Déjà inscrit ? Connectez-vous
La distillation

La distillation

En Alsace, on cultive de nombreux fruits : quetsches, mirabelles, pommes, prunes, poires, cerises... On en fait de bonnes tartes, des confitures, des jus… et on les distille pour en faire de succulentes eaux de vie, appelées également schnaps ! Écoutez ces quelques paroles de Freddy Sarg ; pasteur, ethnologue et écrivain alsacien ; pour vous plonger au cœur des coutumes alsaciennes : « Le citadin qui rend visite aux membres de sa famille habitant la campagne alsacienne, au bout d'une demi-heure d'entretien se fait proposer un rafraîchissement («Was kann mer eich anbiede ?» «Was trinksch denn ?»). Parmi les boissons offertes figurent en bonne place, pour les femmes, la liqueur faite maison et, pour les hommes, le «schnaps» fait maison. ». Le schnaps fait partie des nombreuses traditions culinaires de l’Alsace. Mais, comment en fabrique-t-on ?

Il faut tout d’abord récolter les fruits et les laisser fermenter dans de grands tonneaux. La distillation se fait généralement en hiver et représente un grand moment pour les habitants, elle annonce un jour de fête et de convivialité. Cinq jours avant la distillation, il faut se rendre chez le buraliste du village pour annoncer la quantité de fruits qui va être transformée. Dans la première moitié du XXe siècle, les habitants avaient le droit de distiller gratuitement 20 litres d’eau de vie à 50°. Dans le cas où la quantité était dépassée, il fallait payer des taxes. Suite à cette déclaration, un agent passait pour vérifier la quantité de fruits annoncée et s’assurer que du sucre n’avait pas été ajouté afin d’augmenter la teneur en alcool. Le jour j, il faut se lever tôt pour tout préparer comme le bois pour chauffer l’alambic tout au long de la journée et les récipients destinés à recevoir l’eau de vie. L’opération la plus importante consiste à chercher à la mairie ou chez l'instituteur, le tuyau qui relie le ballon à la bassine de refroidissement. Sans ce tuyau, pas de distillation et donc pas de schnaps ! En Alsace, on procède à une double distillation : le premier distillât obtenu est redistillé en fin de journée. Cette dernière étape dévoile le degré d’alcool de l’eau de vie et surtout son goût. Ce moment est l’occasion pour les villageois de partager une discussion autour d’un verre et de donner leur avis sur la nouvelle production ! La journée se termine avec le calcul de la teneur en alcool du cru et l’ajout d’eau si nécessaire pour obtenir un mélange à 50° environ. Après avoir nettoyé les lieux et l’alambic, on rapporte le tuyau à la mairie, en attendant la prochaine distillation.

Le village de Schoenbourg est particulièrement connu pour ses quetsches. Ici, par exemple, au 59, rue de la rue principale on en distillait.

Écoutez Marcel et Erna parler de la distillation à Schoenbourg :

59 principale 67 schoenbourg
Lat : 48.8328Lng : 7.26587
0 m
3 ans

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.