Déjà inscrit ? Connectez-vous
La libération

La libération

Cette adresse, où se tenait également un restaurant en 1944, joua son rôle dans la libération du village.
Jean-Jacques Miller nous raconte la libération de Petersbach en novembre 1944 :

C’était le 21 novembre 1944 vers 11 heures 30 du matin !

Alfred WEHRUNG avait remplacé mon père Ernest MILLER, enrôlé de force dans la Wehrmacht, comme secrétaire de mairie. Comme presque tous les jours, il me remit le courrier à faire signer par le Bürgermeister Fritz ZIELINGER.

Arrivé devant le restaurant, je vis Monsieur ZIELINGER devant sa porte, recevant les adieux d’un soldat allemand, le fusil en travers dans le dos et claquant des bottes sur le sol avec un bruyant « Heil HITLER ! Herr Bürgermeister ! ».

Le soldat allemand descend les marches d’escaliers, actionne son side-car et se dirige vers la Petite-Pierre alors qu’un sifflement traverse l’air devant nous et Monsieur ZIELINGER crie « Löj e mol wie der e Salto schlad » en me montrant le soldat éjecté de son side-car en bout de la rue principale !

Le temps de le dire, une espèce de char sur pneus passe devant nous, suivi d’un autre véhicule (une jeep) qui s’arrête devant le restaurant. Un soldat avec des barrettes à la boutonnière et insignes aux épaulettes descend, saute quatre à quatre les marches et salue Monsieur ZIELINGER dans un langage inconnu de ma part et les deux s’étreignent et pleurent à chaudes larmes pendant que je me fais gentiment renvoyer par eux !

Quelques jours plus tard, Monsieur ZIELINGER me donne les explications : « Le capitaine (COMPAGNON) était l’élément précurseur des troupes du Général LECLERC. Ils m’ont remercié pour les précieuses informations que je leur ai transmises quant aux déploiements et retraits des troupes allemandes et les nouvelles autorités m’ont confirmées dans mes fonctions de maire de Petersbach. ».

Dans l’après-midi, j’ai assisté depuis ma chambre à l’école, au mitraillage d’un camion allemand venant de Struth et essayant de rejoindre La Petite Pierre. Une femme et deux soldats allemands étaient tués. Les corps déposés dans l’école, ont été inhumés au cimetière communal, le femme couchée dans un cercueil.

C’étaient les premiers morts que j’ai vu…dans ma vie de petit garçon !...

Louis vous parle également de la seconde guerre mondiale :

Infos techniques

37 Rue de la Division Leclerc
67290 Petersbach
Lat : 48.8693Lng : 7.26887
0 m
3 ans

Les Storyguides à proximité

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.