À voir autour
Voir plus
Ouvrir
Fermer
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter

Oups... Il semblerait que Cirkwi n'ait pas l'autorisation d'utiliser votre position.

Description
Carte
Points d'intérêt
Notes et avis
À voir autour

Chemin équestre HENRI IV EN ALBRET

Description

Au sud du département, entre Landes et Gers, Nérac c'est avant tout Henri IV, futur Roi de France qui fit de son château son quartier général de 1576 à 1588.

La cour a laissé son empreinte le long de la Baïse, le parc de la Garenne, les bains du Roy, le port et ses gabares. Au carrefour de la Tenarèze, la voie romaine passe au Moulin des tours de Barbaste.

La Gélise délimite la fin du massif forestier des Landes de Gascogne d’une superficie de 80000 ha.

Autre célébrité à Mézin : Armand Fallières. Président de la république en 1841, il crée une voie de chemin de fer au coeur du pays du Liège. Non loin, le village de Moncrabeau célèbre chaque année la Fête des Menteurs.

Depuis Vianne, une des plus belles bastides fondée par le roi d'Angleterre en 1284, vous rejoindrez Buzet, le plus célèbre terroir viticole du lot et Garonne.

Par le canal latéral à la Garonne, indispensable relais pour joindre l'Océan à la mer, les écluses permettent de passer dans la Baïse.

albret-tourisme.com/

Informations techniques

Ce circuit a été mis à jour le : 04/05/2023
148 km
max. 196 m
min. 30 m

Profil altimétrique

Point de départ

28 pl charles de gaulle , 47310 Roquefort
Lat : 44.17357Lng : 0.55892

Points d'intérêt

image du object

Eglise Notre Dame et le Prieuré

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Bastide de Lamontjoie

Fondée en 1298 par Saint-Louis, la bastide de Lamontjoie domine le confluent de deux ruisseaux. Son plan classique avec la place au centre et les arcades dont il subsiste une partie, est le point de départ des rues à angle droit. Au fond de la place, on peut voir de belles maisons datant du XIXe siècle.

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Lac de Lambronne

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Eglise Saint-Jean-Baptiste du Nomdieu

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste du Nomdieu est adossée aux ruines de l'ancienne commanderie des Templiers. Elle date de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle.

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Cornières de la bastide de Francescas

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Pigeonnier de Francescas

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Pigeonnier de Terrette

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Puits Gavache et pigeonnier de Coussire

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Eglise Notre Dame de Lannes

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Eglise - Statue d'un pèlerin de St-Jacques

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Eglise et château de Poudenas

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Village de Poudenas

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Tour de gué

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Ancien moulin de Ste-Catherine

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Pont Roman

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Pont roman

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Moulin des Tours de Barbaste

Le moulin des Tours est construit à la fin du XIIIe siècle, à proximité d'une voie économique très ancienne : la Ténarèze, voie d'échange et de transhumance qui reliait les Pyrénées centrales à la Garonne. Au début du XIVe siècle, il est acheté par la maison d'Albret, et Henri IV, étant devenu roi de France, il passe dans le domaine royal. Situé en amont du pont médiéval à neuf arches, il est utilisé comme château péager. De plan carré de 15 mètres de côté, il est flanqué de quatre tours carrées crénelées, dont la plus haute atteint quasiment les 30 mètres, ce qui lui donne l'aspect d'une forteresse et non d'un moulin.

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Château de Xaintrailles

Le castrum de Xaintrailles est mentionné dès 1259 : il est alors tenu par trois co-seigneurs. Le tracé de sa cour médiévale, son imposant donjon et certains talus sont très bien conservés aujourd'hui. Ils ont pourtant été construits entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle.

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Château de Montgaillard

Les ruines de ce château constituent l'un des ensembles les plus intéressants de l'Agenais. Elles occupent une ancienne motte castrale fortifiée. On trouve les restes du donjon, composé d'une tour carrée à deux étages.

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

la bastide de Vianne

Bordant la rivière Baïse, Vianne est un magnifique témoignage du passé médiéval de l'Albret, une des rares bastides qui ait su préserver l'ensemble de ses fortifications des assauts du temps et des hommes. Cette ville neuve apparaît à la fin du XIIIe siècle, à une époque où l'Aquitaine était tiraillée entre rois de France et d’Angleterre, depuis 1152. En cette année, la duchesse d’Aquitaine, Aliénor, épousa Henri Plantagenêt, peu après avoir été répudiée par Louis VII, roi de France. Quand son nouvel époux fut couronné roi d’Angleterre en 1154, devenant Henri II Plantagenêt, Aliénor avait déjà déposé l’Aquitaine dans sa corbeille de mariée. Fleur de lys Vianne Pénétrant par une des tours-portes , on entre dans la cité pour explorer la bastide et ses secrets, remonter le temps… On découvrira ici ce que nombre d’historiens considèrent comme un modèle de l'organisation des villes médiévales. Bien des mystères subsistent encore, ne serait-ce qu’autour de l’église : la tradition orale persiste ici à transmettre d’énigmatiques messages.

186 av de la verrerie 47230 Vianne
- CDTE47 -
Consulter
image du object

Porte et remparts ouest de Vianne

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

La ville de Nérac

Cité médiévale et Renaissance, Nérac est bâtie sur les terres d'une villa gallo-romaine dont on peut encore apercevoir quelques mosaïques dans le Parc de la Garenne et à la Mairie. Sous-Préfecture de Lot-et-Garonne à deux pas d'Agen, la petite ville, s'étend dans la vallée de Baïse, petite rivière navigable qui lui donne tout son charme. À découvrir depuis l'esplanade de l'église Saint-Nicolas ou du Petit Nérac : le port, les Tanneries, le Vieux Pont, le Château d'Henri IV, la Maison des Conférences et beaucoup d'autres sites au fil des rues. Nérac, capitale du bien vivre Nérac, pays de gastronomie, a la saveur du melon, le parfum du cèpe, le fumet du salmis de palombe, le fondant du foie gras. Dans la fraîcheur des ruelles médiévales, sous les toits baignés d'un soleil aux accents italiens, les portes s'ouvrent, accueillantes, véritable patrimoine local. Nérac, l'Athènes gasconne de la Renaissance Nérac est une ancienne villa gallo-romaine comme en témoignent les nombreuses mosaïques trouvées notamment dans le Parc de la Garenne. De Marguerite à Margot 1530 : Marguerite de Valois (1492-1549), née à Angoulême, sœur de François Ier, se fixe à Nérac après son mariage avec Henri II, roi de Navarre. Elle est plus connue sous le nom de Marguerite d'Angoulême ou de Navarre. Elle fit de Nérac une académie et accueillit les proscrits : Lefèvre d'Etaples, Célment Marot et vraisemblablement Calvin. Elle écrit l'"Heptaméron". Vif rayonnement de la cour humaniste... 1548 : Jeanne d'Albret, fille d'Henri II et de Marguerite, épouse Antoine de Bourbon. Leur fils, le Prince Henri, naît en 1553 à Pau. Après son veuvage, Jeanne d'Albret fait de fréquents séjours à Nérac avec ses deux enfants, Henri et Catherine. Le prince se familiarise à Nérac. Jeanne d'Albret meurt en 1572. 1572 : Henri est devenu un beau jeune homme. Il a épousé, peu après la mort de Jeanne, la fille du roi de France Henri II et de Catherine de Médicis, la deuxième Marguerite de Valois, plus connue sous le nom de Reine Margot, qui viendra à Nérac pour la première fois en 1578. Sous le règne de Marguerite d'Angoulême, Nérac est un asile plus doux que la liberté. Nérac fut d'abord, sous le règne de Marguerite d'Angoulême une capitale de l'Esprit, un foyer culturel et spirituel, accueillant notamment Clément Marot, qui y trouve "un asile plus doux que la liberté" et Calvin qui y fait étape avant de rejoindre Genève. Puis sous le règne de sa fille, Jeanne d'Albret, elle devient une capitale du protestantisme. Avec Henri de Navarre, futur Henri IV, Nérac devient une véritable capitale politique. II retrouve en août 1576 le château de son enfance et pendant six ans, il vivra entouré d'une cour d'intellectuels et d'écrivains (Agrippa d'Aubigné, Duplessis, Ravignan), de diplomates et de chevaliers dans une ambiance de fête où se mêlent joie de la table, chasse, musique et comédie italienne. Pendant que son épouse, la reine Margot, fait aménager en promenade le parc de la Garenne, s'affirme le futur "Vert Galant" qui séduisit Fleurette, et dont la légende raconte qu'elle est morte d'amour, noyée dans la Baïse. Nérac vit également passer François Ier, Charles IX et Catherine de Médicis, Louis XIII et Louis XIV. Plus récemment, d'autres hôtes illustres ont apprécié la douceur de ce climat d'une verte campagne à l'orée de la forêt landaise parsemée de lacs. Le Baron Haussmann, le plus célèbre préfet de notre histoire y commenca sa carrière. Il reçut George Sand, l'écrivain. Le Parc de la Garenne : Sur la rive droite de la Baïse, ce parc aménagé par le grand-père d'Henri IV est le plus ancien site classé de la région; Le Parc royal du château Henri IV présente une "allée des 3000 pas", offrant ainsi 2,5 km de promenade à travers chênes centenaires sur les traces de la Reine Margot et des amours d'Henri IV. Fontaines et rives romantiques.

7 all du centre 47600 Nérac
- CDTE47 -
Consulter
image du object

Point de vue sur Montagnac depuis Poutet

- Tourisme Lot-et-Garonne -
Consulter
image du object

Montagnac sur Auvignon

Formé autour de l’église paroissiale entourée de fortifications, le village, est également constitué d’un château mentionné en 1275 qui assure sa protection par le Sud Est. Une partie des demeures de la ville date du XVIème siècle et du début du XVIIème siècle. Au centre du village, l’église Notre Dame, reconstruite au XVIIème siècle. Son imposant clocher, était un point d’observation doté d’une flèche de 18 mètres de haut, détruite par la foudre en 1782. Une période de prospérité s’installe à Montagnac au XVIIIème siècle, tant et si bien qu’au début du XIXème siècle, on voit la reconstruction et la modernisation d’une grande partie du village. On notera la reconstruction de la porte occidentale au XVIIIème siècle.

2 montagnac-sur-auvignon 47600 Montagnac-sur-Auvignon
- CDTE47 -
Consulter
image du object

Sainte Colombe en Bruilhois

Le village est petit et facile à explorer - le village a un centre historique qui conserve encore certains de ses remparts, une église et un anneau de maisons. Entrée historique de Sainte-Colombe-en-Bruilhois Le clocher de l'église est sa caractéristique la plus inhabituelle: il est une flèche octogonale sur une tour carrée, et la flèche est construite entièrement en pierre (pas de tuiles). Nous avons vu un bon nombre d'églises avec des toits en lauze (dalles de pierre utilisés comme tuiles) mais je ne me souviens pas avoir jamais vu une église avec un clocher sculpté dans des blocs de pierre! A l'entrée de l'église, vous pouvez voir quelques sculptures en pierre traditionnelles. De divers endroits dans le village il y a des vues sur la campagne du département du Lot-et-Garonne: si vous quittez le village dans n'importe quelle direction vous les verrez! Vous remarquerez également plusieurs petits bâtiments traditionnels tels que pigeonnieres. De côté de l'entrée principale du village, vous pouvez également suivre le Chemin de Ronde autour de l'extérieur des remparts, une autre façon de profiter des vues à travers le paysage environnant

5 r du rivelin 47310 Sainte-Colombe-en-Bruilhois
- CDTE47 -
Consulter

Information complémentaire

BALISAGE

Balisage orange officiel FFE, portion commune avec les GR 652 et 654.
la partie Est Lamontjoie-Moirax est commune avec la route d'Artagnan - la voie royale.
La partie Ouste Xantraille-Mézin est commune avec la route d'Artagnan - la route des cardinaux

Auteur de la donnée

proposé par CDTE47
France

Notes et avis

À voir autour
Voir plus
Ouvrir
Fermer
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter
Consulter