Déjà inscrit ? Connectez-vous
Rue de la Wache

Rue de la Wache

Voici une rue dont le nom a causé bien des difficultés à ceux qui ont cherché à l’expliquer. De nombreuses interprétations farfelues ont été proposées : rue de la « vache » ; wache aurait désigné une masse d’eau stagnante au milieu de la voie ; wache (du germanique wash) aurait rappelé les lavoirs qui y auraient été installés, wache désignerait un corps de garde, ou même une balance (sous la forme wage), qui aurait fait de ce quartier celui des prêteurs d’argent… La seule réelle signification est que wache ou wège désignait les champs d’orge qui, dans un temps très ancien, bordaient cette voie. Cette rue, toute discrète qu’elle soit aujourd’hui, était l’artère principale qui permettait de relier le quartier du pont d’Île, le quartier Saint-Denis et le quartier Sauvenière à l’époque où Liège était en proie à de nombreux ruisseaux. A l’issue de la rue de la Wache, sur la droite, se tient la toute petite rue Pont Thomas. C’était un pont sur le biez de Saint-Denis. Ce pont aurait été construit par un maître maçon nommé Thomas vers 1607. Mal construit, le pont, à peine achevé, se serait effondré. Les Liégeois, toujours très moqueurs, inventèrent la ritournelle suivante : « Qwand li dj’vå da Toumas touma so l’ pont Toumas, touma-t-i avou Toumas ? ».

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.