Déjà inscrit ? Connectez-vous
/ 6 ans
Yvoir: au coeur de l'antique Prévôté de Poilvache

Yvoir: au coeur de l'antique Prévôté de Poilvache

Yvoir est la localité pilote de la fusion (1977) de 9 anciens villages du Condroz. Au Moyen-Âge déjà, sous l'Ancien Régime, des entités administratives constituaient une forme de hiérarchie du pouvoir féodal. C'est ainsi que Yvoir tout comme Evrehailles et Houx faisaient partie de la Prévôté de Poilvache. Cette importante subdivision du Comté de Namur doit son nom au célèbre château de Poilvache dont les ruines dominent toujours la vallée mosane en surplomb du très pittoresque village de Houx. Mais les rives de Meuse ne sont pas seulement peuplées de ruines, elles constituent aussi un biotope exceptionnel en Belgique. Nous le découvrirons en parcourant les pelouses calcaires de la réserve naturelle de Champalle. De là, après un beau parcours découverte du vieux village d'Evrehailles, nous gagnons la route de Poilvache. N'hésitez pas à faire le petit détour par les ruines et les beaux panoramas qu'elles offrent sur la vallée de la Meuse. La descente vers la fleuve, par un petit vallon bucolique, vous amènera à Houx. Ce village, aux ruelles étroites, blotties contre les falaises abruptes de Poilvache, est en passe de devenir un village de la vigne"¦
Le retour à Yvoir se fait en suivant le tracé de l'antique chemin de halage utilisé sous l'Ancien Régime.

Ce tracé correspond à la promenade n°3 balisée par le Syndicat d'Initiative d'Yvoir (balise: rectangle rouge n°1). La carte IGN qui en reprend le tracé est notamment en vente au service Tourisme de la Commune (plus d'information: http://tourisme.yvoir.be/ )

13 km
max. 257 m
min. 86 m
290 m
-291 m
Style : Randonnée

Point de départ


5530 Yvoir
Lat : 50.3263Lng : 4.87817
0 m
image du poi
1

Yvoir

En remontant le cours de la Meuse depuis Namur, c'est à Yvoir que la physionomie de la vallée change. La pression urbanistique diminue et nous entrons véritablement en Haute-Meuse dinantaise, un véritable paradis pour les amoureux de la nature...
La prospérité ancienne de Yvoir est pourtant étroitement liée à son passé industriel. Jusqu'au début du 19ème siècle, la vallée du Bocq est en effet l'un des grands centres sidérurgiques wallons. La région dispose en effet de tous les ingrédients nécessaires à la métallurgie ancienne: le minerais de fer accessible en sous-sol, les bois permettant la fabrication du charbon de bois indispensable à la réduction du fer, l'énergie hydraulique pour actionner les outils permettant le façonnage du fer (marteau, fenderie, etc.).
Notre promenade commence face à la Maison Communale d'Yvoir, installée dans l'ancienne ferme seigneuriale de la localité. Dès le 16ème siècle, on assiste au développement de l'industrie du fer autour d'Yvoir. Les propriétaires de forges -appelés ici aussi «maîtres de forge»- achètent ou font construire les plus belles demeures de la région. Plusieurs familles de maîtres de forge sont propriétaires da la ferme féodale d'Yvoir entre le 17ème et la fin du 19ème siècle. Au terme d'un épisode «religieux» (avec les soeurs du Cénacle puis les Pères de Scheut), la ferme sera finalement rachetée par la Commune et transformée en Maison Communale.
Avant de démarrer notre périple, nous pouvons aussi admirer l'église paroissiale de style classique construite en 1763 par le curé Jacques Misson. On reconnaît au dessus de la porte d'entrée une pierre portant les armes des Misson, une famille de maître de forge dont était issu le curé Jacques Misson. A l'intérieur, on découvrira encore quelques curiosités comme cette pierre tombale d'un certain Jean Ruffe, prêtre et maître de forge, décédé en 1759 !
Vous quitterez le centre d'Yvoir, par l'avenue de Lhonneux, vers la gauche, et en traversant le pont sur le Bocq. D'ici vous bénéficierez d'une belle vue sur la partie la plus ancienne de la Maison Communale. Il s'agit du bâtiment en pierre et à trois niveaux sous toitures. A l'origine, sans doute au 16ème siècle, il s'agissait vraisemblablement d'une tour d'habitation, en bord de rivière. C'est autour de ce premier noyau que les autres bâtiments de la ferme se sont développés au cours des siècles suivants.
Vous passez sous l'ancien viaduc de la ligne du Bocq et vous traversez la rue principale vers les écoles et la Maison Posson.

4 Rue de l'Hôtel-de-Ville 5530 Yvoir
Lat : 50.3263Lng : 4.87817
0 m
image du poi
2

Maison Posson

Vous allez maintenant emprunter un sentier-escalier public entre les écoles communales et la Maison Posson. Ce passage a été aménagé à l'époque où s'est développé le lotissement du Launoy qui domine le village au Sud-Est. La Maison Posson est un autre témoignage de la prospérité d'Yvoir au premier âge d'or de la métallurgie mosane. Cette belle demeure en forme de L résulte de la transformation, au 18ème siècle, de deux habitations contigües plus anciennes. Elle fut la résidence du maître de forges Posson.
Au passage, vous admirerez aussi le viaduc de la ligne de chemin de fer du Bocq qui reliait, jusqu'en 1960, Yvoir à Ciney, en suivant la vallée du Bocq.

10 Rue Colonel-Tachet-des-Combes 5530 Yvoir
Lat : 50.3255Lng : 4.87888
0 m
image du poi
3

Rue du Launois

Vous traversez la rue du Launois et empruntez, vers la droite en montant, la rue des Vergers

Charreau-Posson 5530 Yvoir
Lat : 50.3254Lng : 4.88141
0 m
image du poi
4

Launois

Le lotissement du Launois occupe le versant nord de la colline boisée qui séparant la vallée du Bocq de celle de la Meuse. Ce quartier agréable et aéré est constitué de maisons individuelles qui datent, pour la plupart, des années 60-70. On peut s'y promener le long de quelques voies douces qui relient entre elles les diverses rues du lotissement. Une petite plaine de jeu occupe aussi le centre du quartier.
Vous empruntez, sur votre droite, un chemin engazonné, montant sur quelques dizaines de mètres, jusqu'à l'entrée de l'ancien Domaine du Launois. Vous tournez à droite pour rejoindre le Charrau d'Evrehailles. Nous passons à la limite d'une friche d'un type un peu particulier"¦ Durant plus de trente ans, après la deuxième guerre mondiale, les hauteurs du Launois ont en effet hébergé un grand complexe de villégiature comprenant un camping, des infrastructures Horeca et des terrains de sport. Laissé à l'abandon depuis de (trop) nombreuses années, le Parc du Launois se cherche depuis une nouvelle vocation"¦

14 Rue des Vergers 5530 Yvoir
Lat : 50.3252Lng : 4.88364
0 m
image du poi
5

Charrau d'Evrehailles

Il faut maintenant traverser (prudemment) la route d'Evrehailles. Cette -souvent appelée ici le Charreau d'Evrehailles- garde la mémoire de la victoire d'Eddy Merckx au Championnat de Belgique en 1970.
Un peu plus loin, vous empruntez, sur votre gauche, la rue "Sur-les-Roches"

27 Rue d'Evrehailles 5530 Yvoir
Lat : 50.3215Lng : 4.88291
0 m
image du poi
6

Sur les Roches: réserve de Champalle

Après avoir parcouru le lotissement récent (années 1990) des Roches, nous découvrons le chemin d'accès à la réserve naturelle de Champalle. Des panneaux explicatifs vous informent quant au possibilité de balades et quant aux espèces rencontrées. Nous conseillons, sans hésiter (sauf vis-à-vis de personnes TRES sensibles au vertige), le parcours le long des pelouses calcaires (marqués . Outre les richesse naturelles de l'endroit, vous jouirez de la vue magnifique sur la vallée de la Meuse.
La réserve naturelle est un «Site de Grand Intérêt Biologique» reconnu par la Région Wallonne: «Les rochers de Champalle s'étendent sur plus d'un kilomètre en rive droite de la Meuse, au sud d'Yvoir. Atteignant une hauteur de 60 mètres, ils sont constitués de calcaires viséens régulièrement entaillés par des ravins et sont d'exposition ouest à sud-ouest. Bénéficiant du statut de réserve naturelle domaniale, le site renferme une remarquable diversité de groupements végétaux: pelouses xériques à seslérie bleue (Sesleria caerulea) et hélianthème des Apennins (Helianthemum apenninum), pelouses à géranium sanguin (Geranium sanguineum) et laîche humble (Carex humilis), ourlets thermophiles à nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), chênaie-charmaie calcicole à orchis mâle (Orchis mascula) riche en buis (Buxus sempervirens), érablière de ravin, etc. Champalle représente l'unique station belge du drave faux-aizon (Draba aizoides), une crucifère montagnarde. La faune de Champalle est riche mais encore relativement méconnue. Elle regroupe de nombreux éléments thermophiles (Lépidoptères rhopalocères, Orthoptères, etc.).» (extrait du site http://biodiversite.wallonie.be )

Sur les Roches 5530 Yvoir
Lat : 50.3149Lng : 4.88605
0 m
image du poi
7

Sortie de la réserve de Champalle

Une fois la découverte des pelouses calcaires terminée, vous sortez de la réserve, vers le Nord, par un chemin de terre, vers Evrehailles. il faut souvent y franchir une clôture électrique basse (anti-sanglier...)

23 Allée de la Sapinière 5530 Yvoir
Lat : 50.3139Lng : 4.8944
0 m
image du poi
8

Rue Fosse do Blanc

Traversez très prudemment la grand-route que vous redescendez pendant quelques mètres, avant d'emprunter, sur votre droite, la rue Fostrie

2 Rue Fosse Do Blanc 5530 Yvoir
Lat : 50.316Lng : 4.90207
0 m
image du poi
9

Evrehailles

Nous abordons le village d'Evrehailles par la rue Fostrie où s'alignent quelques lotissements modernes pas toujours en harmonie avec le beau village ancien que l'on découvre en toile de fond"¦
L'histoire d'Evrehailles remonte au moins au Moyen-Âge et est très vite associée à la destinée de la Prévôté de Poilvache. Le village restera donc une terre du Comte de Namur avant devenir une terre du Roi, sous tout l'Ancien Régime. L'implantation du village suit assez rigoureusement le tracé de la crête qui sépare la vallée de la Meuse de la vallée du Bocq. Comme souvent, les premiers habitants du lieu ont privilégié le versant Sud de la crête"¦ on comprend pourquoi!
De la rue Fostrie, nous découvrons d'abord -au-delà d'un vallon sec typique des reliefs karstiques- le clocher bien particulier de l'église Saint-Laurent ainsi que le profil de l'une ou l'autre des grosses fermes du village. Evrehailles fut longtemps un village essentiellement agricole où les cultures ont progressivement laissé la place à l'élevage spécialisé. Les forges installées le long du Bocq ont fourni, jusque vers 1850, de l'emploi à de nombreux foyers. L'ancien territoire communal d'Evehailles compte aussi quelques carrières. Mais ce qui fait aujourd'hui le charme du lieu, c'est incontestablement la cohérence architecturale du centre ancien, autour des rues Sauvegarde, Constant Ambroise, du Buc, de Goho, de Sto et du Boulevard"¦ un bien beau village au pays des Condruzes !

21 Rue Fostrie 5530 Yvoir
Lat : 50.3164Lng : 4.90638
0 m
image du poi
10

Sentier

Avant d'aborder une série de nouvelles habitations sur votre gauche, n'oubliez pas d'emprunter le petit sentier de village qui vous conduira droit sur le Buc et l'église...

33-33 Rue Fostrie 5530 Yvoir
Lat : 50.3163Lng : 4.90923
0 m
image du poi
11

Evrehailles: ferme du Buc & église St-Laurent

Comme vous aurez pu le constater en le traversant un «vallon sec» n'est pas toujours aussi sec qu'on le voudrait"¦
A la sortie du sentier sur la rue du Buc (en fait l'ancien chemin des Meuniers d'Evrehailles à Yvoir), nous nous trouvons face à la très belle grange réhabilitée de la ferme du Buc, encore appelée ferme Delvaux. La grange a été transformée, il y a quelques années déjà, en salle de réception pour mariage ou autres événements mondains"¦ Les origines de la ferme remontent, pour les parties les plus anciennes, au 17ème siècle (une fenêtre à l'arrière du corps de logis daterait de cette époque) mais la quasi-totalité des bâtiments d'aujourd'hui ont été construits au 19ème siècle. La grange et les étables, situées à l'Ouest de la cour, ont été rehaussées à cette époque également. La ferme a connu diverses affectations au cours des siècles passés: prison sous l'Empire, caserne de gendarmerie au 19ème siècle, "¦
L'église St-Laurent n'est pas un édifice très ancien. Elle fut érigée, dans un style néo-classique, en 1858. Fortement endommagées par les tirs d'artillerie allemands en août 1914, toutes les parties hautes de l'édifice furent reconstruites en 1922. La plus grande partie du mobilier ayant également été détruite, il fut remplacé à cette même époque (par exemple: la chaire de vérité en bois sculpté). Quelques pièces plus anciennes justifient toutefois une visite: les fonts baptismaux en belle pierre calcaire et en dinanderie datent de la fin du 18ème siècle tandis qu'un tabernacle gothique du 16ème siècle orne l'autel latéral gauche.
Face à l'église, vous remontez la rue, sur la gauche en passant à deux pas du cimetière et devant la boucherie du village. Vous tournez ensuite

7 Rue du Buc 5530 Yvoir
Lat : 50.3195Lng : 4.91147
0 m
image du poi
12

Rue Sauvegarde

Vous tournez vers la droite, sur la rue Sauvegarde.

Rue Constant Ambroise 5530 Yvoir
Lat : 50.3205Lng : 4.91205
0 m
image du poi
13

Evrehailles: Boulevard des Combattants

En quittant l'église, nous avons parcouru les rues tranquilles du village, bordées de constructions en pierres, petites fermes ou maisons ouvrières datant souvent du 19ème siècle, parfois du 18ème. Au bout de la rue Sauvegarde, vous découvrez la perspective du Boulevard des Combattants. Cette artère monumentale, en comparaison avec la taille du village, resta longtemps une simple aire engazonnée où paissaient sans doute les petits troupeaux des fermiers de l'endroit. La plupart des constructions qui bordent la place remontent au 19ème siècle, certaines, plus rares, au 18ème siècle.

33 Rue Sauvegarde 5530 Yvoir
Lat : 50.3213Lng : 4.91466
0 m
image du poi
14

Evrehailles: Maison Delsaux & Jeu de Balle

Fermant la perspective du boulevard, en direction de Niersant, la Maison Delsaux (parfois appelée maison Bellefroid) mérite un détour"¦ Cette belle maison fut construite en 1774 par François Delsaux, bourgeois et notable de Godinne, impliqué dans la gestion de la «Cour d'Evrehailles». Par le jeu des alliances, elle resta dans la même famille jusqu'en 1975. Sa façade avant marie harmonieusement et dans un bel équilibre moellons chaulés et de pierres de taille calcaires. La date de construction est toujours visible au-dessus de la porte d'entrée.
Face à ce témoin du 18ème siècle, nous trouvons le jeu de balle d'Evrehailles. Introduit vers la fin du 19ème siècle, le jeu de balle (la «balle-pelote», une variante du très ancien jeu de paume"¦) a connu, dans nos régions, une immense popularité et a généré, dans nos villages, une vie sociale ardente. C'est un élément incontestable du patrimoine immatériel local. Peut-être aurez-vous la chance d'assister sur place à l'une de ces joutes pittoresques?
Vous tournez ensuite vers la droite, sur la rue du Château

Boulevard des Combattants 5530 Yvoir
Lat : 50.3217Lng : 4.91714
0 m
image du poi
15

Château d'Evrehailles

Evrehailles est, depuis la fin du Moyen-Âge, l'un des fiefs de Poilvache. Le seigneur d'Evrehailles devait avoir son siège dans un château ou une maison-forte de la localité. Les bâtiments actuels du château ne remontent pas à une aussi lointaine antiquité. Ils furent construits (ou reconstruits) par un seigneur d'Evrehailles (Hubert de Montjoie ouRené de Rosey) au 16ème siècle et subirent depuis de très nombreuses transformations. A l'origine, le château proprement dit se limitait sans doute à une enceinte quadrangulaire entourée d'eau, renforcée de deux tours (au Sud-Est et au Nord-Ouest) et s'ouvrant par un porche et un pont-levis, situés au Nord. La belle tour Nord-Ouest à trois niveaux et à la haute flèche octogonale daterait, dans sa configuration actuelle, de la fin du 16ème siècle ou du tout début du 17ème siècle. Un seul corps de logis occupait l'aile Est, longeant l'actuelle rue du Château. En d'autres termes, seule la partie Sud de l'ensemble actuel constituait la maison-forte d'Evrehailles. Ultérieurement, d'autres bâtiments se sont ajoutés à l'intérieur de l'enceinte du château et une troisième tour (celle du Sud-ouest) a été érigée, contre la muraille. Cette troisième tour daterait du 18ème siècle.
Franchissons maintenant le portail principal (demander l'autorisation si nécessaire). Vous vous trouverez alors dans la cour de la ferme qui s'est très vite développée autour de la maison-forte. La tour Nord-Est (accolée à l'enceinte de la ferme et la première rencontrée en venant du Boulevard) daterait par exemple de la fin du 16ème siècle. C'est de la cour de la ferme que vous pourrez le mieux vous rendre compte de la petite taille de l'ensemble castral d'origine.
A la fin du 18ème siècle, l'Ancien Régime tombe sous les coups de boutoir des révolutionnaires français. Le dernier seigneur d'Evrehailles est dépossédé de ses biens. François Delsaux de Godinne (le fils du bâtisseur de la belle maison du Boulevard) rachète l'ensemble des bâtiments en 1801. On pense que c'est à lui que l'on doit les transformations les plus radicales apportées à la structure des lieux. L'aile Sud est reconstruite dans un style néo-classique: elle s'ouvre par de nombreuses baies et fenêtres sur le parc paysager attenant au Château. De même, l'ancien porche communiquant, au Nord, avec la cour de la ferme est abattu de même que la courtine voisine, permettant ainsi d'ouvrir largement la cour intérieure du château sur l'ensemble plus vaste de la ferme.
Le château resta propriété de la famille Delsaux jusqu'en 1961, date où il fut vendu au baron Tilmans. C'est à celui-ci que l'on doit l'ouverture de l'aile Est du château, vers la rue, par 6 fenêtres à croisée gothiques de remploi. Ces fenêtres datent du 16ème siècle et proviennent de la région de Huy.
Aujourd'hui, le Château et sa ferme ont été subdivisés en plusieurs logements.

2 Rue du Château 5530 Yvoir
Lat : 50.319Lng : 4.91886
0 m
image du poi
16

Chaussée

Tournez à gauche sur la "Chaussée", une voirie au nom lapidaire...mais qui rappelle que l'ancien chemin d'Yvoir vers Ciney passait par ici...

8-14 Chaussée 5530 Yvoir
Lat : 50.3183Lng : 4.9193
0 m
image du poi
17

Evrehailles: Ferme de la Bouverie

La ferme de la Bouverie apparaît déjà dans des documents très anciens (1514). Les bâtiments, admirablement restaurés, que nous découvrons aujourd'hui ne datent pas d'une époque aussi lointaine. Ils ont été construits au début du 19ème siècle, probablement suite à la vente par le seigneur d'Evrehailles de l'ancienne ferme au notaire Charles Alexis Binamé.
Un peu plus loin, au premier carrefour, vous tournerez à gauche, vers Poilvache

2-14 Chaussée 5530 Yvoir
Lat : 50.3184Lng : 4.91667
0 m
image du poi
18

Grand-Route

Une fois la grand-route traversée (prudemment"¦), vous vous engagez sur le chemin de Poilvache, longeant le nouveau cimetière du village

Chemin de Poilvache 5530 Yvoir
Lat : 50.3159Lng : 4.9141
0 m
image du poi
19

Petit détour par les ruines de Poilvache...

Le chemin de Poilvache descend en pente très douce vers le versant Est de la vallée de la Meuse. Avant de vous engager dans le chemin forestier de gauche (qui vous conduira directement au coeur du village de Houx), nous vous invitons à aller découvrir les impressionnantes ruines de la forteresse de Poilvache, la plus étendue des forteresses médiévales mosanes encore visibles. Vérifiez cependant avant votre départ en balade les heures et conditions d'ouverture du site sur www.poilvache.be . Vous y trouverez également une synthèse de l'histoire du site ainsi qu'une présentation détaillée des ruines. En synthèse, Poilvache fut successivement propriété des Comtes de Luxembourg et de Namur. On pense généralement que la forteresse telle qu'on la découvre aujourd'hui fut construite au 13ème siècle. Elle prit part aux innombrables guerres que connurent nos régions entre le 13ème et le 16ème siècle: invasions françaises mais aussi guerres plus locales entre la Principauté de Liège (qui contrôlait Dinant toute proche) et le Comté de Namur. Poilvache fut finalement détruite par l'armée française en 1554 et ne fut plus jamais reconstruite. Sa conception ne répondait plus aux exigences de la guerre à l'époque de la Renaissance.
Poilvache est aujourd'hui un site classé tant sur le plan historique que sur le plan naturel. C'est aussi un lieu très beau s'ouvrant sur de superbes paysages mosans.
Le 8 juin 1993, le site de Poilvache a été classé par le Gouvernement Wallon au titre de «Patrimoine exceptionnel» de Wallonie. C'est le seul site d'Yvoir à bénéficier de cette reconnaissance.

Chemin de Poilvache 5530 Yvoir
Lat : 50.3077Lng : 4.90418
0 m
image du poi
20

Chantoire du vallon de Collebert

Après être revenu sur ses pas jusqu'à l'embranchement du chemin forestier, vous descendez maintenant par le très bucolique le vallon de Collebert vers Houx. Quelques centaines de mètres plus bas, à quelques mètres à gauche du chemin, vous découvrirez peut-être (en fonction des conditions hydrologiques du moment) un beau chantoire par où un petit ruisseau s'engouffre. Un peu plus bas, vous traverserez le lit à sec de ce ruisseau (qui passe donc ici sous terre) et vous continuerez à longer, tout en descendant, ce lit de ruisseau. Quelques centaines de mètres plus bas, vous verrez le ruisseau ré-apparaître au grand jour"¦ C'est un beau phénomène qui montre la nature karstique du sol que nous foulons ici"¦

Chemin de Poilvache 5530 Yvoir
Lat : 50.3077Lng : 4.90763
0 m
image du poi
21

Houx

Ce charmant village vous séduira par ses accents méridionaux"¦ ce n'est pourtant pas le Rhône qui le baigne mais tout simplement la Meuse! A l'ombre des falaises qui portent les ruines de Poilvache, le petit village a connu, au 20ème siècle encore, des heures agitées. Lors de toutes les guerres, les fleuves attirent les armées et les armées attirent souvent le malheur pour les civils. Ce fut le cas plus particulièrement pour Houx en août 1914. Lors de la campagne des 18 jours, en mai 1940, c'est ici que les panzers de Rommel franchirent pour la première fois la Meuse. Mais l'histoire de Houx est aussi riches d'événements moins tragiques. En témoignent encore le beau Château de Gaiffier, d'une facture toute classique. Ce château appartient à la famille de Gaiffier. Il fut construit en deux phases: la première au cours de la première moitié du 18ème siècle et la seconde au cours de la première moitié du 19ème siècle.
Autre témoin d'un passé économique celui-là: le gros «crayat» exposé au milieu du petit square qui fait face à la ruelle de Collebert par laquelle vous entrez dans le village. Ce «crayat» est le résidu de la fonte des minerais de fer suivant les principes de la métallurgie ancienne. Il a été retrouvé lors des travaux de construction du contournement de Houx par la grand-route de Dinant. Il rappelle l'existence à Houx, sous l'Ancien Régime, d'une fourneau et d'une forge.
Ne manquez pas non plus de vous perdre dans les quelques minuscules ruelles qui serpentent entre la rue principale et les falaises. Vous y trouverez, avec un peu de chances, les pieds de vigne du cru local: «le Clos des Manoyes»"¦ Un négociant en vin a également ici pignon sur rue. Enfin, à quelques kilomètres en amont du village, sur le territoire de la commune, plusieurs hectares de terre, en bord de Meuse, vont être plantés de vignes. C'est dire que Houx méritera bientôt son appellation de «Village de la Vigne et du Vin»"¦

73 Rue du Clos des Mannoyes 5530 Yvoir
Lat : 50.3028Lng : 4.89808
0 m
image du poi
22

Bords de Meuse entre Houx et Yvoir

Pour revenir vers Yvoir, vous suivez les berges de la Meuse que vous accompagnez dans sa descente. Un agréable parcours, agrémenté de quelques aires de pic-nique, vous fait suivre le tracé de l'antique chemin de halage de la Meuse, à l'époque où celle-ci n'était pas encore «bétonnée». Vous y découvrirez, vus du bas cette fois, les magnifiques rochers de Champalle dont vous avez, il y a peu, parcouru les prairies calcaires.
Sur la rive qui vous fait face, le village d'Anhée se déploie le long du fleuve. Ne manquez pas d'y jeter un oeil"¦ Anhée est en effet la porte d'entrée de la vallée de la Molignée, de ses draisines, de ses abbayes et villages de l'artisanat. C'est aussi en tout autre pays: l'Entre-Sambre-et-Meuse"¦

4 Avenue de Champalle 5530 Anhée
Lat : 50.3103Lng : 4.88571
0 m
image du poi
23

Yvoir: le quartier de la gare

Après être passé sous l'impressionnant pont d'Yvoir, nous voici presque de retour"¦ Ne manquez pas le trop discret monument au 5ème Régiment de Chasseurs Ardennais. A cet endroit, en mai 1940, s'élevait le vieux pont qui reliait Yvoir à Anhée. Le pont fut détruit in extremis avant que les panzers allemands ne puissent le franchir et les Chasseurs Ardennais défendirent vaillamment la rive gauche de la Meuse.
Le quartier de la gare s'est développé à partir de la mise en service de la ligne Namur-Dinant-Givet, inaugurée en 1862 déjà"¦ C'était une compagnie privée, les Chemins de Fer du Nord Belge, contrôlées par des capitaux français, qui exploita cette ligne jusqu'à la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, la gare d'Yvoir reste un noeud de communication très important (train et TEC) qui permet de superbes balades combinées train + marche à pied"¦

Avenue de Champalle 5530 Anhée
Lat : 50.3167Lng : 4.87789
0 m
image du poi
24

île d'Yvoir

Face à la gare, n'hésitez pas à passer"¦ le passeur d'eau ! Vous y découvrirez un endroit un peu magique...

«Sur l'île d'Yvoir, entre Namur et Dinant, c'est sur la terre ferme mais au milieu de l'eau que l'on prend du bon temps ! Et pour cause : il s'agit de la seule île de Belgique à être exploitée à des fins touristiques. Empruntez le passeur d'eau automatisé, et vous voilà parti pour un moment de détente inoubliable.
Ce superbe écrin vert de 2,5 hectares offre un cadre jamais vu. Alors que la partie sauvage vous invite à flâner au milieu des oiseaux et des arbres, l'espace détente et la terrasse de l'île vous offrent l'accès à une palette de loisirs. Pataugeoire, location de kayaks ou de bateaux électriques sans permis : à vous la décontraction sur la Meuse ! On peut même déposer sa serviette sur l'herbe verte, et se décontracter au soleil. Ou pourquoi pas, admirer les as du ski nautique sur la piste de vitesse.» (site www.iledyvoir.com )

1-7 Rue de la Gare 5530 Yvoir
Lat : 50.3211Lng : 4.87794
0 m
image du poi
25

Passage à niveau

Juste après le passage à niveau, traversez la grand-route (si vous êtes resté jusqu'ici sur le trottoir longeant le fleuve) et empruntez un petit sentier longeant le chemin de fer vers le Bocq. Tournez vers la droite puis franchissez le Bocq et pénétrez dans le parc du Maka.

Avenue Doyen Roger Woine 5530 Yvoir
Lat : 50.3229Lng : 4.87766
0 m
image du poi
26

Yvoir: parc du Maka

Au début du 20ème siècle, autour de la ferme féodale d'Yvoir s'était développé une véritable cité religieuse, d'abord avec les religieuses du Cénacle, puis avec les Pères de Scheut. La Commune d'Yvoir racheta aux Scheutistes, dans les années 1930, l'ensemble de ces bâtiments et décida d'abattre la plupart des bâtiments ajoutés par les religieuses et religieux autour de la ferme féodale. C'est ainsi qu'a été créée l'avenue de Lhonneux, avec son bel alignement de maisons dans le style des années 30'. C'est aussi dans ce cadre que la Commune décida d'aménager un parc public le long du Bocq, en direction du confluent.
On y installa aussi un Maka, l'un de ces marteaux qui rendirent fameuse la métallurgie locale. Ce «petit» maka ne vient cependant pas d'Yvoir mais bien d'Anhée, de l'autre côté du fleuve.
Le parc du Maka reste aujourd'hui encore un très agréable but de promenade pour bien des Yvoiriens...

7 Rue du Bocq 5530 Yvoir
Lat : 50.3253Lng : 4.87727
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris