Déjà inscrit ? Connectez-vous
de Office de Tourisme de l'Agglo du Pays de Dreux
Dampierre-sur-Avre et l'étang de Tranchevilly

Dampierre-sur-Avre et l'étang de Tranchevilly

Crédit : Agglo du Pays de Dreux

Découvrez Nonancourt autrement
Deux guides de visite vous permettent de découvrir Nonancourt : la balade des remparts et l’église Saint Martin. Ils sont en vente au syndicat d’initiative au prix de 2 €. Ouvert les mercredis de 10h à 12h30 et les samedis de 10h à 12h30 et 14h30 à 17h30.

Eglise Saint Martin de Nonancourt
XIIème siècle. Vitraux classés aux Monuments Historiques. Un guide de visite est en vente (2€) au syndicat d’initiative de la ville.

Mairie de Saint-Lubin-des-Joncherets
En 1862, Monsieur Renard (père) fonde l'usine du Vrisseuil (actuelle SACRED) pour tisser la laine. L'entreprise se développa et évolua plus tard vers la production de tapis (nationalement connus). La famille Renard fit construire les deux résidences dites "Château du Haut Venay", actuelle maison de retraite et "Château du Parc du Bas Venay", actuelle Mairie. L'un des fils, Charles, devint Maire de Saint-Lubin et Conseiller Général de Brezolles.

Ancienne filature Waddington
En 1792, Henry Sykes, citoyen hollandais et négociant diamantaire, achète un moulin situé au bord de l’Avre qu’il transformera en l’une des premières filatures de coton de France. Il mariera sa fille avec William Waddington, archéologue qui fut successivement ministre de l'Instruction Publique puis des Affaires étrangères sous la présidence de Mac Mahon puis Président du Conseil (équivalent du 1er ministre aujourd'hui). Il poursuivra l’œuvre de son beau-père et transmettra l’entreprise à ses fils après sa mort en 1818. Ces derniers construiront plusieurs usines de filature et de tissage dont celle qu’on appelle la Paquetterie à St-Lubin-des-Joncherets. En 1892, le captage des eaux de l’Avre via l’aqueduc portera un coup fatal à toutes les entreprises installées le long de l’Avre sauf celles de Waddington et de Renard qui remplaceront la force hydraulique par l’installation de générateurs de vapeur, alimentés au charbon. La crise économique de 1929, puis les grèves du Front Populaire en 1936 mettent fin à la prospérité de l’entreprise. Les filatures et les tissages sont vendus à d’autres entreprises qui continueront avec plus ou moins de facilité à assurer du travail aux gens de la vallée d’Avre. La Paquetterie, elle, est vendue à la commune de Saint Lubin.

Château du Ménillet à Dampierre-sur-Avre
Jolie construction du XVIIème siècle qui ne représente qu’une aile du château primitif. A cette ancienne demeure des De Courcy, élevée dans un site agréable, on a ajouté vers le début du siècle des bâtisses sans caractère

Eglise St Pierre à Dampierre-sur-Avre
Bâtie de l’époque romane au XVIIIème siècle. A l’extérieur de l’édifice, on peut découvrir une dizaine de cadrans solaires, ainsi que de nombreux graffiti (croix, roues, mongolfières…).

Motte féodale du Plessis sur Dampierre
Une motte féodale, au lieu-dit le Puits de la Motte, aurait été un château fort, situé à courte distance au nord-ouest du Plessis, où aboutit, d’après la tradition un souterrain appelé le trou du diable (débutant près du lavoir de Dampierre). Cette motte est encore visible, mais envahie par la végétation ; du Puit de la Motte, on découvre une très belle vue sur la vallée, le Ménillet, Islou et le château d’Acon.

L’Aqueduc de l’Avre
La construction de l’aqueduc débuta en juin 1891 pour s’achever en mars 1893. Son périmètre sourcier se situe à Rueil la Gadelière et son point d’arrivée, au réservoir de Saint Cloud. Propriété de la ville de Paris, la longueur de l’ouvrage est de 102 km avec seulement 25 km sous terre. Près de Versailles, sa profondeur atteint 60 m. Cet édifice alimente 30% à 40% des besoins en eau sur Paris.

Château de St-Lubin-des-Joncherets
Cette ancienne demeure seigneuriale remonte au début du XVIIe siècle et sa construction est certainement due à Louis de Pontbréant, écuyer, seigneur du Mesnil-sur-l’Estrée et de Saint-Lubin. La composition principale du jardin structurée par les canaux (dessins attribués par Le Nôtre) date de cette époque. Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Chapelle du cimetière de Saint-Lubin
Edifice rectangulaire voûté en plâtre avec poutres apparentes. On y voit un autel en bois sculpté et trois belles fenêtres ogivales. Au-dessus de la petite porte au côté sud, on peut lire la date 1752. Elle est sans doute postérieure à la date de construction de l’édifice dont le style semble indiquer le XVIIème siècle.

7.7 km
1 h 30 mn
1 h
max. 0 m
min. 0 m
0 m
0 m

Les hébergements à proximité

Point de départ

28350 Dampierre-sur-Avre
Lat : 48.76698Lng : 1.1582
14 h