Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le Domaine Royal

Le Domaine Royal

Dans les dix années suivant l'acquisition du château de Randan en 1821 par Adélaïde d'Orléans, la propriété est complètement transformée : le château passe d’une forme en L à un plan en U avec deux tourelles cylindriques à chaque angle. L’édifice est en briques polychromes. Les arêtes des murs et l’encadrement des fenêtres sont soulignés par des pierres blanches de la carrière de Chaptuzat (près d‘Aigueperse). Le toit est couvert d’ardoises. Le rez-de-chaussée accueille salons et salle à manger, le premier étage, les chambres de la famille et les trois niveaux sous pente, les appartements des valets.
Adélaïde d’Orléans fait construit de nombreuses dépendances. À côté du château, un bâtiment tout en longueur accueille les cuisines. L’édifice se compose d’un large couloir desservant huit salles voûtées couvertes d’un toit terrasse. Il était aménagé tel un jardin avec 80 jardinières fleuries, une pergola de roses et des vases Médicis.

Au bout du bâtiment des cuisines, une chapelle de style néo-classique est bâtie sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée était réservé aux domestiques et la tribune à la famille royale et aux invités. L’intérieur est décoré de stucs (mélange de plâtre et de poudre de marbre) travaillés pour imiter des plaques de marbres. À proximité du château se trouvent également des serres chaudes, une orangerie et un grand bâtiment en H, les grands communs qui comprenait vacherie, laiterie, écurie, sellerie et ateliers.

L’ensemble est positionné dans un parc à l’influence à la fois anglaise et française. Le jardin à l’anglaise se caractérise par une alternance de zones boisées et de zones de prairies avec retenues d’eau et chemin en lacets. L’influence française se retrouve dans de grandes allées bordées d’arbres et contre-allées piétonnes dallées en pierre de Volvic. À l’origine la surface du parc s’élevait à 40 hectares mais à force d’acquisitions par Adélaïde d’Orléans, elle s’étendit à 100 hectares.
En 1925, un incendie détruit le château laissant d'imposantes ruines. En 1999, l'État, la Région, le Département et la commune de Randan s'associent pour sauver du démantèlement ce site majeur, dernier domaine royal créé en France. Propriété du Conseil régional d’Auvergne à partir de 2003 (devenu conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2016), le Domaine royal fait l'objet d'un programme de restauration et de mise en valeur.

Les premiers travaux ont consisté à mettre hors d’eau et hors d’air les principaux bâtiments en commençant par l’orangerie, les grands communs, les cuisines et la chapelle. Concernant le château, il ne s’agit pas de le reconstruire mais de conserver la ruine dans son état actuel, silhouette romantique au milieu du parc. L’édifice étant en briques, matériau qui éclate avec le gel, il est impératif de prévenir toute infiltration d’eau. Pour cela, il est prévu de mettre en place une couverture légère, translucide.
Il faut également s’occuper du parc dont 40 hectares sont ouverts au public ainsi que des décors et du mobilier subsistant ainsi qu’une collection d’animaux naturalisés.

Le domaine royal de Randan est ouvert au public chaque année de mai à septembre. Nous vous invitons à le découvrir indépendamment de cette visite.

Rejoignez à présent le parvis de l'église situé à l’opposé du parking.

52 Rue du Commerce 63310 Randan
Lat : 46.0164Lng : 3.35499
m
175 j

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.