Déjà inscrit ? Connectez-vous
de didier
Sur les pas de Chateaubriand à Plancoët (le grand tour) personnalisé par didier

Sur les pas de Chateaubriand à Plancoët (le grand tour) personnalisé par didier

Le quartier de Nazareth n’a été rattaché à Plancoët qu’en 1841. Avant il s’agissait d’un important hameau de Corseul, la ville romaine. La rue centrale de l’abbaye, à l’architecture préservée, est une des rues les plus anciennes de la ville. Cette rive de l’Arguenon est le théâtre des premiers pas du grand écrivain du Romantisme : François-René de Chateaubriand.François-René de Chateaubriand naquit à St Malo le 4 septembre 1768 et fut inhumé comme il l’avait demandé, au grand Bé, devant St Malo, le 19 juillet 1848.Nourrisson chétif, il passe sa petite enfance "au bon air de Plancoët" où sa grand-mère, Madame de Bedée le confie à une nourrice. Il y restera environ trois années, puis c’est de Saint-Malo et Combourg, des collèges de Dol, de Rennes et de Dinan d’où il vient adolescent rendre visite à sa famille. Il y est témoin du bonheur des siens... Cette promenade suit le parcourt que firent maintes fois la mère et la grand-mère de Chateaubriand entre le manoir de la Bouëtardaye, la maison louée rue de l’Abbaye et l’église de Nazareth.

7.4 km
2 h
1 h
max. 0 m
min. 0 m
0 m
0 m
Style : À la campagne
Public : Famille
Thématique : Tourisme de mémoire

Point de départ


22130 Plancoet
Lat : 48.5176Lng : -2.22329
0 m
4 ans
image du poi
1

Le parvis de léglise Notre-Dame de Nazareth

Cette église est une des raisons de la venue du jeune Chateaubriand à Plancoët.Ces parents ayant déjà perdus un nourrisson avant lui ; ils décident, après une naissance tumultueuse qui le suivra sa vie durant, de lemmener à Nazareth."Je vins au monde le [4 octobre] de lannée [1758]. (...) [La] maison est située dans une petite rue de Saint-Malo, appelée la rue des Juifs. La chambre où ma mère accoucha domine les murs déserts de la ville, et donne sur une mer qui sétend à perte de vue, en se brisant parmi des écueils ; jeus pour parrain mon malheureux frère et pour marraine madame la comtesse de Plouër, fille du Maréchal de Contades : je fus nommé François, du jour où jétais né, et René à cause de mon père. Jétais presque mort quand je sortis du sein maternel, et le mugissement des vagues battues par une tempête de léquinoxe empêchait dentendre mes cris". (extrait Mémoires de ma vie)"Je fus mis en nourrice à ce joli village de Plancoët. (...) Lunique frère de la mère, le comte de Bedée, avait près de ce village un château très agréable quil avait nommé Mon Choix. Les biens de ma grand-mère maternelle se trouvaient dans les environs. Ma grand-mère elle-même vivait retirée avec sa sœur, Mademoiselle du Boistilleul, dans un hameau qui nétait séparé du village de Plancoët que par un pont et quon appelait lAbbaye à cause dune abbaye de bénédictins consacrée dans ce lieu à Notre-Dame de Nazareth. (extrait Mémoires de ma vie)

Rue de l'Evinais 22130 Plancoet
Lat : 48.5176Lng : -2.22329
0 m
image du poi
2

La fontaine Ruellan

Vous êtes toujours sur le parvis. La fontaine qui vous fait face, dite fontaine Ruellan, est l’endroit où des maçons cherchant de l’eau pour un chantier découvrirent en 1621, une statue en forme de croix toîtée, Représentant la vierge et l’enfant sur une face et un christ sur croix au revers (visible dans l’église). Vénérée quelque temps par la population locale, elle fut rejetée à l’eau par un simple d’esprit et ainsi perdue de nouveau. Dès lors, les manifestations bizarres se succédèrent. En 1644, 3 courageux frères de la famille Faguet cherchèrent et trouvèrent la statue mais brisée en trois morceaux. Des miracles suivirent.Les Dominicains furent désignés pour s’occuper du culte et construisirent en 1647 un couvent et une chapelle. Ils seront chassés à la Révolution.A l’est, à votre droite, se tient l’ancien couvent. L’église désaffectée fut remise au culte en 1818 et largement remaniée (fronton en 1892).

76 Rue de l'Abbaye 22130 Plancoet
Lat : 48.5175Lng : -2.22334
0 m
image du poi
3

Lintérieur de léglise de Nazareth

Une fois à l’intérieur, vous découvrez un chœur richement décoré comme on aimait le faire au 18è siècle.L’autel de droite est consacré à la Vierge, vous y verrez la croix du 14è ou 15è (extraite de la fontaine). Les pèlerinages ont lieu le 15 août pour l’Assomption et le 8 septembre pour la Nativité de la Vierge. Chateaubriand cite ce cantique de matelot qu’il a entendu dans un naufrage au retour d’Amérique. « Je mets ma confianceVierge, en votre secours ;Servez-moi de défense,Prenez soin de mes jours.Et quand ma dernière heureViendra finir mon sort,Permettez que je meureDe la plus sainte mort. »(extrait Mémoires de ma Vie)A peine né, le jeune Chateaubriand est amené ici. "La première nourrice quon me donna se trouva stérile. On ne sen aperçut pas dabord. Je pensai mourir. Ma bizarre destinée sobstinait à me faire vivre ; une pauvre femme, amie de ma nourrice et nouvellement accouchée, me prit à son sein avec son nourrisson. Croyant que jallais expirer, elle me voua à la patronne du hameau, ou Notre-Dame de Nazareth, et promit si jen revenais, que je porterais le bleu et le blanc jusquà lâge de sept ans en lhonneur de la Sainte Vierge. Ma mère ratifia son vœu. Je fus sauvé". (extrait Mémoires de ma Vie)Sept années plus tard, il fut ramené à Plancoët afin dêtre relevé de ce vœu initial. Un ex-voto rappelle cet épisode."Le 4 octobre de lan [1775] ... je partis de chez ma grand-mère avec ma mère, ma tante de Boistilleul, mon oncle de Bedée et ses enfants, ma nourrice et mon frère de lait pour être relevé du vœu de ma nourrice à Notre-Dame de Nazareth. Javais un habit blanc tout neuf, avec une écharpe de soie bleue, des souliers, des gants et un chapeau blancs. Cétait la première fois de ma vie que jétais décemment habillé. Léglise était placée au bord du chemin et environnée de grands ormes. Le village de Plancoët et ceux des alentours étaient accourus à cette cérémonie.

Rue de l'Evinais 22130 Plancoet
Lat : 48.5178Lng : -2.22291
0 m
image du poi
4

Le Chemin des fontaines

En descendant les marches, vous parvenez à une vallée en retrait de laxe principal.Au temps de Chateaubriand, ces maisons étaient les seules du hameau. Le quartier de Nazareth était un quartier dartisans.Les façades donnaient sur la rue ; on faisait boutique au rez-de-chaussée (retouche des vitrines de façade visible) et on vivait sur létage. Sur larrière sétendait une arrière boutique, un atelier, parfois un four, un courtil pour les compléments alimentaires et au fond de la vallée, leau, élément essentiel de toute activité."Ma grand-mère occupait dans lunique rue du hameau de lAbbaye une jolie petite maison dont les jardins descendaient en terrasse sur une vallée et au bout desquels on trouvait une petite fontaine entourée de saules." (extrait Mémoires de ma vie)

41 Rue de l'Abbaye 22130 Plancoet
Lat : 48.5203Lng : -2.22761
0 m
image du poi
5

La maison Notre-Dame

Dans la Rue de lAbbaye, vous passez au n°43 devant la maison de la grand-mère de Chateaubriand. Vous pourrez prendre plus de recul qui vous aurez traversé à labri de la rue de Velléda."Si jai vu le bonheur sur la terre, cétait certainement dans cette maison. (...) Madame de Bedée ne marchait plus mais à cela près elle navait aucun des inconvénients de son âge. Cétait une agréable vieille, grasse, blanche, propre, lair grande, les manières belles et nobles, portant des robes à plis à lantique et une coiffe noire de dentelle nouée sous le menton. Elle avait lesprit orné, la conversation grave, lhumeur sérieuse. Elle était soignée par sa sœur mademoiselle de Boistilleul, qui ne lui ressemblait que par la bonté. (...) Ma grand-mère se reposait sur sa sœur du soin de toute la maison ; elle dînait à onze heurs du matin, dormait deux heures après son dîner ; à une heure elle se réveillait, on la portait dans son jardin où elle prenait lair entourée de sa sœur, de ses enfants et petits-enfants. A quatre heure elle rentrait dans son salon, on mettait une table de jeu ; mademoiselle de Boistilleul frappait avec des pincettes contre la plaque de la cheminée, et quelques instants après on voyait entrer trois autres vieilles filles qui sortaient de la maison voisine à lappel de ma tante. Ces trois sœurs dont la plus jeune avait cinquante-huit ans, se nommaient les demoiselles Ville-de-Neuf. Filles dun pauvre gentilhomme, au lieu de partager son petit héritage, elles en avaient joui en commun, ne sétaient jamais quittées, et nétaient jamais sorties de leur village paternel ; liées depuis leur enfance avec ma grand-mère, elles logeaient porte à porte, et venaient tous les jours au signal convenu dans la cheminée, faire la partie de quadrille de leur vieille amie. Le jeu commençait, les bonnes dames se querellaient. Cétait le seul évènement de leur vie et le seul moment où légalité de leur humeur fut altérée ; à huit heures, le souper ramenait la sérénité". (Extrait Mémoires de ma vie).

50-52 Rue de l'Abbaye 22130 Plancoet
Lat : 48.5197Lng : -2.22833
0 m
image du poi
6

La source Sassay

Dans ses pérégrinations dans la nature, Chateaubriand venait peut-être se désaltérer de leau de cette source. Ce nest quau début du 20è siècle que les constatations du Docteur Chambrin, alors Maire de la commune, sur ses patients le conduisent à faire classer cette eau (1928), eau minérale naturelle.Une première usine est lancée (maison en granite face à vous) sappuyant sur la naissance du tourisme et la demande de santé (déjà !).Après guerre, une seconde usine (bâtiment blanc) sort de terre pour accompagner la croissance de la demande, liée à la naissance des supermarchés et lapparition des bouteilles en plastique.Lessor se poursuit avec lusine actuelle. Leau minérale de Plancoët (plate, et gazeuse depuis 2010) et leau de source Ste-Alix poursuivent leur chemin deaux bien ancrée dans sa région.Attention : Le parcours après ce point devient plus difficile. Vous pouvez tout à fait lire la suite du document et passer directement à létape 11 sans pour autant perdre le fil.

20 Avenue de Sassay 22130 Plancoet
Lat : 48.518Lng : -2.2305
0 m
image du poi
7

La Vue du Tertre de Brandefert

Histoire de souffler un peu, nous vous proposons un arrêt pour profiter à linstar dun cartographe du Moyen-Age, du panorama offert par le tertre. Vous distinguez bien lancien hameau de Plancoët sur votre gauche et le hameau de Nazareth sur votre droite. Séparant les 2 villages, les axes de circulation : la route, la voie ferroviaire, lArguenon.Imaginez-vous deux siècles plus tôt larrivée en voiture du jeune Chateaubriand, nourrisson chétif et affaiblit, pour trouver le "bon air de Plancoët".En continuant votre chemin, vous pénétrez dans une zone naturelle sensible, qualifiée par les scientifiques "dîlot exceptionnel de biodiversité ordinaire", et qui abrite plus de 795 espèces animales.

5353 Rue Velléda 22130 Plancoet
Lat : 48.516Lng : -2.23235
0 m
image du poi
8

Le Manoir de Mon-Choix

De ce point, on distingue à louest de Plancoët le Manoir de Monchoix, maison de joie qui appartenait à Antoine de Bedée, appelé Bedée lartichaut.Le propriétaire actuel du Manoir, descendant de Chateaubriand fait visite le Manoir sur demande."Le château de mon oncle, le comte de Bedée, était situé à une lieue de Plancoët, dans une position élevée et riante. Tout y respirait la joie ; lhilarité de mon oncle était inépuisable. Il avait trois filles, Caroline, Marie et Flore, et un fils, le comte de la Boistardais, conseiller au Parlement, qui partageaient son épanouissement de cœur. Mon-Choix était toujours rempli des gentilshommes du voisinage. On faisait de la musique, on dansait, on chassait ; on était en liesse du matin au soir. Ma tante madame de Bedée qui voyait mon oncle manger gaiement son fonds et son revenu, se fâchait assez justement, mais on ne lécoutait pas. Sa mauvaise humeur augmentait au contraire de la bonne humeur de sa famille, dautant que ma tante elle-même était sujette à bien des manies ; elle avait toujours un grand chien de chasse hargneux couché dans son giron et un sanglier privé qui remplissait le château de ses grognements. Quand jarrivais de la maison paternelle sombre et silencieuse à cette maison de fête et de bruit, je me trouvais dans un véritable paradis. Ce contraste surtout devint plus frappant, lorsque ma famille fut fixée à la campagne. Passer de Combourg à Mon-Choix, cétait passer du désert dans le monde, du donjon dun vieux baron gaulois à la villa dun prince romain." (extrait de Mémoires de ma vie)Se rendre à létape n°9 correspond à une certaine distance sur un chemin caillouteux. Vous pouvez joindre directement létape n°10 sans prendre le fil de lhistoire.

5813 Rue Velléda 22130 Plancoet
Lat : 48.5149Lng : -2.23453
0 m
image du poi
9

Le manoir de la Bouëtardaye

Ce manoir est privé et le lieu ne se visite pas.Ce lieu est la maison natale de la Mère de Chateaubriand, Apolline de Bedée.Les parents de François-René de Chateaubriand se marient dailleurs en léglise de Bourseul en 1753 et habitent 3 ans en cette demeure.La maison principale date de la fin du 16è, début 17è siècle. La chapelle a été construite au 17è, sur lemplacement de la première qui datait du 14è siècle.Ils ont pour domestique un Angolais dit "La France" baptisé et enterré à Bourseul sous le nom dEugène."Le bon La France valet de chambre de mon père partageait avec la Villeneuve une parte de mon affection." (extrait des Mémoires de ma vie)

D792 22130 Bourseul
Lat : 48.5041Lng : -2.24617
0 m
image du poi
10

La roche de Velléda

Vous arrivez après un chemin au bord dun ru devant une roche.Imaginez le jeune Chateaubriand venant ici 2 siècles plus tôt y faire un somme et sadonner à la rêverie.Face à lui, le marais face à lui était en eau que les chaudes journées estivales transformaient en une brume, propice aux songes.Cest ici quil aura la vision de la druidesse Velléda, figure romantique des "martyrs"."Les soldats mavertirent que depuis quelques jours une femme sortait du bois à lentrée de la nuit, montait seule dans une barque traversait le lac, descendait sur la rive opposée, et disparaissait.Caché parmi les rochers, jattendis quelques temps sans rien voir apparaître. (...) Je découvre un esquif suspendu au sommet dune vague ; une femme le conduisait ; elle chantait en luttant contre la tempête, et semblait se jouer dans les vents ; on eût dit quils étaient sous sa puissance, tant elle paraissait les braver. (...) Bientôt elle touche la rive, sélance à terre, senfonce dans le bois. (...) Elle passa près de moi sans me voir. Sa taille était haute ; une tunique noire, courte et sans manches, servait à peine de voile à sa nudité. Elle portait une faucille dor suspendue à une ceinture dairain et elle était couronnée dune branche de chêne. La blancheur de ses bras et de son teint, ses yeux bleus, ses lèvres roses, ses longs chevaux blonds qui flottaient épars, annonçait la fille des gaulois, et contrastaient par leur douceur avec sa démarche fière et sauvage. Elle chantait dune voie mélodieuse des paroles terribles et son sein découvert sabaissait et sélevait comme lécume des flots." (extrait des Martyrs)

5813 Rue Velléda 22130 Plancoet
Lat : 48.5078Lng : -2.23681
0 m
image du poi
11

Superbe point de vue

Par temps clair et avant que les feuilles des arbres ne poussent, on peut apercevoir la mer bordant St Jacult

5353 Rue Velléda 22130 Plancoet
Lat : 48.5149Lng : -2.23342
0 m
image du poi
12

Les emballages Samson

Cette entreprise aux hangars impressionnants (et aux camions non moins impressionnants) fabrique des emballages écologiques en bois, essentiellement destinés au conditionnement des légumes.Il sagit dune unité intégrée, ce qui signifie quelle assure lensemble du cycle de fabrication, de lachat de la matière première (le bois de peuplier) jusquau produit fini.

5 Rue de la Libération 22130 Plancoet
Lat : 48.5178Lng : -2.22628
0 m
image du poi
13

église Notre-Dame de Nazareth

Nous espérons que vous avez passé un agréable moment dans les traces de ce grand écrivain romantique. A bientôt sur nos chemins...

64-74 Rue de l'Abbaye 22130 Plancoet
Lat : 48.5175Lng : -2.22372
0 m

1 informations complémentaires

saisonnalité

debut avril à fin octobre

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris