Déjà inscrit ? Connectez-vous
Hotel de ville : Michel de l'Hospital

Hotel de ville : Michel de l'Hospital

Crédit : Office de Tourisme Riom-Limagne

Retranscription de l'audioguide :

Devant la façade principale se dresse, sur un socle haut, la statue en marbre blanc de Michel de L’Hospital. Debout, barbu, le front dégarni, l’air grave, il est vêtu d’une longue toge dont le col est relevé. Son bras droit est replié contre sa poitrine, les doigts de sa main enserrent un rouleau de parchemin. Son bras gauche repose le long de son corps et sa main s’appuie sur un énorme livre dont la couverture est ornée des symboles de la justice, la balance et le glaive.
Qui se cache derrière ce personnage à l’air sérieux qui s’appuie sur un gros ouvrage de droit ? Qu’a-t-il accompli pour mériter les honneurs du Roi Charles X qui a offert cette statue de marbre à la ville en 1822 et le respect des Aiguepersois qui lui ont réservé une place privilégiée dans la cour de leur Hôtel de ville ? Michel de l'Hospital, c’est LE grand homme d'Aigueperse, où il est né au printemps de l’année 1507.


Témoignage d'Olivier Paradis, président de l'association Braille et culture d'Aigueperse :
« La famille de Michel de l’Hospital est originaire du Cantal. Ils se sont installés à Aigueperse vers 1470, par là. Le père de Michel de l’Hospital était médecin et on pense aussi que son grand père était médecin. Il vivait dans l’intimité des Bourbons puisque le médecin, il est dans le palais des Montpensier. Michel de l’Hospital est né ici dans ce palais où il y avait ses parents où il y a une librairie qui a quelques 500 ouvrages à l’époque voire peut-être plus. Une des plus grandes bibliothèques du royaume à cette époque-là ! Donc il est déjà dans un univers intellectuel dès le départ. Les Montpensier sont des intellectuels. À 15 ans il est envoyé à Toulouse pour faire des études de droit. Là c’était au moment de la crise des bourbons où le connétable fuit l’Auvergne, fuit la France et se met au service de Charles Quint. Michel de l’Hospital, qui n’a que 15 ans, il est arrêté à Toulouse parce qu’on soupçonne qu’il est au courant des manigances de son père. À 15 ans, il a connu la prison et la diplomatie, la grande diplomatie ! »

Adolescent, Michel de l’Hospital part en exil en Italie avec sa famille et étudie à l'université de Padoue où il entame une brillante carrière de juriste humaniste qui lui vaudra une réputation de savant.

Témoignage d'Olivier Paradis :
« Il est vraiment considéré comme un des plus grands esprits de son temps et très jeune. Et puis arrive le mariage du duc d’Orléans, futur Henri II, avec une demoiselle de Médicis, dénommée Catherine mais qui est auvergnate par sa mère, Madeleine de la Tour d’Auvergne. Et c’est comme ça que la famille de l’Hospital revient en cour. »
« Michel de l’Hospital revient en France via Marseille en 1535 et assiste à ce Mariage. Et c’est là qu’il revient à Aigueperse, d’ailleurs, en remontant sur Paris et retrouve sa famille, son frère, ses neveux et va essayer de trouver une place au Parlement à Paris et on va le retrouver comme haut magistrat dans différentes circonstances. Petit à petit, donc il remonte en grâce. »

La fin de sa carrière est couronnée par sa nomination au poste de Chancelier de France sous la régence de Catherine de Médicis.

Témoignage d'Olivier Paradis :
« Michel de l’Hospital va avoir donc, cette carrière tout à fait extraordinaire, dans le sens où il est dans une période qui est extrêmement confuse qui est celle des guerres de religions. Catholiques et protestants n’ont qu’une envie c’est vraiment de se déchirer et lui essaye avec tous les arguments possibles d’éviter cette confrontation. »

Il essaie en vain d'empêcher le conflit entre les protestants et les catholiques et meurt quelques mois seulement après la Saint Barthélémy…

Revenons maintenant à ces fameux automates en bois appelés mystérieusement Jacquemarts… Pour cela, sortez de la cour, traversez la rue pour prendre du recul et levez les yeux.

153 Gr Grande Rue 63260 Aigueperse
Lat : 46.0239Lng : 3.20374
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris