Déjà inscrit ? Connectez-vous
/ 6 ans
Yvoir: Forêt domaniale de Tricointe et basse vallée du Bocq

Yvoir: Forêt domaniale de Tricointe et basse vallée du Bocq

Cette balade vous conduira d'abord du centre superbement rénové d'Yvoir, une localité typique de la Haute-Meuse, au coeur de la forêt domaniale de Tricointe, sur un plateau dominant les vallées de la Meuse et du Bocq. De là, vous plongerez vers la basse vallée du Bocq que l'on traverse au hameau de Bauche avant de remonter à travers bois vers le village d'Evrehailles. De cet ancien village de crêtes, nous descendrons une nouvelle fois vers la vallée du Bocq en passant par les hameaux de Fumy et de la Gayolle. On peut y admirer quelques témoins du passé industriel de la vallée: une scierie de marbre y est toujours en activité dans des bâtiments qui servirent de maka (forge ancienne) jusque dans le courant du 19ème siècle. Une nouvelle montée à travers bois par un très ancien chemin vicinal nous ramène au hameau de Tricointe d'où nous redescendrons vers Yvoir, en admirant au passage le panorama depuis la Statue de ND de Bonne Garde...
Vous l'aurez compris: c'est une balade assez sportive de par ses forts dénivelés (approximativement un total de plus de 500 mètres de dénivelés positifs !)
Ce tracé correspond à la promenade n°2 balisée par le Syndicat d'Initiative d'Yvoir (balise: rectangle jaune n°1). La carte IGN qui en reprend le tracé est notamment en vente au service Tourisme de la Commune (plus d'information: http://tourisme.yvoir.be/ )

24 km
max. 286 m
min. 88 m
788 m
-786 m
Style : Randonnée

Point de départ


5530 Yvoir
Lat : 50.3261Lng : 4.87747
0 m
image du poi
1

Yvoir

En remontant le cours de la Meuse depuis Namur, c'est à Yvoir que la physionomie de la vallée change. La pression urbanistique diminue et nous entrons véritablement en Haute-Meuse dinantaise, un véritable paradis pour les amoureux de la nature...
La prospérité ancienne de Yvoir est pourtant étroitement liée à son passé industriel. Jusqu'au début du 19ème siècle, la vallée du Bocq est en effet l'un des grands centres sidérurgiques wallons. La région dispose en effet de tous les ingrédients nécessaires à la métallurgie ancienne: le minerais de fer accessible en sous-sol, les bois permettant la fabrication du charbon de bois indispensable à la réduction du fer, l'énergie hydraulique pour actionner les outils permettant le façonnage du fer (marteau, fenderie, etc.).
Notre promenade commence face à la Maison Communale d'Yvoir, installée dans l'ancienne ferme seigneuriale de la localité. Dès le 16ème siècle, on assiste au développement de l'industrie du fer autour d'Yvoir. Les propriétaires de forges -appelés ici aussi «maîtres de forge»- achètent ou font construire les plus belles demeures de la région. Plusieurs familles de maîtres de forge sont propriétaires da la ferme féodale d'Yvoir entre le 17ème et la fin du 19ème siècle. Au terme d'un épisode «religieux» (avec les soeurs du Cénacle puis les Pères de Scheut), la ferme sera finalement rachetée par la Commune et transformée en Maison Communale.
Avant de démarrer notre périple, nous pouvons aussi admirer l'église paroissiale de style classique construite en 1763 par le curé Jacques Misson. On reconnaît au dessus de la porte d'entrée une pierre portant les armes des Misson, une famille de maître de forge dont était issu le curé Jacques Misson. A l'intérieur, on découvrira encore quelques curiosités comme cette pierre tombale d'un certain Jean Ruffe, prêtre et maître de forge, décédé en 1759 !
Avant de tourner à droite sur l'avenue de Lhonneux, jetez un coup d'oeil vers le parc longeant le Bocq: vous y découvrirez un petit maka, l'un de ces marteaux qui firent la réputation sidérurgique de nos vallées.
Laissons maintenant la Maison Communale à notre gauche et gagnons l'avenue de Lhonneux que nous empruntons vers la droite

4 Rue de l'Hôtel-de-Ville 5530 Yvoir
Lat : 50.3263Lng : 4.87821
0 m
image du poi
2

Place des Combattants

Laissons, sur notre droite, la Place des Combattants, traversons prudemment la grand-route, laissons, sur notre droite la rue de Tricointe et poursuivons légèrement sur la gauche, vers Fidevoye

2 Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.3279Lng : 4.87657
0 m
image du poi
3

Fidevoye

Avant le pont sur le chemin de fer, nous nous engageons dans la voie sans issue, vers Fidevoye
Le quartier de Fidevoye témoigne des villégiatures mosanes du début du 20ème siècle. On peut encore y découvrir nombre de villas souvent construites par de riches bourgeois citadins, attirés par la beauté des paysages mosans, les facilités de communication et la mode de la villégiature.
"S'il fallait, d'un mot, définir le style des villas, ce serait sans conteste ' néo-traditionnel'. C'est pourquoi l'Art Nouveau, par exemple, qui fleurit à la fin du 19ème siècle et au début du 20èmesiècle, n'a guère sa place dans ces constructions. Horta lui-même, fer de lance du courant et auteur de huit maisons de campagne en Belgique, l'a laissé en veilleuse dans leur conception, puisque l'effervescence décorative urbaine n'est pas de mise ici." (site yvoir.be)

Rue Puits du Champ 5530 Yvoir
Lat : 50.3302Lng : 4.87538
0 m
image du poi
4

Sentier vers Tricointe

Arrivés au terme du macadam, nous tournons vers la droite pour suivre un sentier montant en pente raisonnable au creux d'un vallon.

Rue Puits du Champ 5530 Yvoir
Lat : 50.3356Lng : 4.87464
0 m
image du poi
5

Route de Tricointe

Lorsque le sentier rejoint la route de Tricointe, suivez celle-ci vers la gauche (montée)

52 Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.3347Lng : 4.88239
0 m
image du poi
6

Carrefour

Tournez à gauche en direction de la ferme de Tricointe, de son vrai nom, la ferme d'Anhay

52 Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.337Lng : 4.88827
0 m
image du poi
7

Hameau de Tricointe

Sur un plateau karstiques (chantoires et dolines y abondent) à 200 mètres d'altitude, le hameau de Tricointe rassemble, au milieu de belles prairies, quelques anciennes maisons en pierre, la belle ferme d'Anwai et, caché à l'abri du bois, le Château de Tricointe érigé en 1907. A quelques kilomètres à peine du centre d'Yvoir, ce hameau est un véritable havre de paix qui semble bien loin de la vallée plus urbanisée. C'est aussi la porte d'accès à la très belle forêt domaniale de Tricointe qui s'étend vers le village de Mont. Vaste de 164 Ha, cette forêt appartient à la Région Wallonne et à la Commune d'Yvoir. «Le biotope forestier du Tricointe est entrecoupé de prairies et pâtures, qui diversifient le paysage. Les quelques parcelles de résineux (épicéa, mélèze, pin sylvestre, douglas) mettent en évidence le peuplement feuillu (chênes, hêtres, frênes, charmes, érables). Ces essences sont adaptées au sol particulier de la région, sur grès rouge.» (site www.balnam.be) On découvre ainsi à quelques kilomètres de distance, la grande variété géologique du Condroz alternant plateau calcaire et massif gréseux.

Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.3377Lng : 4.88711
0 m
image du poi
8

Vers le Chêne à l'Image

Une fois entrés dans le bois, vous prenez le premier chemin forestier sur votre gauche. Vous restez sur ce chemin, plus moins en ligne droite, jusqu'au Chêne à l'Image

52 Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.3392Lng : 4.88899
0 m
image du poi
9

Chêne à l'Image

Après avoir dépassé, sur notre droite, un réservoir d'eau de la SWDE, nous découvrons, au coeur de la forêt de Tricointe, le célèbre Chêne à l'Image de Godinne. Nous sommes ici à plus de 280 mètres d'altitude, près de 200 mètres au-dessus du niveau de la Meuse. Ce chêne, stratégiquement situé au carrefour de plusieurs chemins forestiers, témoignent de la foi teintée de paganisme de nos aïeuls. Jadis, les habitants des alentours venaient ici invoquer quelque puissance supérieure en glissant sous les écorces de l'arbre des images saintes. Aujourd'hui, l'arbre à l'aspect vaguement menaçant reste très photogénique et très"¦ photographié"¦
Vous empruntez ensuite un chemin, vers te, dans les sapins. Vous suivez ce chemin, en évitant un chemin obliquant un peu plus loin vers la droite. Vous longez finalement une prairie, sur votre droite et aboutissez à un carrefour forestier. Vous tournez à droite en longeant encore un peu la prairie

1-5 Rue Sous le Bois 5530 Yvoir
Lat : 50.347Lng : 4.89246
0 m
image du poi
10

Maison Forestière

Au carrefour des principaux chemins forestiers qui sillonnent la forêt, un banc ombragé nous accueille, à deux pas de l'ancienne maison du garde forestier. C'est à partir d'ici que va commencer la descente vers la vallée du Bocq"¦ Dos au chemin par lequel vous êtes arrivés ici, vous poursuivez tout droit, en descente

44 Rue du Tricointe 5530 Yvoir
Lat : 50.348Lng : 4.90755
0 m
image du poi
11

Ferme de Vénatte

Une fois sorti de la forêt de Tricointe, le chemin contourne, par la gauche, la très ancienne ferme de Vénatte. Ses origines remontent loin dans le temps. Les parties les plus anciennes de cette majestueuse ferme en carré sont datées du 17ème siècle. Les terres et la ferme de Vénatte furent propriété, sous l'ancien régime, des Carondelet, seigneurs de Crupet. C'est ce qui explique que, aujourd'hui encore, nous sommes ici sur une enclave «crupetoise» en terres d'Yvoir...
Les bâtiments dominent les pâtures et terres de culture qui descendent en pente rapide jusqu'au confluent du Crupet et du Bocq. On comprend que les hommes aient depuis toujours apprécié une telle position stratégique. On a d'ailleurs retrouvé à proximité de la ferme un cimetière mérovingien...
Tout en descendant vers le hameau de Bauche, on peut admirer ce superbe paysage condruzien où se succèdent terres cultivées, vallées profondes et versants boisés. A notre gauche: les premières maisons de Crupet; un peu plus à droite, le massif boisé et très pentu des Loges domine le confluent; au creux des vallées: Bauche; au loin, sur les plateaux cultivés de Dorinne: les éoliennes; à droite du tableau: le plateau de Fumy et le camping de la Gayolle dominant la basse vallée du Bocq"¦

2 Rue de Vénalte 5332 Assesse
Lat : 50.3447Lng : 4.91905
0 m
image du poi
12

Bauche

Une fois arrivés à bas de la rue de Vénatte, vous rejoignez la route Yvoir-Crupet. Vous tournez vers la droite, passez sous un pont de chemin de fer et entrez, à gauche, dans Bauche. Cette localité, tout comme Gayolle ou Fumy, est très longtemps restée un très petit hameau d'Evrehailles. Lorsque, dans les années 1840, le géographe Vandermaelen établit sa carte détaillée du jeune état belge, l'endroit ne compte pas plus de 5 ou 6 bâtiments en dur"¦ A l'origine, sous l'Ancien Régime, le hameau se concentre aux alentours d'une forge installée le long d'un bief du Bocq. Au 19ème siècle, cette activité industrielle a laissé la place à un ou plusieurs moulins à farine et à huile. Bauche est alors un hameau agricole avant tout. Dans le courant du 19ème siècle, l'industrie de la pierre se développe à une échelle plus industrielle dans toute la vallée. Des ouvriers s'installent à proximité de leur lieu de travail. Mais ce qui transformera véritablement la localité en hameau le plus important d'Evrehailles, c'est l'arrivée du chemin de fer en 1903 et l'achèvement de la ligne Ciney-Yvoir en 1907"¦

Rue de Bauche 5530 Assesse
Lat : 50.3381Lng : 4.92506
0 m
image du poi
13

Gare d'Evrehailles-bauche

La ligne de chemin de fer du Bocq reliant Ciney à Yvoir fut terminée en 1907. Les travaux s'étalèrent sur plusieurs années. Il faut dire que les difficultés techniques ne manquaient pas... Le fait de suivre la vallée garantissait certes à la voie une pente régulière et abordable par les machines de l'époque mais ce choix dans une vallée assez encaissée et sinueuse imposait aussi le franchissement de multiples obstacles: ici, la rivière et là, les flancs rocheux de certains méandres. C'est la révolution industrielle belge qui explique la décision de construire cette ligne. A cette époque, les marchandises qui ont d'abord besoin de mobilité. La vallée du Bocq devient, en cette seconde moitié du 19ème siècle, un grand pourvoyeur de matières premières aux grands bassins industriels de Charleroi et de Liège. On parle de bois et de chaux pour les charbonnages et la sidérurgie mais aussi de pavés de grès pour mettre à niveau un réseau routier jusque là très embryonnaire, de ballast pour les chemins de fer... Tous ces matériaux, lourds et encombrants, devaient être acheminés depuis la vallée jusqu'à Yvoir, sur la ligne du Nord Belge (1862) ou jusqu'à Assesse ou Natoye sur la ligne du Grand Luxembourg (1859). On imagine les lourds attelages remontant le charreau de Spontin pour gagner Natoye (6 km) ou le charreau de Chansin pour gagner Assesse (8 km)... C'est dans ce contexte que le lobby des carriers du Bocq va se battre pour désenclaver la vallée... Un premier projet des chemins de fer vicinaux est abandonné au profit du tracé actuel, proposé par la SNCB, au prix il est vrai du percement de 5 tunnels entre Spontin et Yvoir (dont le plus long tunnel ferroviaire de l'époque: plus de 1100 mètres de long!). Pour terminer les tronçons les plus difficiles, entre Spontin et Yvoir, il fallut 9 années de travaux... En particulier, le percement du 1er tunnel (500 mètres) à Spontin prit 4 ans ! La ligne offrait bien sûr un confort extraordinaire aux innombrables carrières qui jalonnaient le cours du Bocq: les exploitations possédaient souvent leurs propres quais de chargement d'un accès aisé !
C'est ainsi que Bauche devint, dès le début du 20ème siècle, une petite station touristique. Le hameau bénéficie d'un gros avantage touristique par rapport à d'autres gares: la vallée s'y ouvre largement et les carrières ne sont pas trop proches...Dès avant la guerre de 14-18, des hôtels aux noms évocateurs s'installent autour de la gare: «Mon repos», «Hôtel de la gare». Cet engouement se poursuivit au-delà de la guerre de 40-45 avec le développement d'un camping et la célèbre «Bonne Auberge» de Bauche"¦
Mais, en 1960, la SNCB arrête le trafic voyageurs sur la ligne et met en circulation deux lignes de bus. Ces derniers desservent bien entendu le coeur des villages de Durnal, Dorinne, Purnode et Evrehailles, à la grande satisfaction de leurs habitants qui ne doivent plus «plonger» dans la vallée pour prendre le train. Le trafic marchandises est arrêté en 1983.
Depuis quelques années maintenant, une ASBL composée de courageux bénévoles remet en état les voies et fait circuler des «Michelines» en horaires réguliers les week-ends d'été, entre Ciney et Purnode. Un festival «vapeur» y est aussi parfois organisé... (http://www.cfbocq.be/). L'arrivée du train «en» Bauche est prévu pour 2012...
A l'Y, après la gare, vous poursuivez en gardant légèrement votre gauche...

Rue de Bauche 5530 Assesse
Lat : 50.3361Lng : 4.92782
0 m
image du poi
14

Le château d'Harnoy

Arrivés devant l'ancienne «Bonne Auberge» (aujourd'hui un gîte de groupe «Sources et Cailloux»), n'hésitez pas à faire un détour de quelques dizaines de mètres (tout droit sur le chemin d'Harnoy) pour aller admirer le beau château éponyme...
Construit au début du 20ème siècle dans le style des villégiatures mosanes de l'époque, le château -qui fut longtemps le centre de vacances du personnel de la SWDE- occupe une agréable position, en bordure du Bocq et au coeur d'un très beau parc.
Vous revenez sur vos pas, longez le Gîte Sources et Cailloux et vous vous dirigez vers le Bocq que vous franchissez.

10 Chemin d'Harnoy 5530 Yvoir
Lat : 50.3342Lng : 4.93005
0 m
image du poi
15

Le Moulin de Bauche

Du pont, vous découvrirez une belle vue sur le moulin de Bauche. Sous l'ancien régime, comme nous l'avons déjà dit, il existait entre Yvoir et Bauche, douze forges qui utilisaient la force hydraulique du Bocq pour actionner leur marteau ou maka. Le moulin de Bauche, construit au début du 19ème siècle, est situé à l'emplacement de la douzième et dernière forge du Bocq(en remontant la rivière depuis son confluent avec la Meuse). La forge elle-même cessa probablement ses activités dès le début du 18ème siècle. Au 19ème siècle se développèrent à la place un ou vraisemblablement plusieurs moulins à farine et à huile. Intégré à une exploitation agricole dont les principaux bâtiments furent détruits dans les années 1960, le moulin fut longtemps laissé à l'abandon. Il a été sauvé d'une ruine certaine par une famille qui en a fait aujourd'hui sa résidence principale"¦
Pour rejoindre Evrehailles par les bois, vous emprunterez, à gauche de l'entrée du moulin, le chemin historique qui, sous l'ancien régime, reliait Evrehailles à sa forge, puis à son moulin. Lorsque la pente s'accentue, vous foulerez au pied les rochers dans lesquels on peut encore deviner la trace des roues des charrettes qui amenaient jadis le blé au moulin.

Rue Haie aux Faulx 5530 Yvoir
Lat : 50.3334Lng : 4.92814
0 m
image du poi
16

La plaine du Moulin

Arrivé à l'entrée d'Evrehailles, vous découvrirez (en vous retournant"¦) le magnifique panorama de la plaine du Moulin. Plutôt que d'une plaine, il faudrait parler du versant en pente douce d'un puissant massif de grès situé entre deux zones calcaires karstiques. Le classement de ce site en 1977 a permis d'éviter l'urbanisation de l'un des plus beaux paysages du Condroz namurois. Les champs cultivés plongent doucement vers la vallée du Bocq tandis que, au Nord, se dresse le plateau des Loges (l'emplacement de la ferme éponyme se reconnaît à l'antenne GSM). Plus à l'Est, en contrebas, la ferme du Harnoy et ses prairies occupent la pointe septentrionale de l'une des zones karstiques dont nous venons de parler. Plus à l'Est encore, au-delà du vallon sec de Grinvau qui le sépare de la plaine du moulin, se devine le site de Niersant. Le toit imposant d'un manège récent y surgit malheureusement des frondaisons"¦ Champs cultivés, prairies, versants somptueusement couverts de feuillus, plateaux et vallées encaissées ou largement ouvertes, grès et calcaires: tous les ingrédients du Condroz se déclinent devant vos yeux !
Remarquons encore que les repères signalés ici (Loges, Harnoy, Niersant) sont tous situés sur le (grand) territoire de l'ancienne commune d'Evrehailles.
Vous traversez la route Evrehailles-Bauche et vous empruntez un petit raccourci par la Haie-aux-Faulx. Vous longez ensuite les premières maisons d'Evrehailles.

Rue Haie aux Faulx 5530 Yvoir
Lat : 50.3254Lng : 4.91298
0 m
image du poi
17

Evrehailles

Le parcours balisé officiel de cette promenade ne prévoit pas la visite du coeur de village d'Evrehailles. Si la longueur de la promenade ne vous rebute pas (15,5 km sans faire de détours) ne vous rebute pas, n'hésitez cependant pas à à parcourir la boucle «rue Fochalle, rue de Sto, Boulevard, rue du Château, Chaussée et rue Constant Ambroise» (+2,2 km). Elle vous fera découvrir le charme de ce beau village condruzien aux nombreuses demeures en pierre des 18ème et 19ème siècle. En particulier, clôturant la perspective du boulevard, dominant le terrain du jeu de balle, la très belle maison Bellefroid date de la fin du 18ème siècle. Le château d'Evrehailles témoigne du noble passé du lieu sous l'ancien régime. Plus loin, ce sont les fermes de la Bouverie (superbement restaurée), Croquette, de Celles et du Buc qui vous émerveilleront avant de découvrir l'église au clocher caractéristique.
Après ce petit circuit (ou, sinon, directement après avoir dépassé les premières maisons d'Evrehaillesvous empruntez la rue Luchelet, en montée. Vous la suivrez jusqu'au hameau de Fumy

Luchelet 5530 Yvoir
Lat : 50.323Lng : 4.91083
0 m
image du poi
18

Fumy

Après avoir dépassé une ferme porcine, située sur les hauteurs de Luchelet, vous aboutissez au tout petit hameau de Fumy. Quelques maisons y dominent le plateau de la Gayolle, une autre zone karstique où s'est installé un grand parc résidentiel de villégiature. Nous conseillons, après un tournant à angle droit de la route macadamisée et avant d'arriver aux maisons de Fumy, d'emprunter sur votre droite un sentier ombragé longeant l'arrière des anciennes fermes puis de reprendre la route macadamisée vers la gauche.

10-50 Rue Luchelet 5530 Yvoir
Lat : 50.3318Lng : 4.91046
0 m
image du poi
19

Ferme de la Gayolle

Arrivés à hauteur de la Ferme de la Gayolle (sur votre droite), vous laissez à votre droite l'entrée du Parc résidentiel de la Gayolle pour suivre, vers la gauche, la route redescendant vers le Bocq.

9 Gayolle 5530 Yvoir
Lat : 50.3337Lng : 4.90372
0 m
image du poi
20

Vivaqua

Dans la descente vers le site des anciennes forges de la Gayolle, le long du Bocq, nous croisons une sorte de chemin engazonné, marqué par Vivaqua (ancienne Compagnie Intercommunale des Eaux de Bruxelles). Les plus observateurs d'entre nous auront peut-être déjà remarqué cette «voie vert» dévalant et remontant les versants de la vallée, lors de notre traversée de Bauche. C'est ainsi que se présente, depuis la fin du 19ème siècle, la conduite d'adduction des eaux de pompage de Spontin et de Crupet vers Bruxelles. Cette conduite, qui, suivant les endroits, se présente sous la forme de galerie souterraine ou sous la forme de tuyaux de fonte , constitue un remarquable exemple de l'ingénierie de la fin du 19ème. C'est, en effet, par simple gravitation que l'eau du bassin du Bocq est amenée à Bruxelles depuis plus d'un siècle"¦

4-8 Gayolle 5530 Yvoir
Lat : 50.3322Lng : 4.89911
0 m
image du poi
21

Gayolle

La route qui nous ramène au Bocq longe une scierie et usine de polissage de marbres, toujours en activité. La plupart des carrières en exploitation à Yvoir extraient des versants de la vallée des pierres de grès (comme celles qui servent à al fabrication des ballasts de chemin de fer). Ici, au contraire, c'est l'ancienne technique de polissage des pierres bleues et des marbres (des pierres calcaires) qui est toujours pratiquée. La scierie est installée à l'emplacement de ce qui fut jadis la 8ème forge de la vallée du Bocq: la forge de la Gayolle. Alfred Dapsens, le fondateur de la dynastie des carriers d'Yvoir, acquit le site en 1871, fit démolir les anciens bâtiments des forges et construire les bâtiments actuels. C'est toujours la famille Dapsens qui en poursuit l'exploitation au travers de la société «Marbres et Pierres d'Yvoir».
C'est à la hauteur de la Gayolle que la ligne 128 connaissait son dernier arrêt (Yvoir-Carrières) avant d'entrer dans ce qui fut longtemps le plus long tunnel ferroviaire de Belgique (il mesure en effet plus de un kilomètre de long) et d'atteindre la gare d'Yvoir. Notre chemin suit ici le GR126 (Bruxelles-Membre sur Semois). Après avoir traversé le Bocq, nous suivons la route Yvoir-Crupet, vers la droite jusqu'à hauteur de l'ancienne halte ferroviaire d'Yvoir-Carrières: accès par un chemin empierré, sur notre gauche avant le pont du chemin de fer. La halte a été transformée en maison d'habitation. Le chemin passe en surplomb de l'entrée du tunnel et monte (en pente assez raide) vers Tricointe que nous traversons et où nous retrouvons notre chemin de l'aller"¦ Au point il faut cependant poursuivre sur la route macadamisée.

4-8 Gayolle 5530 Yvoir
Lat : 50.3318Lng : 4.89772
0 m
image du poi
22

Allée du Lairbois

Tournez à droite, vers l'Allée du Lairbois, une rue qui monte assez rapidement vers le Sud-Est. Vous la suivez pendant 350 mètres et tournez à droite, sur un chemin d'apparence privé (vers la Vierge d'Yvoir)

2 Allée de Lairbois 5530 Yvoir
Lat : 50.332Lng : 4.87645
0 m
image du poi
23

Notre-Dame de Bonne Garde

Une fois que vous avez quitté l'allée du Lairbois, ne suivez pas directement les balises du Syndicat d'initiative. Continuez quelques dizaines de mètres sur le chemin privé descendant vers la Maison du Terne, empruntez un sentier à gauche pour découvrir rapidement le panorama de Notre-Dame de Bonne Garde. La statue haute de 3,5 mètres est taillée dans un seul bloc de marbre de Carrare. Notre-Dame fut ainsi remerciée d'avoir protégé des fureurs de la guerre de 14-18 le Cénacle d'Yvoir. Jusqu'en 1938, le Cénacle occupait la plus grande partie des terrains qui s'étendaient de l'actuelle Maison Communale jusqu'à Fidevoye. L'acquisition par la Commune de ces biens permit la réalisation d'un projet urbanistique d'envergure matérialisé par la création de l'avenue de Lhonneux et son lotissement.
Faites demi-tour pour rejoindre le sentier descendant en contrebas de la très ancienne Maison du Terne. Vous aboutissez, par une sorte de ruelle étroite, sur la place des Combattants et vous tournez à gauche, puis à droite en direction de l'église et de Spontin, Ciney, etc.

1-25 Allée de Lairbois 5530 Yvoir
Lat : 50.3289Lng : 4.87824
0 m
image du poi
24

Château de Bouvignes

Rien à voir (ou si peu) avec les restes de la tour de Crêvecoeur qui surplombent la Meuse quelques kilomètres plus en amont"¦ Le château de Bouvignes doit son nom au pré qui s'étendait entre le centre ancien d'Yvoir et la forge Aminthe. Ce petit château fut aménagé en 1751 à partir d'une structure plus ancienne (du 17ème siècle) par le maître de forges Charles Moreau pour en faire sa résidence. Le château présente également une belle décoration intérieure dans le goût du 18ème siècle. Le bâtiment sert de cadre à un commerce d'antiquités de prestige (visite possible sur rendez-vous).

8-22 N937 5530 Yvoir
Lat : 50.3271Lng : 4.87849
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris