Déjà inscrit ? Connectez-vous
Fraiture

Fraiture

Légende : La Noire Femme de la Mérinet (Fraiture)
Un soir qu’il faisait des plus noirs, Catherine se rendit à la rencontre de son mari et se dirigea vers l’endroit dénommé «La Mérinet». Elle y entendit des pas qui se rapprochaient, obliqua vers eux et heurta une silhouette. S’apercevant, un peu tard qu’il ne s’agissait pas de son mari, elle s’empressa, toute gênée, de s’éloigner dans les ténèbres.
Un fermier de Lillé-Sprimont, entra, pâle comme un mort, dans un cabaret de Fraiture et raconta la mésaventure dont il venait d’être l’objet de la part d’une « noire femme ».
Peu après, le gros Antoine, carrier qui, grâce au genièvre, vivait toujours dans une douce euphorie dès que le chantier fermait ses portes, rencontra, lui aussi, un soir, à la Mérinet, une forme noire. Taillé en hercule et nullement froussard, il s’approcha de la silhouette et lui dit : «A nous deux, maintenant, Noire Femme !». En trois bonds, il fut sur le spectre, le serra dans ses bras pour l’étouffer. Son élan le fit trébucher sur un fagot d’épines.
Les mains et le visage couverts d’égratignures et d’écorchures, il se releva prestement, persuadé que sa force ne comptait pas devant les maléfices de la « noire femme ». Au cabaret où il entra, il fut évidemment obligé de raconter son exploit. Il commanda un cruchon de genièvre et puis, alla dormir. Peu après, il fut trouvé mort dans les champs et chacun attribua son décès à la «noire femme».
Depuis lors, les gens de Fraiture évitent de passer par la « Mérinet » dès que la nuit a tendu ses voiles.

Admirer la vue sur les carrières de Hagonheid et la vallée de l’Amblève.

Infos techniques

Rue de Fraiture
4140 Sprimont
Lat : 50.4881Lng : 5.60568
0 m
4 ans

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.