Déjà inscrit ? Connectez-vous
La Charente, le bel arrière-pays vallonné du Cognac
La Charente, le bel arrière-pays vallonné du Cognac

La Charente, le bel arrière-pays vallonné du Cognac

Crédit : JLPC

La longueur totale du fleuve est de 381,4 km1, dont 224 km concernent le seul département de la Charente. Pris en ligne droite de sa source à son embouchure, sa longueur est seulement de 160 km, le fleuve double presque son parcours du fait de ses nombreux méandres. La Charente se divise en plusieurs bras en divers points favorisant la formation d'îlots, dont la plupart sont inondables et inhabités.
La Charente se jette dans l'océan Atlantique par une large embouchure entre Fouras et Port-des-Barques en aval et au sud de Rochefort.

Le fleuve est classé navigable sur 196 km (dont 103 classés en maritime) depuis Montignac situé à la cote 40 m, mais surtout depuis Angoulême à la cote 29 m jusqu'à l'océan Atlantique. En réalité, seuls 179 km sont réellement navigables grâce aux 21 écluses dont 2 sont classées maritimes.

D'Angoulême au Port-du-Lys - commune de Merpins -, le gabarit des écluses est de 28 m sur 6,35 m, la hauteur libre 3,60 m. Ensuite, dans la portion du fleuve classée en "maritime" qui va du Port-du-Lys jusqu'à l'océan, le gabarit des écluses est de 34,80 m sur 6,30 m pour l'écluse de la Baine, située dans la commune de Chaniers, en amont de Saintes, et de 50 m sur 8 m pour l'écluse de Saint-Savinien, avec une hauteur libre de 5,65 m.

La Charente est reliée à la Seudre par le canal de la Charente à la Seudre ou canal de la Bridoire.

Villes et villages existent tout au long du fleuve depuis l'Antiquité. Il est donc possible de retrouver tous les types de patrimoine bâti traditionnels, ponts, puits, pigeonniers, maisons, fermes dont certains datent du Moyen Âge. Les églises romanes font la fierté de la vallée de la Charente ; chaque commune a la sienne.

La partie amont du fleuve et ses affluents, permettent la pêche, le canotage, l'observation de la nature et la découverte de sites et d'ouvrages liés au fleuve, en particulier les moulins. Large, sinueux et navigable dans sa partie aval, le fleuve Charente, permet, en plus des activités de navigation (gabarres, bateaux de location), de nombreux sports nautiques (aviron, canoë-kayak, ski nautique, voile sur les plans d'eaux comme à Saint-Yrieix, sur les lacs et dans l'estuaire). Chemins de halages et chemins de randonnées, dont le GR4, situés en bordure des cours d'eau permettent des randonnées à pied, à vélo ou à cheval d'Angoulême à Rochefort.

144 km
max. 41 m
min. 0 m
212 m
-175 m

Accessibilité

Styles : RandonnéeBaladeDécouverteÀ la campagneEn villeInsoliteForêt
Publics : FamilleRandonneurs occaionnelsPersonnes âgées
Thématiques : GastronomiqueCulturelPatrimoine

Point de départ


17300 Rochefort
Lat : 45.9462Lng : -0.953321
0 m
image du poi
1

Rochefort

« Ville nouvelle » du xviie siècle qui doit sa création en 1666 à l'implantation d'un arsenal maritime et militaire dont l'ambition était d'en faire le plus grand et le plus beau du royaume. De ce passé prestigieux, Rochefort hérite d'un patrimoine urbain parmi l'un des plus riches et des plus remarquables de la Charente-Maritime, ce qui lui a valu d'être classée ville d'art et d'histoire.

Depuis le départ de la Marine nationale, elle s'efforce de se reconvertir en ville touristique grâce à ses musées, à sa sa vie culturelle animée, à sa station thermale qui est devenue la plus importante du centre-ouest de la France.

Deuxième pôle industriel de la Charente-Maritime dont l'activité économique est principalement stimulée par la construction aéronautique et la plasturgie, ainsi que par son port de commerce encore actif sur le fleuve Charente.

Chemin de Charente 17300 Rochefort
Lat : 45.9462Lng : -0.953321
0 m
image du poi
2

Tonnay Charente

Tonnay-Charente doit en grande partie à son fleuve sa riche histoire et sa prospérité dont elle a partagé le destin commun avec sa grande voisine, Rochefort, à partir du XVIIe siècle.

Malgré son port fluvial encore actif sur l'estuaire, Tonnay-Charente n'est plus vraiment un centre industriel aujourd'hui mais, depuis le début du nouveau siècle, des activités commerciales et de services sont en plein essor et assurent efficacement le relais.

Cette reconversion économique et urbaine a fait de Tonnay-Charente une ville fortement attractive, la plaçant désormais au sixième rang des villes de Charente-Maritime. Tonnay-Charente est devenue un centre résidentiel particulièrement recherché, autant pour son cadre de vie diversifié que pour son site géographique dominé par un beau pont suspendu sur la Charente.

Quai des Capucins 17430 Tonnay-charente
Lat : 45.9388Lng : -0.882254
0 m
image du poi
3

Saint-Savinien

Saint-Savinien-sur-Charente est une des cités les plus pittoresques de la Saintonge Romane. Dominant le fleuve Charente de son éperon de roches calcaires dans l'extérieur d'une boucle, Saint-Savinien, déjà village gallo-romain, puis enjeu des invasions normandes, connut son essor au début du xviiie siècle.

La poissonneuse Charente faisait vivre toute une population de plongeurs qui remontaient du fond des patagaux (moules perlières d'eau douce). Les perles avaient une belle eau et en 1717, l'intendant de la Marine de Rochefort fit envoyer au Régent duc d'Orléans une de ces perles. L'incertitude des profits provoqua vers 1750 l'abandon de cette activité.

Un intense trafic de gabares, allèges et galliots permit de donner l'appellation officielle durant de longues années de Saint-Savinien-le-Port.
Ces bateaux transportaient, entre Angoulême et la mer (ports de Rochefort et de La Rochelle), les pierres de taille à grain très fin qui servirent à l'édification de nombreux monuments à travers le monde, le bois de construction et de chauffage, les vins et eaux-de-vie de Saintonge. Cette activité cessa progressivement pour disparaître totalement vers les années 1930.

Les Prés du Canal 17350 Le mung
Lat : 45.8763Lng : -0.685957
0 m
image du poi
4

Port d'Envaux

La commune appartient depuis 2011 au réseau « Villages de pierres et d'eau », label initié par le conseil général afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau (mer, rivière, étang...)

Les sites à visiter :
Le château de Panloy : château construit en 1770, sous Louis XV en conservant les deux pavillons renaissance et son parc au préinventaire des jardins remarquables ;

L'église Saint-Saturnin, dont la partie la plus ancienne remonte au début du xiie siècle, a subi de multiples remaniements. Elle a été fortifiée par construction d'une chambre haute munie d'archères ;

Trois porcheries, construites respectivement en 1928, 1930 et 1934, permettaient la valorisation du petit-lait sur place. Ce site fait l'objet d'une étude pour intégrer la liste du patrimoine industriel ;

Les Lapidiales : situées dans le prolongement des carrières de pierre de Crazannes, ces falaises accueillent depuis 2001 des artistes sculpteurs du monde entier, qui taillent leurs œuvres à même les parois. Autour de différents thèmes : Passe le temps…, Terre, planète vie, De l’abîme à l'azur, L'imaginaire du fleuve, Dans le ventre du monde, Le monument aux morts pour rien …

3 Quai de Carénage 17350 Port-d'envaux
Lat : 45.8359Lng : -0.677032
0 m
image du poi
5

Saintes

La ville voit croître son influence économique dans le dernier tiers du xixe siècle lorsqu'elle est choisie comme siège du VIIIe arrondissement des chemins de fer de l'État.

Saintes est également devenue, grâce à un important ensemble patrimonial gallo-romain, médiéval et classique, une ville touristique fréquentée, affiliée au réseau national des villes et pays d'art et d'histoire depuis 1990. La culture n'est pas en reste, Saintes étant dotée de plusieurs musées, d'un théâtre, de cinémas, de nombreux festivals et d'un centre européen de recherche et de pratique musicales implanté au cœur de l'abbaye aux Dames.

4-11 Quai de Verdun 17100 Saintes
Lat : 45.7441Lng : -0.63037
0 m
image du poi
6

Chaniers

Si Chaniers est parfois surnommée la commune aux cent villages, elle bénéfice d'un certain nombre d'atouts qui lui permettent d'en faire une commune attractive aux portes de Saintes. Bordée par la Charente, sur sa rive droite, Chaniers est devenue une commune suburbaine particulièrement recherchée.

Chaniers dispose du dernier bac motorisé encore en service sur la Charente, qui permet d'accéder à la commune de Courcoury au sud.

Le bourg central, situé près du fleuve, s'organise autour de la place Saint-Pierre où se trouve l'église, et autour des rues Aliénor d'Aquitaine et Saint-Antoine. La mairie, la salle des fêtes et la médiathèque occupent la place Jean Pourcelet (du nom d'un maire de Chaniers). La place du Communal, sur la rive nord de la Charente, est bordée à l'ouest par une peupleraie, et à l'est par un camping. Au xxe siècle, l'urbanisation a progressé le long de la rue des Sables vers l'ouest, et a surtout gagné le terrain situé au nord de la voie ferrée, où ont été construits de nombreux lotissements, l'école et le bureau de poste.

D138 17100 Chaniers
Lat : 45.7145Lng : -0.560174
0 m
image du poi
7

Dompierre-sur-Charente

Sur la commune est implanté le dernier bac à chaine manuel qui permet, pendant la saison estivale et de jour, de traverser gratuitement la Charente et de rejoindre Rouffiac. Il se nomme le « Châ p'tit va loin ».

D233 17800 Dompierre-sur-charente
Lat : 45.6992Lng : -0.497046
0 m
image du poi
8

Rouffiac

Rouffiac est une commune principalement agricole.
Un tourneur d'art sur bois est installé au bourg.

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste date des xiie et xve siècles. On peut remarquer un élargissement de la nef du côté nord.
Elle possède une chaire en bois sculpté du début du xviiie siècle, avec une statue de saint Marc assis sur le lion et soutenant la cuve. Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1911.
Le retable, en bois sculpté avec décor peint et en relief, datant de la même époque, est aussi classé depuis 1975.

La cloche en bronze date de 1667. Elle est gravée
« BENEDICAMUS PATREM ET FILIUM CUM SANCTO SPIRITU. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM EX HOC, NUNC ET USQUE AD SECULUM. JESUS MARIA JOSEPH. S.MARIA ET STE MARTIALISINTERCEDITE PRO NOBIS. HAEC CAMPANA FUIT BENEDICTA A D.PETRO ROSSIGNOL, RECTORE SANCTI MARTIALIS DE COLONGES, XIX MENSIS MAII, ANNO DOMINI 1667. FUIT IUSTICUS PATER D.JOANNES R.DROULHE, SCUTIFER ; LUSTRICA VERO MATER DOMICELLA MARIE D'AUBETERRE »

Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1944

D233 17800 Rouffiac
Lat : 45.6938Lng : -0.495071
0 m
image du poi
9

Salignac-sur-Charente

À l'est, le Né, affluent de rive gauche de la Charente dont toute la partie aval de son cours est canalisé la sépare de la commune de Merpins. Le canal du Né lui sert de délimitation administrative. À l'ouest, la petite rivière le Gua, qui est également un affluent de rive gauche de la Charente, la sépare de la commune voisine.

Le Port du Lys 17800 Salignac-sur-charente
Lat : 45.6826Lng : -0.41188
0 m
image du poi
10

Cognac

Les deux plus anciens quartiers de Cognac ; outre le centre historique qui s'est développé d'abord autour du château des Valois sur la rive gauche puis vers l'est après l'enrichissement de la ville grâce à l'essor du commerce des eaux-de-vie au XIXe siècle, sont les faubourgs Saint-Jacques et Saint-Martin qui correspondent à de très anciennes paroisses (pour Saint-Martin antérieure à celle de Cognac, pour Saint-Jacques lieu réservé aux pèlerins sur la rive droite du fleuve). Il existe trois autres quartiers plus récents : Crouin, la cité de l’Hôpital et la cité du Dolmen. L'habitat y est principalement collectif.

La ville de Cognac, ainsi que toute la région cognaçaise, est caractérisée par la couleur noire de certains murs, quartiers ainsi que certains arbres. Cette couleur noire est due à un champignon microscopique, Baudoinia compniacensis qui se développe à proximité des vapeurs d'eau-de-vie. On appelle ce champignon, le champignon de la part des anges. L'épithète « compniacensis » signifie « de Compniac », « Compniac », étant un ancien nom de Cognac.

1-5 Quai de la Salle Verte 16100 Cognac
Lat : 45.6952Lng : -0.334439
0 m
image du poi
11

Bourg-Charente

Lieux et moments :

L'église paroissiale Saint-Jean : romane du xiie siècle, dépendant à l'origine de l'ancien diocèse de Saintes, elle est donnée entre 1083 et 1110, à l'abbaye de Savigny qui y installe un prieuré. Elle est rebâtie dans le troisième quart du xiie siècle avec portail à quatre voussures, façade à trois étages et abside circulaire. Elle est classée monument historique depuis 1913

Le château de Bourg, restauré au xviie siècle et qui a acquis la cheminée du château de Bouteville. Ce château élevé au xviie siècle sur les bases du château médiéval (dont il reste des bases de murailles, les fossés taillés dans le rocher et l'emplacement de deux ponts levis) a été très remanié au xixe siècle notamment par l'adjonction d'un pavillon où ont été incorporés des éléments d'architecture récupérés au château de Bouteville (Cheminée, œil de bœuf) Sur une aile en retour d'équerre a été remontée toute une partie du crénèlement de l'aile Est de Bouteville avec y compris les gargouilles ornées de mascarons

Le château de Cressé est une magnifique demeure édifiée au milieu d'un beau parc. Il appartenait à Mme Gabriel Martell et a servi à différentes œuvres sociales. Il a depuis été transformé en maison de retraite.

Le château de Tilloux, qui a appartenu à un maire de la commune, M. Harris Favraud, est une construction "moderne" édifiée en 1872. Cette construction a remplacé un ancien château, siège d'une seigneurie dont les possesseurs, à la fin du xvie siècle étaient Jean Vinsonneau, écuyer, sieur de Lapréruse, et Jeanne Geoffrion, son épouse.

6 Rue du Port 16200 Bourg-charente
Lat : 45.6741Lng : -0.225477
0 m
image du poi
12

Jarnac

Ville natale du président François Mitterrand et où il est enterré en 1996.
La ville est située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée cognac, dans le cru Fins Bois. De grandes et renommées maisons de négoce et beaucoup de petits producteurs de cognac, de Pineau des Charentes et de vin de Pays charentais sont installés dans la ville et dans ses proches environs.

Le coup de Jarnac n'est pas, comme on a cherché à le faire croire, une traîtrise, mais un coup secret, habile et tout à fait loyal. Cette botte secrète a permis à Guy Chabot de Saint-Gelais, deuxième baron de Jarnac, de vaincre en duel François de Vivonne, sieur de la Châtaigneraie, le 10 juillet 1547 au château de Saint-Germain-en-Laye.

Le tourisme lié au souvenir de François Mitterrand est constant : avec la visite de sa maison natale où sont exposés des photos et des documents inédits, le Musée François Mitterrand et la collection d'objets, sculptures, dessins, offerts au Président par des personnalités du monde entier, ainsi que des maquettes des grandes opérations d'architecture et d'urbanisme voulues par François Mitterrand de 1981 à 1995, la Maison natale du Président, et aussi le cimetière des Grand' Maisons où il repose.

La découverte de Jarnac avec le circuit historique du vieux Jarnac, visite de la vieille ville, de l'église Saint-Pierre et de la crypte, et les quais de la Charente, le parc municipal, la piscine, le camping trois étoiles.
Il y a aussi la visite des Maisons de cognac et leurs chais.

16 Quai François Mitterrand 16200 Jarnac
Lat : 45.6801Lng : -0.181231
0 m
image du poi
13

Saint-Simon

C'était la pépinière où se recrutaient la plupart des matelots du fleuve Charente. On y rencontrait des charpentiers constructeurs de gabares.

Lieux et monuments :

Église paroissiale Saint-Sigismond : cette petite église, du style roman de transition le plus pur, paraît, d'après son architecture, appartenir à deux campagnes différentes, mais presque de la même époque: la nef, de la fin du xiie siècle; la coupole et le chevet, du commencement du xiiie siècle. Autrefois cette coupole était surmontée d'une tour carrée, dont il ne reste plus qu'un côté, aménagé en campanile à deux ouvertures, dont l'une renferme la cloche. Les quatre groupes de colonnes qui portent la coupole appartiennent à un édifice plus ancien. Elle est classée monument historique depuis 1974.

Le portail du cimetière (1855) et quatre tombeaux du xixe siècle sont inscrits à l'inventaire topographique des monuments historiques.

Musée des gabariers de Saint-Simon ainsi que diverses traces de l'existence des gabariers, disséminées au long d'un parcours de découverte à travers le village.

Le Bourg 16120 Saint-simon
Lat : 45.6488Lng : -0.0778055
0 m
image du poi
14

Chateauneuf-sur-Charente

Le premier château, sur l'île de la Fuie, une île de la Charente, existait déjà probablement du temps de Clovis et fut incendié vers 1081 . Sa situation lui permettait de contrôler la navigation sur la Charente et probablement le franchissement du fleuve par un gué ou peut-être un premier pont. Il s'agissait certainement d'un fortin primitif, en bois, du type de la motte castrale. Après l'incendie, un nouveau château fut construit, en pierre, sur le coteau voisin en rive gauche de la Charente, dominant le site initial, d'où le nom de « chasteau neuf ».

Le site même où s'étend la ville permet de comprendre pourquoi il fut choisi par ses premiers occupants : présence d'une île sur la Charente, facilitant le passage à gué, permettant d'établir un ouvrage défensif... fond de vallée avec des terres fertiles, régulièrement inondées et donc amendées par la Charente... présence d'un relief parfois escarpé, dont celui qui accueillera le second château, falaises calcaires donnant d'excellentes pierres de construction... coteaux propres à la culture de la vigne et des céréales...
La ville même était très probablement fortifiée, plusieurs documents mentionnant la présence de portes, douves et fossés. Il n'en reste plus trace de nos jours, pas plus que du château dont les derniers vestiges sont incorporés à l'urbanisation actuelle.

L'église cache un détail amusant, un escargot sculpté en haut-relief, à l'extrémité de la nef, côté autel. L'escargot petit-gris est un symbole charentais, censé à la fois représenter le caractère des habitants, discrets, pacifiques, peu enclins à s'exciter, un brin casaniers, et montrer leur attachement à cet animal, sous l'angle culinaire. Les Castelnoviens aiment à montrer cette "cagouille" à leurs hôtes. Sa recherche occupe les enfants lors de la visite du monument.

L'église Saint-Pierre était un ancien prieuré bénédictin de l'abbaye de Bassac.
Elle est classée monument historique depuis 1862

Chemin de la Grande Prairie 16120 Chateauneuf-sur-charente
Lat : 45.6023Lng : -0.0513697
0 m
image du poi
15

Sireuil

Le château de Saint-Hermine surplombant la Charente abritait autrefois un fanum, et s'est longtemps appelé Tour du Fa. Cette petite forteresse a été assiégée en 1385 par Louis de Bourbon dans la guerre en Guyenne contre les Anglais.

Grégoire de Tours évoque un Oratorium Siroialense dont l'autel a été consacré par saint Martin et où se produisent de nombreux miracles (dont la guérison d'un paralytique). Auguste Longnon a localisé cet oratoire à Sireuil et l'hypothèse paraît acceptée par tous.

Plus tard, il est devenu un prieuré dépendant de l'abbaye de La Couronne. Son église, romane du xiie siècle, subsiste encore.

L'Angle 16440 Sireuil
Lat : 45.6054Lng : 0.0251484
0 m
image du poi
16

Angoulême

Ancienne capitale de l'Angoumois sous l'Ancien Régime, Angoulême a longtemps été une place forte convoitée, en raison de sa position de carrefour de voies de communication importantes, et a subi de nombreux sièges. De son passé tumultueux, la cité, juchée sur son éperon rocheux et reconnue ville d'art et d'histoire, a hérité d'un patrimoine historique, religieux et urbain remarquable qui attire de nombreux visiteurs et touristes de passage.

Aujourd'hui, Angoulême occupe le centre d'une agglomération demeurant parmi les plus industrialisées entre Loire et Garonne (industrie papetière établie au xvie siècle, fonderie et électromécanique développées à une période plus récente). C’est également une ville commerciale et administrative, dotée d’un centre universitaire, et d'une vie culturelle remarquablement animée. Celle-ci est dominée par le célèbre Festival international de la bande dessinée qui contribue largement au renom international de la cité.

45 Boulevard Besson Bey 16000 Angouleme
Lat : 45.6556Lng : 0.158958
0 m

1 informations complémentaires

Conseils de navigation

De Rochefort à Angoulème
143 km - 21 écluses - Temps de navigation environ 24h.
Gabarit (longueur x largeur) : 31 m x 6,5 m (48,5 m x 8 m à Saint-Savinien) x 6,5 m
Tirant d'eau : 1,80 m à 2,3 m de Tonnay à St Savinien (0,80 m à 1 m de Cognac à Angoulême) - Tirant d'air : 3,5 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris