Déjà inscrit ? Connectez-vous
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel
Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel

Autour de la forteresse de Yèvre-le-Châtel

Crédit : Grande Chélidoine (Crédit : CBNBP)

Les vieux murs des villages accueillent une flore particulière et très bien adaptée aux conditions de vie extrêmes qu’ils présentent (faible disponibilité en matière organique et en eau par exemple). L’installation progressive des espèces pionnières facilite l’arrivée d’autres espèces plus exigeantes. Lisez les points complémentaires pour en découvrir quelques unes.

Infos techniques

9 Place du Bourg
45300 Yèvre-la-Ville
Lat : 48.1601815Lng : 2.3351419
100 j

2 informations complémentaires

Flore des vieux murs

Autour de la forteresse, vous pouvez observer un cortège de plantes typiques des villages et des vieux murs comme par exemple :

- la Grande Chélidoine (Chelidonium majus), aussi connue sous le nom d'Herbe aux verrues car le latex jaune-orangé toxique obtenu en cassant sa tige a des propriétés permettant de lutter contre ces affections de la peau ;

- la Cymbalaire des murs (Cymbalaria muralis) ou Ruine de Rome, espèce introduite volontairement d’Italie au XVe siècle pour habiller les rocailles et les vieux murs, elle est aujourd’hui largement répandue dans les villes et villages de France ;

- plusieurs petites espèces de fougères sont fréquentes sur les vieux murs. Deux sont observables autour de la forteresse : la Doradille rue-des-murailles (Asplenium ruta-muraria) et la Capillaire des murailles (Asplenium trichomanes) ;

- la Giroflée des murailles (Erysimum cheirii) se remarque facilement par ses grandes fleurs jaunes ou brunes sentant le clou de girofle, qui fleurissent d’avril à juin. Introduite pour l’ornement, elle pousse aussi régulièrement de manière naturelle sur les vieux murs de la région ;

- le Buddléia de David ou Arbre à papillons (Buddleja davidii), bien qu’encore vendu dans les jardineries, est une plante exotique avec des tendances envahissantes dans les milieux artificialisés (ou anthropisés) en Centre-Val de Loire et colonise les milieux pionniers, c'est pourquoi on la retrouve régulièrement dans les friches et les villages ;

- la Luzerne orbiculaire (Medicago orbicularis), qui doit son nom à ses fruits en forme de spirale est visible non pas sur les murs mais au pied de la forteresse. Cette espèce est peu fréquente dans le nord du Loiret.

Un partenariat CD45/CBNBP pour améliorer et promouvoir la connaissance de la flore du département du Loiret

Dans le but de valoriser et de mieux prendre en compte la flore des sentiers de randonnées et plus largement celle du département, un partenariat s'est constitué entre le Conseil départemental du Loiret et la délégation Centre-Val de Loire du Conservatoire botanique national du Bassin parisien.
Ces deux structures travaillent depuis de nombreuses années en étroite collaboration afin d'allier entretien des routes et protection de la flore des emprises vertes, et plus récemment sur les sentiers de randonnée. L'objectif de ce dernier axe est, entre autres, de souligner auprès des promeneurs les richesses botaniques que recèlent les nombreux circuits qui parsèment le département.

Les Storyguides à proximité

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.