Déjà inscrit ? Connectez-vous
La mercerie

La mercerie

Au 2, rue de la Mercière, le linteau de la porte d’entrée nous indique la date de 1726. Quel passé se cache derrière la façade de cette maison… ? A un moment de son histoire, ce bâtiment accueillait la mercerie du village. Au Moyen Age, on disait « Merciers, marchands de tout, faiseurs de rien ». En effet, dans ce type de commerce, de nombreux produits étaient vendus mais aucun n’était fabriqué par le marchand. Le mercier était chargé de rassembler les marchandises puis de les mettre à disposition des acheteurs. Il était donc l’intermédiaire entre l’acheteur et le fabricant. Le mot mercerie vient du latin merx qui signifie « tout ce qui se vend ». Ainsi, on y trouvait un peu de tout. A Pfalzweyer, les habitants pouvaient s’y procurer divers articles nécessaires à la couture : aiguilles, boutons, tissus, étoffes, fils, dentelles, rubans, agrafes…

Savez-vous que la corporation des merciers est l’une des plus anciennes ? Dès le XIIe siècle, ils sont cités dans un acte où on leur concède un droit de place dans les halles de Champeaux à Paris. Certains merciers partaient loin pour acquérir des marchandises précieuses ! Imaginez-vous…or, argent, soie, perles et joyaux ! Autant de matériaux nobles qui ornaient des articles de mode, très prisés par les habitants des grandes villes.

Au fil du temps, le statut de la mercerie évolua. Avec le développement des voies de communication au cours du XVIIe siècle, le transport des marchandises devint plus facile et plus rapide. Ainsi, la mercerie se divisa en diverses spécialités : marchands joailliers, marchands quincailliers, marchands papetiers…Il y en avait pour tous les goûts !

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.