Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le château-ferme d’Opprebais

Le château-ferme d’Opprebais

Fleuron archéologique et historique de la localité, le château-ferme d’Opprebais est aujourd’hui partiellement en ruines. La première mention d’une forteresse à cet endroit dans les textes remonte à 1440 bien que le site soit bien plus ancien comme l’on montré les relevés archéologiques. Le site est alors la propriété de Simon de Lalaing. En 1486, la seigneurie est vendue à Jean de Berghe, seigneur de Glimes, puis passe par succession dans l’apanage des Arenberg au XVIIe siècle. Déjà abandonné précédemment, le site se dote alors d’une ferme qui s’établit au sein de l’ancienne muraille. La forteresse ruinée, construite sur un tertre artificiel, présente dans son état actuel, vers l’extérieur, les anciennes murailles du quadrilatère fortifié au XIVe siècle, cantonnées de tours d’angle circulaires. Celles-ci intègrent au sein de l’aile sud l’exceptionnel donjon-porche initial du XIIIe siècle qui a été conservé sur une hauteur de 11,5 m tandis que la muraille du quadrilatère repose sur des arcades de soutènement conservées sur des hauteurs de 4,5 à 5 m. C’est au-dessus de celles-ci que circulait un chemin de ronde aujourd’hui disparu. Du côté de l’aile ouest, l’ancien châtelet d’entrée forme une tourelle avancée reliée à la muraille par un mur épais. À l’intérieur du quadrilatère, des bâtiments de ferme des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles sont adossés aux fortifications, autour d’une cour pavée. Ces bâtiments sont généralement en moellons de quartzite local, en partie mêlés de grès ferrugineux et de calcaire gréseux.

Classement comme monument et comme site le 28 mai 1973

Infos techniques

Lat : 50.6826951Lng : 4.7967149
130 j

Les hébergements à proximité

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.