Déjà inscrit ? Connectez-vous
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet
Librairie Élisabeth Brunet

Librairie Élisabeth Brunet

Crédit : Music Land©Claude Levieux

Vous descendez l'allée Eugène Delacroix et sur la droite dans la rue Ganterie, arrêtez-vous deux minutes devant la Librairie Élisabeth Brunet.

En ce début des années 70, tout se passe à la fac et à la Cité U de Mont-Saint-Aignan. Les jeunes rockers descendent dans Rouen pour aller chez les disquaires, achètent leurs fringues dans de bonnes friperies, à deux pas, rue des bons enfants, vont au concert à la salle Sainte-Croix-des-pelletiers et achètent leurs disques chez les disquaires.
Il faut dire que des disquaires, il y en a pour tous les goûts : « Bande son », rue Ganterie, magasin où on ne vendait que des cassettes audio car à l’époque, il fallait commander la cassette du disque qu’on achetait et c’était long pour la recevoir…
Il y a les disquaires généralistes, à l'Espace du Palais, « Auditorium » ; au Palais des Congrès, « Music Land » (photo 1) ; « Verhaegen » (photo 2), rue grand Pont ; « Nuggets », rue du Gros Horloge.
Les disquaires spécialisés sont « Record Shop », plus classique et musique jazz à l'endroit de la librairie devant laquelle vous vous tenez, « Rose Bonbon » (photo 3) où on écoute une musique alternative, le disquaire en marge, on y va pour chiner, trouver quelque chose d’inconnu tenu par Richard Alexandre du groupe Onyx, c'est rue des Faulx. Il y a un disquaire associatif, Adoc, qui vend également des bandes dessinés (photo 4). Puis, Mélodies Massacre, rue massacre, disquaire punk rock (photo 5).

Qui dit disquaires dit radios. Les radios indépendantes sont le vecteur d’une musique indépendante !
Avant 1981, les radios pirates inondent les ondes et l'année suivante, elles deviennent libres ! Elles font la promotion des disques et dirigent les ventes chez les disquaires, elles font connaître les groupes à leurs auditeurs. Plusieurs radios sévissent à Rouen et son agglomération. RVS (Radio Vallée de Seine) sur la Côte Sainte-Catherine ; FMR (créé de deux radios Méandre et Cannette) se trouve à Mont-Saint-Aignan puis Canteleu, le cinéaste Claude Duty a participé comme animateur de cette radio ; VRL à Petit-Quevilly, Radio Arlequin à Rouen… ce sont les principales, il y en a eu d’autres… (photo 6)
À Rouen sont nés deux Labels de musique. Sordide Sentimental créé par Jean-Pierre Turmel, rouennais (bac aux Bruyères puis devient ouvrier à La Grande Paroisse) et Yves Von Bontee. Jean-Pierre Turmel crée ce label avec ses propres deniers… Ils sortent le premier 45 T de « Joy Division » inscrit dans la mouvance post-punk, connu mondialement. Puis, ils développent le groupe « Psychic TV » en France, en Angleterre, en Hollande et en Allemagne. Et le label Invitation au Suicide fondé par Yann Farcy précurseur du rock gothique : il exploite le créneau de la musique industrielle et bruitiste. Yann produit « Christian Death », un groupe américain né à Rouen… Il est fan des premiers morceaux de « Nurse » (photo 7).

Prochain rendez-vous : rue Sainte-Croix-des-Pelletiers. Avancer vers la rue Jeanne d'Arc, la traverser. Continuer rue des Bons enfants et tourner la deuxième à gauche.

Infos techniques

68 Rue Ganterie
76000 Rouen
Lat : 49.4438333Lng : 1.0929573
277 j

Les Storyguides à proximité

Les hébergements à proximité

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.