Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le jardin intérieur

Le jardin intérieur


Dans le havre de paix qu’est redevenu le jardin intérieur après la disparition des grues et du béton, le visiteur pourra admirer la finesse des façades et le subtil jeu de couleurs entre pierre bleue, grès yprésien, briques flamandes et ardoises.
Pour apporter une fine touche de verdure, le lierre a été choisi. Il est depuis des siècles le symbole de la fidélité, de l’affection éternelle et plus largement l’image du Christ lui-même.
Le Christ est l’époux céleste des religieuses. Il occupe une place centrale dans leurs préoccupations et prières. Il était donc logique de le trouver au cœur-même de ce bâtiment.

Observez la pierre armoriée dans le mur au-dessus de la porte du cloître : elle porte la date 1242 et la statuette d’Alix de Rosoit entourée de quatre roses, mais à ses pieds figure son écusson avec trois roses seulement. En plaçant sa fondation sous la protection de Notre-Dame, Alix lui aurait offert une des fleurs de son blason, qui dès lors n’en comptait plus que trois. 

Le vocable «à la Rose» apparaît pour la première fois dans des documents du XVIIIe siècle, mais ce n’est qu’à la fin du XIXe qu’il s’imposera dans les documents officiels et dans les habitudes. On le doit, semble-t-il, à la prieure Marie- Rose Carouy, qui aurait trouvé dans cette légende de la quatrième rose un moyen de renforcer l’image de marque de l’institution. Prénommée Zélie, la prieure s’était choisi un prénom religieux qui associait la Vierge et la Rose.

Lat : 50.7131Lng : 3.83155
0 m
2 ans

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.