Déjà inscrit ? Connectez-vous
Belle croix funéraire de 1819 et stèle à Théroigne de Méricourt
Belle croix funéraire de 1819 et stèle à Théroigne de Méricourt

Belle croix funéraire de 1819 et stèle à Théroigne de Méricourt

Belle croix funéraires de 1819 dans le cimetière de Marcourt et stèle à Théroigne de Méricourt, née Anne Josèphe Terwagne, prénommée plus tard Lambertine. Femme politique française, née en Principauté de Liège, le 13 août 1762 à Marcourt (d'où la corruption Méricourt) en Ardenne, à l'époque sous domination autrichienne, elle s'extrait très vite de son milieu familial (paysans propriétaires) pour devenir ce qu'il est convenu d'appeler une demie-mondaine.Après avoir vécu à Paris, Londres et en Italie, et connu des aventures multiples, elle se jette dans la Révolution française dès 1789 où elle se fait d'abord remarquer aux tribunes de l'Assemblée. Habillée en amazone, portant pistolet et sabre, Théroigne, plus connue à Paris sous le nom de « la Belle Liégeoise », tient salon, rue du Boulay, où on retrouve Siéyès, Camille Desmoulins, Pétion, Brissot, Fabre d'Églantine, Romme, qu'elle affectionne particulièrement, et d'autres encore.Théroigne crée avec Romme le Club des Amis de la loi, qui se fond dans le célèbre Club des Cordeliers. Fin 1790, endettée, accusée d'avoir pris part aux excès des 5 et 6 octobre, à Versailles, elle rentre dans son pays natal, s'installe à Liège où elle est arrêtée dans la nuit du 15 au 16 février par le nouveau pouvoir autrichien. Internée à Kufstein dans le Tyrol, elle est libérée par l'empereur Léopold II et se retrouve à Paris à la fin de l'année 1791.Le 26 janvier 1792, elle est reçue pompeusement aux Jacobins. Elle se range alors du côté de Brissot, s'affirmant nettement républicaine.Elle est de tous les combats. Elle est favorable à la guerre, au printemps 1792, et tente de créer une "phalange d'amazones". Elle participe activement à l'invasion du palais des Tuileries par le peuple de Paris le 10 août 1792. En mai 1793, dans le jardin des Tuileries, accusée de soutenir Brissot, chef de file des Girondins, elle est prise à partie par des femmes qui la fouettent à nu. Cet acte dégradant et son opinion d'une révolution ratée la précipitent dans la folie ; elle est internée pendant les 23 dernières années de sa vie. Elle est morte le 23 juin 1817 à l'hôpital de la Salpêtrière, à Paris.Sa vie qui fait d'elle l'une des premières féministes de l'histoire, inspira Charles Baudelaire dans les Fleurs du Mal et Sarah Bernhardt lui prêta sa voix au théâtre.

Infos techniques


6987 Marcourt
Lat : 50.2145Lng : 5.52806
224 m
2 j

1 Informations complémentaires