Déjà inscrit ? Connectez-vous
image utilisateur
/ 1 an
La collégiale Saint-Jean l’Évangéliste

La collégiale Saint-Jean l’Évangéliste


L’église Saint-Jean l’Évangéliste, ancienne collégiale fondée par l’évêque Notger vers 980, suit un plan influencé par l’église palatine d’Aix-la-Chapelle. Composé d’un polygone, l’édifice  roman était complété d’une tour, d’un cloître et de dépendances appartenant au collège des chanoines. Dès la fin du XIIe siècle, des travaux sont entrepris. Ces derniers visent à reconstruite la partie supérieure de la tour. Deux siècles plus tard, un chœur et des chapelles se greffent à l’église octogonale existante. L’église romane est reconstruite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en style néoclassique par deux architectes liégeois : J.-G. Soufflot et B. Renoz, sur la base des plans de l’architecte italien G. M. Pisoni.

Le nouvel édifice élevé en grès houiller, briques et calcaire est composé de trois parties (la tour, l’octogone et le chœur) romane et néoclassique. La première de style roman est jouxtée de deux tourelles d’escaliers. L’octogone néoclassique est couvert d’une haute coupole prenant appui sur les huit piliers délimitant le déambulatoire. Ce dernier est couvert de voûtes d’arêtes et est flanqué de six chapelles rayonnantes. Le chœur néoclassique est caractérisé par de grandes fenêtres à linteau. 

Le cloître jouxtant l’édifice est daté dans l’ensemble du XVIe siècle, seule l’aile est a été reconstruite au XVIIIe siècle. Les ailes ouest et nord ont été voûtées en 1738. L’aile sud est l’unique témoin des voûtements gothiques originels, caractérisés par la présence de liernes et tiercerons. Remarquons le portail cintré orné d’un bas-relief inscrit dans son tympan représentant saint Jean à l’île de Patmos ainsi que le mobilier baroque.

Classement (29-05-1952)

Patrimoine exceptionnel de Wallonie

 

 

 

Liège
Lat : 50.6429Lng : 5.56765
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris