laissé à l’abandon depuis de (trop) nombreuses années, le Parc du Launois se cherche depuis une nouvelle vocation… Si vous voulez jeter un coup d’oeil sur ce site, il faut tourner à droite au sommet de la montée lorsque le sentier suivi abouti à un T. La promenade quant à elle file vers la gauche et se poursuit en pente modérée dans un beau bois privé.

14 Rue des Vergers 5530 Yvoir
Lat : 50.3252Lng : 4.8837
0 m
image du poi
13

Le Jauviat

A la sortie du bois, nous sommes à Evrehailles. Très exactement au Jauviat dont la rue suit la ligne de crête sur laquelle le village a été construit. Le Jauviat était jadis une zone agricole et boisée. Un lotissement y a vu le jour il y a 50 ans. C’est aujourd’hui un quartier résidentiel agréable ménageant de très belle vue vers la vallée du Bocq et vers les hauteurs de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Il faut dire que l’on culmine ici à plus de 260 mètres d’altitude, soit, près de 170 mètres plus haut que le niveau de la Meuse à Yvoir.

39 Rue du Jauviat 5530 Yvoir
Lat : 50.3212Lng : 4.89689
0 m
image du poi
14

Rue Goho, rue du Sto...

Et pour regagner le Boulevard des Combattants et notre point de départ, se laisser charmer par ces rues aux noms mystérieux et chantant...

8 Rue Goho 5530 Yvoir
Lat : 50.3219Lng : 4.91055
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.