Déjà inscrit ? Connectez-vous
Verre et verrerie

Verre et verrerie

Les origines de Schoenbourg remontent probablement au Moyen Age. C’est à cette époque que les cathédrales ont commencé à voir le jour. Afin d’orner les ouvertures toujours plus imposantes de ces géants de pierre, les maîtres-verriers recherchent du verre en grande quantité et de toutes les couleurs. Les matières premières nécessaires à la fabrication du verre sont : le sable, la cendre de fougères, l’argile et le bois. Ainsi, les forêts se voyaient peu à peu défrichées ; c’est ainsi que Schoenbourg est né, au sein d’une clairière de défrichement. Les familles de verriers jouissaient de privilèges qui leur permettaient de s’installer en des lieux propices à leur activité où toutes ces matières premières étaient disponibles. Aujourd’hui des témoins de l’activité verrière de la commune sont encore visibles au lieu-dit « Glasberg », en contre-bas de la carrière : des débris de verre et un morceau de cul de four enduit d’une pâte vitrifiée y ont été retrouvés.

Dès l’époque romaine, l’homme maîtrise le travail du verre. C’est au XVe siècle que des verriers s’installent dans le comté de La Petite Pierre. Ce territoire doit le développement de cette industrie au comte de La Petite Pierre, « Jerri-Hans », « le prince des verriers ». « Schönstes Glas bin ich gennant – Schoenburg ist mein Vaterland », ces quelques vers qui signifient « On m’appelle le plus beau verre, Schoenbourg est ma terre natale », évoquent la légende selon laquelle la grande rosace de la cathédrale de Strasbourg aurait été réalisée à partir de verre de Schoenbourg.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.