Déjà inscrit ? Connectez-vous
image utilisateur
Suivre
LE VILLAGE D'ARTHON

LE VILLAGE D'ARTHON

Arthon est mentionnée pour la première fois dans le cartulaire de Redon, au XIe siècle sous la forme suivante : In plebe quae vocatur Artum. L’église, appartenant à un clerc, est donnée à l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, donation confirmée par le pape en 1104. Artum est la première forme connue de la commune.

Par ailleurs, on peut préciser que la commune a changé de nom au cours de la période révolutionnaire, pour s’appeler temporairement Les Chaumes-de-Bec.

Préhistoire
Des silex taillés et des haches polies datant du mésolithique et du néolithique ont été découverts sur la commune d’Arthon.

Antiquité
Deux éléments gallo-romains ont été mis au jour : un aqueduc et une villa. L’aqueduc, construit au IIe siècle, servait à acheminer l’eau de la fontaine Bonnet au bourg d’Arthon-en-Retz pour alimenter notamment des thermes. Il est identifié durant les années 1840. Des fouilles archéologiques ont lieu en 1995-1996, puis des prospections en 2009 et 2010. La villa, de taille importante, a été retrouvée au niveau actuel du jardin du presbytère.

Moyen-Âge
La paroisse d’Arthon a été créée durant l’époque carolingienne. Une église est construite à ce moment-là, sous le patronage de saint Martin de Tours. Le château et la chapelle de la seigneurie de La Sicaudais sont cités en 1119 qui attestent alors de la présence de la seigneurie depuis le XIIe siècle.

Période moderne
En 1587, le seigneur de la Sicaudais, Aduheaulme de Chevigné, reçoit Henri de Navarre, avant qu’il ne devienne roi.

Période contemporaine
La paroisse de La Sicaudais est créée le 6 octobre 1843 par ordonnance royale de Louis-Philippe et par ordonnance épiscopale du 4 janvier 1844. L’église actuelle est construite entre les années 1862 et 1885. Le clocher est bâti plus tardivement, en 1892. En même temps que l’église, le chantier de la mairie-école débute également. Durant la Seconde Guerre mondiale, le village de La Sicaudais fait partie de la Poche de Saint-Nazaire. Un monument est créé par le lieutenant Pollono le 21 décembre 1944. La gare est bombardée par les Allemands le 26 décembre 1944. La succursale de La Sicaudais disparaît dans les années 2000.

Le 1er janvier 2016, la commune de Chéméré est rattachée à celle d’Arthon-en-Retz afin de former la nouvelle commune de Chaumes-en-Retz.

Dates marquantes de l’histoire de la commune :
1587 : Henri de Navarre rend visite au seigneur de La Sicaudais
Octobre 1843 - janvier 1844 : Création d’une nouvelle paroisse à La Sicaudais
1853 : Le cimetière est transféré sur un autre terrain
1862 : Début de la construction de la nouvelle église et de la mairie-école
1887 : Arthon devient Arthon-en-Retz

Source : shpr.fr

Signification du blason d'Arthon
Écartelé : au premier, d'azur à un four à chaux d'argent maçonné et ouvert de sable ; au deuxième, de gueules à un aqueduc d'or, au chef d'argent à trois mouchetures d'hermine de sable ; au troisième, de gueules à l'épée posée en bande chargée d'une crosse posée en barre, le tout d'or, au chef du même chargé d'une croisette de sable ; au quatrième, d'azur à trois merlons de sel d'argent, posés 2 et 1. Commentaires :
Le four à chaux est celui de La Feuillardais, et l'aqueduc est l'aqueduc romain d'Arthon. Les merlons évoquent les marais salants, l'épée et la crosse rappellent Saint Martin de Tours. Au troisième, le chef d'or chargé d'une croisette de sable évoque le blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance d'Arthon-en-Retz à celui-ci. Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par le curé de la paroisse en 1946.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.