Déjà inscrit ? Connectez-vous
image utilisateur
de Elan cyclotouriste de Champs-sur-Marne et Guerre 14-18
5-Bezonvaux

5-Bezonvaux

5-Bezonvaux

A Bezonvaux, un sentier de mémoire permet de visiter les vestiges du village.

Reprendre la direction de la D 24 en direction de Damloup.

Essentiellement rural, peuplé de 149 habitants en 1913, principalement agriculteurs, apiculteur ou petits commerçants, le village de Bezonvaux possédait toujours un château lors de l’entrée en guerre, en 1914.
L’avancée allemande jusqu’en Meuse en 1914, incite la population à le déserter dans un premier temps.
Mais le front se stabilisant plus au Nord, celle-ci y revient, malgré quelques bombardements sporadiques allemands, à la fin de l’année 1914 et en 1915, en provenance des jumelles d’Ornes.
Elle y côtoie un grand nombre de militaires en transit ou s’y installant, comme le fit le sergent André Maginot, célèbre ministre de la guerre nommé en 1922 puis en 1929, qui y installa ses patrouilleurs…
Puis elle doit en repartir définitivement peu avant la Bataille de Verdun.

Après l’attaque massive allemande, déclenchée le 21 février 1916, les troupes françaises combattant à Ornes se replient à Bezonvaux le 24 février…

Le lendemain, le 25 février, le 4e Bataillon de Chasseurs à Pied et le 44e Régiment d’Infanterie, chargés de sa défense, plient désespérément sous les violents assauts de l’artillerie puis de l’infanterie allemande qui prend alors possession du village éventré, pendant que les Poilus se replient sur Fleury…

Le village restera aux mains des Allemands jusqu’à la mi-décembre 1916.
En effet, le 15 décembre 1916, une attaque française des 2e et 3e zouaves et 3e tirailleurs algériens, venant de l’Est du Fort de Douaumont, monte à l’assaut de Bezonvaux où le Front se stabilise pour les deux dernières années de guerre.!

Le village continuera de sombrer sous les bombardements plus ou moins intensifs au cours de cette ultime période qui voit tout autant disparaître son imposant château que ses modestes maisons.

En 1918, classé en « zone rouge », il ne permet plus la reconstruction dont pouvaient rêver ses habitants au sortir de la guerre.

Son statut spécifique de village détruit décrété en 1919 lui permet de reprendre un nouveau départ qui sera exclusivement consacré au travail de mémoire avec notamment l’édification de sa chapelle-abri Saint Gilles et son monument aux morts…

Lors de la seconde guerre mondiale, il est le théâtre, de nouveau, de violents combats le 14 juin 1940 dans son secteur où le 132e RIF parvient à arrêter quelques heures la progression de l’envahisseur allemand en lui infligeant de lourdes pertes.

Aujourd’hui, le travail de mémoire qui y est effectué a mis en place un très intéressant parcours historique présentant la vie d’autrefois du village.

A voir :
- La chapelle-abri Saint Gilles (vitraux commémoratifs de Gruber, immortalisant la libération de Bezonvaux par les chasseurs du 102e BCP, surnommés par la suite « les vitriers de Bezonvaux » le 16 décembre 1916 et fresque du peintre Lucien Lantier) ;
- Le monument au village détruit (obélisque sur lequel est gravée la citation décernée au village martyr. Bas relief montrant la grande rue du village avant la guerre) ;
- La borne casquée sur le bas-côté de la route traversant le village et marquant la ligne de front jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918 ;
- Le monument aux patrouilleurs de Maginot ;
- Parcours historique montrant les emplacements des anciennes maisons et les activités d’autrefois.

Bezonvaux
http://tourisme-pays-verdunois.eu/bezonvaux/

Infos techniques


55100 Bezonvaux
Lat : 49.2366Lng : 5.4707
0 m
3 ans

Les Storyguides à proximité

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.