Déjà inscrit ? Connectez-vous
Ancienne collégiale Saint - Adelphe - Portail central de la chapelle du couvent des franciscains
Ancienne collégiale Saint - Adelphe - Portail central de la chapelle du couvent des franciscains
Ancienne collégiale Saint - Adelphe - Portail central de la chapelle du couvent des franciscains

Ancienne collégiale Saint - Adelphe - Portail central de la chapelle du couvent des franciscains

Crédit : Association Patrimoine

La présence des reliques de saint Adelphe, conservées dans la salle sépulcrale de l’abbaye de Neuwiller, entraîna un afflux important de pèlerins. Cela finit par poser problème à l’abbaye dont le rôle initial ne correspondait pas à celui d’un lieu de pèlerinage. Pour remédier à cette situation, l’abbaye bénédictine de Neuwiller fit construire au XIIe siècle, hors de son enclos, une église destinée à accueillir les reliques de saint Adelphe. La nouvelle église servit à la communauté paroissiale ainsi qu’aux pèlerins.

Elle était desservie par un collège de chanoines qui dépendait étroitement de l’abbaye Saints-Pierre-et-Paul. En 1496, au moment de la sécularisation de l’abbaye, ces chanoines furent intégrés dans le nouveau Chapitre. En 1562, le comte Philippe de Hanau introduisit la Réforme mais se heurta à l’opposition du Chapitre. Il fit expulser le curé catholique pour y installer un prédicant. La nef fut affectée au culte protestant, le chœur et le transept restant à la disposition du chapitre.

L’église subit par la suite les exactions de la guerre de Trente Ans. Après le retour des chanoines, les reliques de saint Adelphe furent définitivement transférées en 1632 à la collégiale Saints-Pierre-et-Paul. En 1683, le simultaneum fut officiellement appliqué après la visite de Louis XIV. Après la Révolution, la paroisse catholique quitta le chœur qui fut démoli en 1824 faute d'entretien.

Lors de l’importante restauration de 1845-47, l’architecte Maestlé rétablit le couronnement des tourelles d’escalier de la façade et ouvrit à nouveau le transept au culte. Il est intéressant d’observer la dissymétrie existant entre les deux tourelles, l’une étant plus avancée que l’autre.

En 1736, les Récollets de Saverne purent établir à Neuwiller, après donation d’une maison, un hospice (couvent) comprenant 5 religieux franciscains qui vinrent s’y installer en 1739. L’époque révolutionnaire privatisa les biens de ce couvent.
Dans le transept nord de l'église, découvrez une plaque funéraire avec un chronogramme, particularité intéressante à Neuwiller-lès-Saverne. Un chronogramme est une inscription dont certaines lettres particulièrement mises en valeur et relevées dans le texte donnent, quand elles sont additionnées comme des chiffres romains, un millésime.

Poursuivez votre route vers la rue des Cigognes et observez sur votre droite (dans la continuité du transept de l’église) les vestiges d’un ancien portail. Ce portail bouché était sans doute la porte d’entrée de la chapelle du couvent. Les motifs décoratifs gravés sur ce portail sont typiques de l’art baroque. L’inscription gravée sur l’arc se traduit ainsi : « C’est la porte du Salut éternel. Entrez, acclamez Dieu. Celui qui n’entre pas par la porte est un larron et un voleur ». Elle comporte un chronogramme, Il indique ici la date de 1739.
Pour ce portail, nous avons : 1 M = 1000 - 1 D = 500 - 4 L = 200 - 6 V = 30 - 9 I = 9.
Deux autre chronogrammes sont visibles à Neuwiller, l’un au-dessus de la porte sud d’accès au transept de l’église Saint-Adelphe, l’autre sur la chaire de l’église catholique.

Pour en savoir plus sur les chronogrammes de Neuwiller, écoutez Etienne Bankhauser (Association Patrimoine) :

Infos techniques

19 Rue de l'Église
67330 Neuwiller-lès-Saverne
Lat : 48.82437Lng : 7.4062711
0 m
102 j

Les Storyguides à proximité

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.