Déjà inscrit ? Connectez-vous
Info historique

Info historique

Tandis que Napoléon est aux prises avec Blücher à Ligny, le Maréchal Ney fait face à l’avant-garde de l’armée de Wellington au carrefour des Quatre-Bras. Au début de la bataille, avant l’arrivée de renforts, le Maréchal français a seulement 8.000 hommes à opposer aux 14.000 alliés anglais, hollandais et allemands sous les ordres de Wellington. Sans rentrer dans le détail du déroulement précis de la bataille, son résultat est assez simple à schématiser : Ney a perdu 4.300 hommes, Wellington en a perdu 4.700 ; à 21h, tout le monde a plus ou moins repris ses positions initiales ; les anglais sont bloqués et n’ont pu apporter secours aux Prussiens. Ce carrefour des Quatre-Bras est un lieu symbolique important. Cinq monuments s’attachent à nous le rappeler. D’abord la grande ferme de Gémioncourt qui resta aux mains des alliés durant toute la bataille. De part et d’autre du carrefour, quatre autres monuments commémoratifs évoquent le sacrifice des néerlandais, des allemands, des anglais et des belges. Un mot d’explication sur ces « belges » d’avant l’indépendance de 1830. En 1815, le territoire de la Belgique actuelle est officiellement sous l’autorité du roi Guillaume des Pays-Bas de la Maison d’Orange depuis le 1er août 1814. Même s’il semble aujourd’hui qu’une partie des unités dites belges était composée d’Allemands et d’Hollandais, la question des « belges » dans le conflit était sujet à controverses : certains voudraient les voir combattre aux côtés des français, républicains, francophones … tandis que d’autres souhaitent d’avantage les lier aux forces coalisées de langue germanique qui occupaient nos régions depuis août 1814.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.