Déjà inscrit ? Connectez-vous
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny
Village de Coligny

Village de Coligny

D'abord occupé par la tribu celte des Séquanes, le site prend son nom et son importance avec l'occupation romaine : "Colonia" (colonie) devient Coligny. Possédé ensuite par de puissants seigneurs, le fief donnera de grands hommes à l'histoire de France.
Cette colonie romaine connut une activité notable, puisque sur la voie de communication entre Lugdunum (Lyon) et la Germanie et également sur la voie des Alpes. A l'époque carolingienne, quand se met en place la féodalité, les seigneurs Manassès s'imposent sous la suzeraineté des Comtes de Bourgogne (vers 863). L'époque la plus brillante de la seigneurie se situe entre le XIIe et le XIIIe siècles, marquée par une expansion foudroyante le long du Revermont jusque sur les rives du Rhône. Les sires de Coligny deviennent les gardiens de tous les passages conduisant des plaines de la Saône vers le Bugey.
Les Coligny comptèrent parmi les très anciennes familles de la noblesse française et formèrent plusieurs branches. La famille, éteinte à la toute fin du XVIIe siècle, a donné deux maréchaux, un lieutenant-général de l'infanterie et deux amiraux à la France, ainsi qu'un cardinal, un évêque de Beauvais et un archevêque de Lyon. Le plus illustre reste l'amiral de France Gaspard II de Coligny (1519-1572), fidèle courtisan des rois François Ier, Henri II et Charles IX. Il fut la première et la plus célèbre victime du massacre de la Saint-Barthélémy.
Le château féodal fut démantelé au XVe siècle par les troupes françaises de Louis XI : il n'en reste rien aujourd'hui. Toutefois, le passé médiéval peut encore se lire à travers certaines habitations. La place centrale se rapproche davantage de notre époque avec un ensemble architectural décidé en 1855, et qui comprend la grenette, la mairie, l'école (la Poste aujourd'hui) et le poids public.
Mais le plus admirable reste l'aiguayoir (1811). Ce grand bassin était destiné au bain des chevaux constituant les attelages qui empruntaient la ""voie du sel"" et qui faisaient halte à Coligny. Ils entraient dans l'eau jusqu'au ventre pour se laver et se rafraîchir. Il est alimenté par le trop plein de la fontaine des Tilleuls, dont l’eau claire vient de la source de Goubey. Dans l'aiguayoir, elle peut monter jusqu'à un mètre. Les visiteurs de la fameuse Foire bressane à l'ancienne (premier mardi d'août) peuvent admirer les chevaux comtois s'y ébrouant avec bonheur.
Concernant le patrimoine religieux, la commune possède un nombre non négligeable de croix, dont l'une agrémente le monument marial situé à l'entrée sud du village. Erigé en 1857 dans l'ancien cimetière, il est de style néogothique et présente dix-sept statues, dont les prophètes Moïse, David, Isaïe et Ezechiel, et en place centrale, la Vierge Marie.
Au centre du village, l'église Saint-Martin, en partie reconstruite au XIXe s. (nef) mais qui a conservé son choeur gothique du XVe siècle. Document de visite à l'intérieur.

Infos techniques

01270 Coligny
Lat : 46.382954Lng : 5.346038
13 j

5 informations complémentaires

Contact

Téléphone : 04 74 30 10 97

Email : mairie.de.coligny@wanadoo.fr

Site web : www.mairie-coligny.fr

Mis à jour par

Bourg-en-Bresse Destinations - Office de tourisme - 08/04/2021

Portrait

Gaspard II, comte de Coligny (1519-1572)
Troisième fils de Gaspard Ier de Coligny, maréchal de France, et de Louise de Montmorency, dame d’honneur de la reine Éléonore de Habsbourg (François Ier). Homme de guerre célèbre, nommé amiral de France, il devient le chef du parti protestant à la mort d'Henri II. Gouverneur de la Normandie, il en fait la place forte des réformés. C'est lui qui fait de la Réforme française de la seconde moitié du XVIe siècle un parti armé, disposant de troupes organisées. Toute la vie de Coligny reste marquée par sa relation avec les Guise. Conseiller du roi Charles IX sur lequel il a une grande influence, il lui conseille d’intervenir aux Pays-Bas, mais la reine-mère, Catherine de Médicis et les chefs catholiques conduits par les Guise s’opposent à cette intervention. Ils organisent un attentat contre Coligny qui sera blessé le 22 août 1572, puis assassiné et défénestré le 24 août lors du massacre de la Saint-Barthélémy : les chefs huguenots étant alors rassemblés à Paris pour assister au mariage d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois (soeur du roi).

Période d'ouverture

Toute l'année, tous les jours.
Accès libre au village toute l'année
Accès à l'église : informations à venir.

Tarif(s)

Visite libre.

Les Storyguides à proximité

Les hébergements à proximité

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.