Déjà inscrit ? Connectez-vous
Arc de Triomphe

Arc de Triomphe

A son retour victorieux d'Austerlitz, Napoléon, inspiré des pratiques de la Rome antique, clame à ses hommes : "Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe.".

En 1806 est ordonnée la construction du monument, qui est confiée à Jean-François Chalgrin. Le chantier est colossal, nécessite des fondations à sa démesure et le monument peine à sortir de terre. Les premières défaites napoléoniennes vont ralentir sa progression, à laquelle la chute de l'Empereur va mettre un terme provisoire.

Sous la Restauration, la construction reprend brièvement. Il faut attendre le règne de Louis-Philippe pour voir, en 1836, l'achèvement du monument et son inauguration le 29 juillet, sixième anniversaire des Trois Glorieuses.

Les dimensions de cet arc tétrapyle sont gargantuesques : 49,54m de haut, 44,82m de large, 22,21m de profondeur, pour un poids de 50 000 tonnes, 100 000 tonnes en prenant en compte les fondations qui s'enfoncent à 8,37 m de profondeur), Quoique colossal, il n'en demeure pas moins harmonieux.

Devant les façades principales des piédroits, le premier registre est orné de groupes en ronde-bosse sur des piédestaux. Ce bandeau est surmonté d'un premier entablement constitué d'une frise de grecques et d'une corniche saillante. Le second registre est animé de grands cadres de pierre rectangulaires, orné d’un bas-relief, et surmonté d'un entablement, comprenant une frise historiée, sous une corniche saillante. Le troisième registre dans la partition verticale de l'édifice est un important étage d'attique orné de 30 boucliers.

Les groupes sculptés sont, face à l'avenue des Champs Elysées, à gauche, le Triomphe de 1810, par Cortot, à droite le Départ des volontaires de 1792 (plus connu sous le nom de La Marseillaise), par François Rude, respectivement surmontés de bas-reliefs représentant la bataille d'Aboukir et les funérailles de Marceau. En faisant le tour dans le sens des aiguilles d'une montre, on voit, face à l'avenue Kléber, la bataille de Jemappes. Côté avenue de la Grande Armée, à gauche, la Paix, par Etex, surmonté de la prise d'Alexandrie, à droite, la Résistance, par Etex, et le passage du pont d'Arcole au registre supérieur. Finalement, la bataille d'Austerlitz orne la face côté avenue de Wagram.

Sous la voûte à caissons repose depuis 1921 le soldat inconnu à côté duquel brûle depuis 1923 une flamme du souvenir.

Sur les boucliers de l'attique sont gravés les noms de grandes batailles de la Révolution et de l'Empire, tout comme sur les faces intérieures des piliers des grandes arcades, les faces intérieures des petites arcades étant ornées des noms de personnalités de la Révolution et de l'Empire.

De la terrasse de l'Arc, on jouit d'une vue inégalable sur Paris.

Pour plus d'informations :
www.paris-arc-de-triomphe.fr/

Infos techniques

75008 Paris
Lat : 48.8737762Lng : 2.2950321
260 j