Déjà inscrit ? Connectez-vous
Autour de Falaën

Autour de Falaën

Découverte du village de Falaën et de ses campagnes alentours.

9.9 km
3 h 30 mn
max. 232 m
min. 126 m
308 m
-305 m
Styles : BaladeDécouverteÀ la campagne
Thématique : Culturel

Point de départ


5522 Onhaye
Lat : 50.2789Lng : 4.79369
n/a
175 j
image du poi
1

Village de Falaën

Le petit village de Falaën, construit dans une chavée, est largement arrosé par les ruisseaux de la Molignée et de son affluent, le Flavion. Grâce aux découvertes faites sur le site du château de Montaigle, on peut attester d’une présence humaine à Falaën dès l’époque néolithique (8000 ACN). Au Moyen Age, la vie était principalement basée sur le travail agricole et de la forge. Au centre du village, on observe le majestueux château-ferme. Autour du cœur du village et de l’église, on retrouve encore une trentaine de maisons traditionnelles, construites entre les 18e et 19e siècles. C’est pourquoi le village de Falaën a reçu le label de « Plus Beaux Villages de Wallonie » pour l’homogénéité et la qualité de ses bâtiments.

1 Rue de la Gare 5522
Lat : 50.2786Lng : 4.79392
n/a m
image du poi
2

Eglise de Falaën

Au cœur du village, l’église de style classique a été édifiée en pierre calcaire dans la 1ère moitié du 18e siècle. Sa façade actuelle ainsi que sa tour datent de 1848. Son intérieur a été entièrement enduit. On retrouve dans l’église un autel baroque et des fonds baptismaux en pierre calcaire, datant tous les deux du 17e siècle. La paroisse de Falaën aurait été créée au 8e siècle en hommage à saint Léger, mort en 677 en Picardie.

7 Rue de la Gare 5522
Lat : 50.2792Lng : 4.79416
n/a m
image du poi
3

Château-ferme de Falaën

Autrefois exploitation seigneuriale fortifiée, le Château-ferme de Falaën a été construit au 17e siècle. Il était alors cerné de douves et on accédait au château par un pont-levis, aujourd’hui remplacé par un pont à trois arches, dont subsistent encore les chaînes. L’entrée se faisait par une tour-porte et donnait accès à une grande cour. Au 18e siècle, ce vaste bâtiment homogène construit en briques enduites et moëllons de calcaire, a été remanié pour lui donner un confort de vie supplémentaire.
Au centre de la cour, on retrouve un pilori, symbole de la justice, qui se tenait jadis dans un champ proche du Château-ferme où se tenait le tribunal féodal.
Le château a été jusqu’il y a peu le siège de la confrérie gastronomique « Li Crochon ».
« Li Crochon »
Fondée en 1982, la confrérie Li Crochon s’était fixé comme objectifs la promotion du tourisme gastronomique, le développement du folklore et de l’économie locale.
Jadis, le terme « li Crochon » désignait la première et la dernière croûte du pain, tartinées de fromage et passées au four. Aujourd’hui, le « Pain Crochon » se prépare avec des pistolets longs évidés, remplis de dés de jambon, fromage de Falaën et crème fraîche, le tout passé au four. Il se déguste souvent avec la cuvée « Li Crochon », bière brune ou blonde de qualité, fermentée en bouteille et produite dans la brasserie du Bocq à Purnode.

6 Try des Bruyères 5522
Lat : 50.2775Lng : 4.79424
n/a m
image du poi
4

Machine à eau de Fechelenne (ou machine à eau de Sommière)

Ce site est constitué d’une station de pompage, exploitée à partir de 1897 et qui alimentait en eau potable les villages de Sommière et Haut-le-Wastia puis de Waulsort (1922) et Bouvignes-sur-Meuse (1955). Cette eau provient de la source de Sommière (Fechelenne). A partir de 1965, l’ancienne machinerie est abandonnée au profit de l’installation de pompes électriques. Depuis 2009, une équipe de bénévoles s’est atelé à rénover ce patrimoine hydraulique.
Cette installation est composée de pompes de part et d’autre d’une roue à aubes, entrainée par le courant du Flavion. La roue à aube, en acier et d’un diamètre de 5m30, utilisait l’énergie disponible d’une chute d’eau créée sur le ruisseau du Flavion. Elle entrainait ainsi deux pompes qui envoyait environ 4m3 d’eau par heure vers le plateau de Sommière, à deux kilomètres, comblant ainsi un dénivelé de plus de 100 mètres.
En 2017, une maquette illustrant le fonctionnement de cette machine a été réalisée qui est exposée à l’Administration communale de Onhaye (rue Albert Martin 3 – Onhaye).

Unnamed Road 5522
Lat : 50.2742Lng : 4.81815
n/a m
image du poi
5

Ancienne Forge

La forge était une activité essentielle à la vie du village. Les bûcherons, charbonniers, marteleurs et maréchaux-ferrants avaient grand besoin de celle-ci. Dans le sol, en face du bâtiment, on voit une pierre circulaire scellée dans les pavés. Elle servait autrefois à ajuster les bandages de fer des roues de chariots qui avaient été dilatées par la chaleur du four. La forge cesse ses activités en 1960.

21 Chemin des Hayettes 5522
Lat : 50.2784Lng : 4.8245
n/a m
image du poi
6

La hameau de Marteau

Situé en contrebas des ruines de Montaigle, ce petit hameau abrite quelques maisons en moellons de calcaire et un gros château néo-Renaissance, le Château Boël. Pour ses activités, il profitait des ruisseaux Flavion et Molignée, deux rivières à haut débit. L’endroit tient son nom des activités métallurgiques présentes sur le terrain, notamment la forge.

5522
Lat : 50.2904Lng : 4.81343
n/a m
image du poi
7

Ruines du Château de Montaigle

Le site des ruines de Montaigle fut occupé dès la préhistoire. Entre le 3e et le 5e siècle, l’endroit était occupé par une garnison romaine (fortifications), afin de profiter de la proximité du confluent de la Molignée et du Flavion.
Dans le courant du 14e siècle, une forteresse médiévale voit le jour. Elle est bâtie par la famille de Dampierre, à la tête du Comté de Namur. Au 15e siècle, Montaigle va être réaménagé et deviendra une résidence confortable. C’est à cette époque que Montaigle est devenu le chef-lieu des neuf bailliages du Comté. Jeanne d’Harcourt, dernière comtesse de Namur et héritière du site, y a quelques fois séjourné. Aujourd’hui, la plupart des vestiges que l’on y découvre datent de cette époque, dont les latrines.
Le château, incendié en 1554 par les armées de Henri II, Roi de France, n’a jamais été reconstruit.
Montaigle devient alors un lieu de pèlerinage pour les peintres romantiques et d’autres artistes, mais également une carrière à ciel ouvert pour les habitants du village. On retrouve donc beaucoup de maisons dans les environs des ruines qui sont construites avec les pierres de l’ancien château.
Grâce à la volonté des propriétaires de sauvegarder ce patrimoine et aux efforts de généreux de mécènes, de bénévoles et, surtout, des « Amis de Montaigle » le site fait l’objet de restauration et est, aujourd’hui, ouvert au public. Le château a été classé comme Patrimoine exceptionnel de Wallonie en 1992.

5522
Lat : 50.293Lng : 4.81566
n/a m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.