Déjà inscrit ? Connectez-vous
S'Schmetts
S'Schmetts
S'Schmetts
S'Schmetts
S'Schmetts

S'Schmetts

Crédit : CCHLPP

Ce Hofname peut avoir deux origines, soit un patronyme, soit un métier. Hormis le propriétaire actuel, la famille Diemert, il n’y a qu’une longue succession de Huss dans cette demeure, pas de trace d’un nom de famille avec une consonance rappelant ce Hofname. Ne s’agissant pas d’un patronyme, c’est vers la profession de forgeron, "Schmett", en alsacien, que vont donc porter nos recherches.

C’est avec ce corps de ferme, un des plus grands du village, que débute une nouvelle série de maisons, celles qui sont notées dans le Terrier de 1723. C’est par ce registre que nous savons que c’est à cet endroit que commençait notre village, en ce premier quart du 18ème siècle. La description et la situation de chaque corps de ferme transcrites dans ce Terrier nous a permis de retracer la carte du village pour cette époque.

Nous savons donc qu’en 1723 ce cabaret appartenait à Becker Claude né à Kirrwiller en 1684, fils de Daniel Becker et de Criqui Suzanne. Becker Daniel est arrivé dans notre village en 1675 durant la guerre de Hollande, en tant qu’émigré catholique, saunier, pour repeupler notre province dévastée par la guerre de trente ans (1618-1648).

Becker Claude, le fils de Daniel exerçait la profession de maréchal ferrant et d’aubergiste au Lion. C’est probablement lui qui est à l’origine du Hofname "s’ Schmitts". Il a épousé en 1709, Rudio Marguerite. Becker Claude décédera en février 1727. Cette même année, sa veuve, Marguerite Rudio, épousera en secondes noces, Huss Nicolas né en 1695 à Weyersheim. C’est ainsi que "le cabaret au Lion" passa à la famille Huss.

Le logis visible depuis la rue a été bâti en 1729 pour le couple Huss Nicolas et son épouse ; ils ont laissé leurs noms avec le millésime de la construction dans un cartouche gravé sur le poteau cornier antérieur. Cette maison présente sur la partie arrière du mur gouttereau opposé à la cour, un remarquable balcon, maçonné entre le colombage, protégé par l’abattant de la toiture. Côté cour, un auvent longe toute la façade, jusqu’à une dépendance. La maison est construite en pan de bois avec un étage en encorbellement. La galerie court le long du mur gouttereau décorée avec des chaises curules. A l’étage se trouve une chambre richement ornée de plusieurs peintures polychromes, signe d’une riche demeure. Au milieu de la vaste cour se trouve un puits à linteau dont la date n’a pu être déchiffrée, il existe un deuxième puits, proche du logis principal, dont la margelle a disparu.

Un deuxième logis situé en face de la forge se trouve, comme l’ensemble des autres bâtiments, sur le plan cadastral de 1830. Aucune inscription ne permet de dater de manière précise la construction. Le mur de clôture avec ses deux portes charretières et sa porte piétonne est daté de 1830.

Vers le début du 19ème siècle, nous assistons au déclin puis à la disparition de l’auberge Au Lion ; les revenus générés par l’exploitation agricole étant probablement plus lucratifs.

Infos techniques

21-23 Rue Principale
67330 Kirrwiller
Lat : 48.8129Lng : 7.53041
0 m
3 ans

Les Storyguides à proximité

Les hébergements à proximité

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.