Déjà inscrit ? Connectez-vous
La fabrique d'allumettes
La fabrique d'allumettes
La fabrique d'allumettes

La fabrique d'allumettes

Crédit : CC PLPP

Observez les maisons des rochers et levez encore un peu la tête : vous pouvez apercevoir un bâtiment de pierre avec trois ouvertures, il s'agit d'une ancienne fabrique d'allumettes.

Dans son roman "Régine et son baladin", Jacqueline Verly fait une description de cette fabrique d'allumettes :

"Le travail du père Christophe, c'était encore et toujours le bois. Après avoir été bûcheron, et depuis que, l'âge venant, ses forces l'avaient abandonné, il avait trouvé à s'employer en tant que tâcheron pour le compte de la dite "petite fabrique" qui n'était autre qu'un simple atelier de confection d'allumettes, installé dans la plus élevée des maisons sous-les-roches. (...)

Ce travail, il l'exécutait chez lui, taillant ses bâtonnets dans le bois de sapin qu'un bûcheron de ses amis lui livrait en fagotins. Des résidus de coupes, somme toute, mais que le Vieux Christophe allait débiter et façonner en minces et minuscules bûchettes, bien régulières.

Une fois liées en paquets et livrées à la petite fabrique, où elles allaient être traitées et trempées dans le soufre fondu, ces bûchettes, devenues des allumettes, seraient rangées dans des boîtes ovales en copeaux, confectionnées sur place ou à domicile par les mêmes tâcherons.

Puis ces boîtes remplies iraient s'ajouter à d'autres, entreposées en bas dans la vieille maison près de la fontaine, qui servait de dépôt.
De là, les hommes les plus valides et les plus jeunes, hottes au dos, iraient les vendre aux foires et aux marchés de Phalsbourg et de Saverne, et plus loin encore."

Marc nous en apprend davantage sur cette fabrique :

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.