Déjà inscrit ? Connectez-vous
Chaudes-Aigues, de Par en Par

Chaudes-Aigues, de Par en Par

Crédit : Joel Damase - Route des Villes d'Eaux

Chaudes-Aigues est célèbre pour son eau chaude, une eau qui jaillit au travers de 30 sources thermales et notamment la source du Par, qui atteint 82°C. Nous vous invitons à découvrir l'histoire de l'eau et certaines curiosités locales, au travers de 14 étapes (matérialisées sur le terrain par des gouttes d'eau, des bornes patrimoniales et un flyer papier). Crédits photos : Joel Damase - Route des Villes d'Eaux - Office de Tourisme de Chaudes-Aigues

1.4 km
max. 778 m
min. 753 m
34 m
-48 m
Styles : BaladeDécouverte
Thématiques : CulturelPatrimoine

Point de départ


15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8535Lng : 3.00255
0 m
image du poi
1

Source du Par

Remarquable par son débit (300 l/minute) et par sa température élevée (82°C) qui en fait la source naturelle la plus chaude d'Europe, la Source du Par est la plus connue de la trentaine de sources constituant l'aire d'émergence de Chaudes-Aigues. Elle tire son nom de l'habitude qu'avaient les bouchers d'utiliser son eau bouillante pour épiler (parer) les cochons qu'ils venaient de tuer.

1-25 Rue du Par 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8535Lng : 3.00255
0 m
image du poi
2

Place du Marché

C'est la place intérieure de la Cité. En haut, sous la croix, l'une des huit fontaines chaudes. Au fond, ce que l'on appelle aujourd'hui le Porche, surmonté de la niche dédiée à Notre Dame de l'Annonciation. Un bain public aurait existé à l'arrière de la poste actuelle et des maisons voisines qui furent autrefois des thermes privés. L'une d'entre elles dispose encore d'une piscine en pierre datant de 1617.

2 Rue Saint-Jean 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8533Lng : 3.00316
0 m
image du poi
3

Chapelle des Pénitents

La confrérie des Pénitents blancs ou du Gonfalon fut instituée à Chaudes-Aigues, le 12 août 1595, sous l'appellation de "L’Assomption Notre Dame". Jusqu'en 1598, les Pénitents blancs de Chaudes-Aigues se rassemblaient dans la chapelle St-Julien. Ce n'est qu'au début du XVIIe siècle qu'ils firent construire, à l'entrée du faubourg de l'Hert, la chapelle que nous connaissons aujourd'hui. Sous la Révolution, elle devint lieu de réunion de la société populaire. En 1802, les Pénitents retrouvèrent l'usage de leur édifice mais sans autorisation officielle et ce n'est qu'à la Restauration, sous Louis XVIII, qu'ils purent reprendre normalement leurs activités. La confrérie s'éteignit au début du XXe siècle et nous légua, entre autres, le magnifique retable, style Renaissance, datant du XVIIe siècle.

8 Rue Saint-Jean 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8532Lng : 3.00317
0 m
image du poi
4

Portail de l'Herm

Chaque quartier de Chaudes-Aigues est placé sous la protection d'un saint ou d'une sainte dont la statue figure dans une niche en bois accrochée aux murs des maisons. L'oratoire situé à l'angle de la rue, est dédié à saint Jean le Riche (saint Jean-Baptiste). Les huit oratoires : saint Jean le Riche, saint Jacques, saint Roch (patron es lépreux), saint Joseph, Notre Dame de l'Annonciation, Notre Dame d'Août ou de l'Assomption, Sainte Elisabeth, saint Jean le Pauvre l’Évangéliste datent vraisemblablement du XVIIIe siècle.

18 Rue Saint-Jean 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8527Lng : 3.00314
0 m
image du poi
5

Oratoire Saint-Jacques

Si les autres Saints ou Saintes ne disposent que d'une simple niche de bois, Saint Jacques possède une petite chapelle située, en haut de la rue Barre de l'Hert, sur le chemin que devaient emprunter les pèlerins en route vers Compostelle pour rejoindre, par Laguiole, la "Via Podensis" reliant Le Puy à Conques. On y vénère aussi, Notre Dame de la Bonne Mort, Saint Jean, frère de Saint Jacques, et Saint Philippe, patron des tisserands, une industrie qui fut longtemps fleurissante à Chaudes-Aigues. Un tableau naïf évoque la mort de Saint Joseph.

22 Rue du Barre de l'Hert 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8514Lng : 3.00252
0 m
image du poi
6

Thermes et Caleden

Qui furent les premiers baigneurs de Chaudes-Aigues?
Probablement les habitants eux-mêmes et quelques pèlerins, migrants, infirmes ou indigents de passage avertis des vertus curatives des sources. Aux XVe et XVIe siècles, la ville est connue pour ses eaux et l'on dit qu'Agnès Sorel et le roi Charles VII s'y seraient arrêtés. Les terriers de l'époque font référence à un bain public (baynh) situé en haut de la place intérieure et alimenté par la Source du Par. Au XIXe siècle, la qualité des eaux est unanimement reconnue pour le traitement de l'arthrose. On souhaite même faire de Chaudes-Aigues "Carlsbad français". En 1850, les cures sont dispensées dans trois établissements privés. Aujourd'hui, les thermes sont la propriété de la Société Thermale de Chaudes-Aigues qui poursuit les activités de cures et exploite les bienfaits de l'eau pour la remise en forme au sein de Caleden (http://www.caleden.com/).

21 Avenue Georges Pompidou 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.851Lng : 3.00281
0 m
image du poi
7

Lavoir à eau chaude

Longtemps, les femmes sont allées laver leur linge dans cette partie du Remontalou où des sources et des dégagements gazeux "échauffaient" l'eau de la rivière. A la fin du XIXe siècle, un premier lavoir est aménagé mais il faut attendre 1929 pour que l'Amicale Parisienne des Enfants du Canton de Chaudes-Aigues finance un lavoir couvert, alimenté par la source Lestende (62° C) et comportant deux bacs successifs permettant un refroidissement progressif de l'eau. Rénové en 1999, le lavoir à eau chaude reste une curiosité qui rappelle que l'eau fut utilisée autrefois dans le traitement des laines.

Avenue Georges Pompidou 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8519Lng : 3.00388
0 m
image du poi
8

Captage des sources Clavière et Limouzy

Sous une voûte située en bordure du Remontalou, légèrement en amont du pont de l'Hospice, on peut apercevoir le captage de deux sources chaudes. L'une est destinée au Centre de Rééducation Fonctionnelle édifié en aval, à l'emplacement où se dressait autrefois l'établissement thermal Clavières, l'autre alimente les habitations du quartier du Square P. Vialard (Monument aux Morts).

9 Place Auguste Clavière 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8525Lng : 3.00375
0 m
image du poi
9

La Fontaine de l'Hospice

Jusqu'en 1854, à l'intérieur même des maisons, on trouvait au niveau du caniveau de chauffage un bassin recouvert d'une dalle de schiste. Cet aménagement permettait aux usagers de puiser de l'eau chaude. L'existence de ce chauffe-eau d'avant-garde engendrait de nombreuses récriminations. Une délibération du Conseil Municipal, en date du 15 août 1854, stipule qu'il est désormais "expressément interdit d'avoir dans l'intérieur des maisons chaudes la moindre ouverture pour prendre l'eau". Il est alors décidé d'établir dans chaque quartier "aux frais des habitants qui en feront la demande" une borne-fontaine publique qui distribuera gratuitement l'eau chaude.

3-9 Place Auguste Clavière 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8527Lng : 3.00373
0 m
image du poi
10

La Rue Sainte-Elisabeth

Partant du Faubourg d'Outre, la Rue Sainte-Elisabeth mène au cimetière. C'est l'ancienne "montée de la colobre (couleuvre)" qui conduisait à "las forchas", où s'élevaient, dit-on, les fourches patibulaires c'est-à-dire le gibet seigneurial. Au bas de la rue, les deux fontaines d'eau chaude du quartier et, au milieu, à droite, l'Oratoire Sainte Elisabeth.

16-50 Rue Sainte-Elisabeth 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.854Lng : 3.00502
0 m
image du poi
11

Système de chauffage des maisons

Créé au début du XIVe siècle, le système de chauffage des maisons, basé sur le seul principe de la gravité, constitue le premier réseau mondial de chauffage urbain par géothermie. De seulement trois maisons chauffées en 1332, le réseau va s'agrandir au cours des siècles pour atteindre dans le premier quart du XIXe siècle, sous l'impulsion de Jean-Baptiste BARLIER, député-maire de la ville, l'ampleur qu'on lui connaîtra jusqu'à la fin du XXe siècle: 150 maisons chauffées, 4 sources utilisées, 5 km de tuyauteries très longtemps en bois de pin.

Impasse du Faubourg d'Outre 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8539Lng : 3.00461
0 m
image du poi
12

Séchoir de la rue du Moulin

Aujourd'hui, Rue du Moulin, cette petite venelle s'appelait "rue de las chalcheyras (séchoirs)", à une époque où l'industrie des tanneries était florissante dans le Faubourg Saint-Julien comme le confirme la présence, plus bas, d'une rue des Tanneurs. Il faut savoir qu'au XVe siècle, Chaudes-Aigues comptait une quinzaine de moulins Blaviers ou Combiers, selon qu'ils servaient à la mouture des céréales ou au triturage des laines.Le séchoir encore visible entre deux bâtisses rappelle cette dernière activité.

2 Rue Saint-Julien 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.855Lng : 3.00428
0 m
image du poi
13

Portail du Four

Entre 1416 et 1426, Chaudes-Aigues se dote d'une enceinte fortifiée et obtient le droit de députer aux Etats Provinciaux. Les fortifications comprennent 3 ponts qui franchissent le Remontalou et mènent au Faubourg d'Outre : le Pont Vieux (aujourd'hui disparu), le Pont de la Place, le Pont de la Vernède.

5 Rue Saint-Joseph 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8542Lng : 3.0038
0 m
image du poi
14

Rue Notre-Dame-d'Août

Ancienne "charreyra del forn" (rue du four), du nom du four public qui se trouvait au départ de la rue qui monte à l'église paroissiale, la rue Notre Dame d'Août est la rue marchande de la Ville. A voir, à l'entrée nord de la rue, à l'angle de deux maisons, l'oratoire Saint Joseph dont la statue, de taille naturelle, a été sculptée dans un tronc unique, évidé pour en réduire le poids, et au milieu de la rue, à gauche en allant vers la Place du Marché, l'oratoire Notre Dame d'Août, dédié à Marie. Vous pouvez poursuivre la visite par l'Eglise paroissiale Saint Martin - Saint Blaise et la Chapelle Notre Dame De Pitié.

9-17 Rue Notre Dame d'Août 15110 Chaudes-aigues
Lat : 44.8539Lng : 3.00356
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris