Para ver alrededor
Ver más
Abrir
Cerrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar

Oups... Parece que Cirkwi no tiene permiso para usar tu ubicación.

Descripción
Mapa
Puntos de interés
Resumen de Cirkwi
Calificaciones y reseñas
Ver alrededor

París: Del passage Verdeau al Louvre

El resumen de Cirkwi

Descubre París: Del Pasaje Verdeau al Louvre

Sumérgete en un viaje único por París, meticulosamente creado por Dominique, que ofrece una mezcla de encanto histórico y riqueza cultural. Recorre el pintoresco Pasaje Verdeau, una joya escondida establecida en 1846. Su serena atmósfera, realzada por el distintivo techo de cristal en forma de espina de pez, ofrece un santuario para amantes de antigüedades y bibliófilos. Este itinerario te invita a adentrarte en el corazón de París, donde pasado y presente convergen, creando una experiencia inolvidable que cautiva el alma y despierta una profunda apreciación por el atractivo perdurable de la ciudad.


Detalles Clave del Itinerario Revelados

Esta ruta meticulosamente planificada abarca aproximadamente 3.25 km, comenzando a una altitud de 32 metros y alcanzando su punto máximo a 38 metros, con un cambio de elevación positivo mínimo de tan solo 2 metros. Estos detalles subrayan la naturaleza suave del recorrido, haciéndolo accesible para caminantes de todos los niveles de habilidad. Al enfocarse en estos aspectos técnicos, uno puede apreciar el cuidadoso pensamiento que se ha puesto en crear un itinerario que combina facilidad con exploración.


Consejos Estacionales para Viajeros

Sin importar cuándo visites, esta aventura parisina sigue siendo encantadora. En primavera y verano, París florece, ofreciendo escenas callejeras vibrantes; empaca ropa ligera y cómoda. El otoño le da un tono romántico a la ciudad, perfecto para paseos relajados. El invierno, aunque más frío, tiene un encanto propio, con luces festivas adornando las calles. Siempre lleva calzado cómodo para caminar y recuerda que el clima parisino puede ser impredecible, así que llevar un paraguas es una precaución sabia.


París: Un Tapiz de Historia

París, dentro de la región de Île-de-France, se alza como un faro de riqueza cultural e histórica. Desde sus raíces como ciudad romana hasta su evolución como metrópolis bulliciosa, el viaje de la ciudad a través del tiempo es evidente en su arquitectura, como los matices neoclásicos del Pasaje Verdeau. Al recorrer desde este pasaje histórico hasta el icónico Louvre, uno camina las líneas vitales de una ciudad que ha sido cuna de arte, innovación y revolución, reflejando la significancia perdurable de París en los anales de la historia global.


Comprendiendo los Patrones Climáticos Parisinos

París experimenta un clima templado con inviernos suaves y veranos cálidos. Las lluvias se distribuyen a lo largo del año, aunque la primavera y el otoño suelen tener ligeramente más precipitaciones. La mejor época para visitar es probablemente la primavera (de abril a junio) o el otoño (de septiembre a noviembre), cuando las temperaturas son agradables y los jardines y parques de la ciudad están en su máximo esplendor. Recuerda que vestir en capas es clave para adaptarte al clima variable de París, asegurando una experiencia cómoda mientras te embarcas en este itinerario fascinante.
Generado automáticamente.

Informaciónes técnicas

A pie
Dificultad
Muy fácil
Dist.
3.3 km
Mostrar más

Perfil altimétrico

Punto de partida

1 Rue de Provence , 75009 Paris
Lat : 48.87402Lng : 2.34215

Puntos de interés

image du object

Passage Verdeau

Ouvert en 1846, tout comme le passage Jouffroy qu'il prolonge, le passage Verdeau se tient loin de l'agitation des grands boulevards et a préservé son charme intact. Sous sa lumineuse verrière en arête de poisson, les antiquaires et bouquinistes installés dans les boutiques au style néoclassique épuré raviront les amateurs d'objets anciens qui aiment y flâner.

6 Passage Verdeau 75009 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Passage Jouffroy

Percé en 1846 entre la rue de la Grange Batelière et boulevard Montmartre afin de bénéficier de la popularité du passage des Panoramas dans le prolongement duquel il se trouve, le passage Jouffroy, qui présente la particularité d'être coudé en L, fut le premier à être intégralement construit en fonte et en verre, ses éléments décoratifs étant en bois, et à offrir un chauffage par le sol. Très vite, restaurants, cafés et boutiques s'y installèrent, attirant une animation continuelle, dopée par l'ouverture en 1882 du musée de cires Grévin, qui y possède toujours une entrée. Les travaux de rénovation entrepris les dernières années lui ont rendu tout son lustre.

16 Passage Jouffroy 75009 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Passage des Panoramas

Tirant son nom des deux rotondes à toit conique (détruites en 1831) installées à ses extrémités, où étaient projetées des vues panoramiques en trompe-l'oeil de grandes villes célèbres (Paris, Rome, Jérusalem...), le passage des Panoramas, ouvert en 1800, est un des plus anciens passages couverts de Paris et d'Europe. Il rencontre vite un vif succès auprès de la haute société parisienne, aidé par la proximité du théâtre des Variétés et par ses boutiques de luxe. Sa toiture vitrée et son éclairage au gaz le place à la pointe de l'équipement urbain d'alors. Rénové en 1834, il se voit adjoindre trois passages supplémentaires (Montmartre, Variétés et Saint-Marc). C'est aussi à cette date que s'y installent les graveurs Isidore Aumoitte et Moïse Stern. Ce dernier continuera l'activité au décès de son associé, la maison Stern sera active dans le passage jusqu'en 2015. Ses magnifiques locaux, inscrits aux monuments historiques, sont occupés par le Caffé Stern, mené de main de maître par le maître étoilé Massimiliano Alajmo (www.caffestern.fr/).

15 Galerie des Variétés 75002 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Rue des Colonnes

Etant à l'origine une voie privée reliant les rues des Filles-Saint-Thomas et Feydeau, fermée par des grilles de 23 heures à 5 heures du matin, la rue des Colonnes est un des rares témoins de construction sous l'époque révolutionnaire. Le projet est constitué en 1792 et voit son achèvement par son ouverture à l'automne 1797, après moult péripéties. Edifiée selon les plans de l'architecte Nicolas Vestier, qui prévoient des arcades supportées par trente-six colonnes de style dorique inspirées par les temples de Paestum et ornées de palmettes, la rue des Colonnes marque aussi son originalité en superposant les habitations aux commerces du rez-de-chaussée, aisément accessibles aux passants déambulant sous les arcades couvertes. Cette disposition, qui avait été utilisée au passage Feydeau, parallèle à la rue, inspirera les passages couverts, qui fleuriront dans le quartier au XIXe siècle, et, à une échelle nettement plus large, à la rue de Rivoli. Les percements de la rue de la Bourse en 1826 et de la rue du Quatre-Septembre sous Napoléon III mèneront à sa partition tout en la mutilant. Le projet d'en reconstituer la façade sur toute sa longueur, dans le cadre des célébrations du bicentenaire de la Révolution française, n'aboutira pas.

5 Rue des Colonnes 75002 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Palais Brongniart (ancienne Bourse)

Née de l'ambition de Napoléon de doter la France d'un emblème de la puissance et de l’accomplissement auxquels elle est parvenue, la Bourse de Paris, dont la construction est confiée par l'Empereur à l'architecte Alexandre-Théodore Brongniart, ne sera achevée qu'en 1825, Brongniart décédant en 1813, Bonaparte abdiquant en 1815. Le bâtiment accueille les activités de la Bourse de commerce jusqu'en 1885. Les cours du marché des actions au comptant étant informatisés depuis 1987 hors du palais Brongniart, ce dernier ne conserve plus que les activités sur le marché à terme des contrats sur l'indice CAC 40, le Matif, jusqu'en 1998. Il trouve ensuite une réaffectation en tant que lieu événementiel (salons, expositions, conférences...), accueille un incubateur de start-ups et l'École européenne des métiers de l'Internet. L'imposant bâtiment est un édifice périptère de style néoclassique.

31B Rue Vivienne 75002 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Place des Victoires

Sise à cheval sur les 1er et 2e arrondissements, la place des Victoires est une place circulaire de près de 80 m de diamètre dédiée à Louis XIV, au centre laquelle se tient une statue équestre à la gloire de ce dernier. Edifiée à la fin du XVIIe siècle sur des plans de Jules Hardouin-Mansart, à qui l'on doit aussi notamment la place Vendôme et la galerie des Glaces du château de Versailles, la place fait partie des cinq places royales de Paris (avec la place des Vosges, la place Vendôme, la place de la Concorde et la place Dauphine). Le percement de la rue Etienne Marcel au milieu du XIXe siècle endommagera son bel ordonnancement classique ainsi que le jeu de perspective de la rue Feuillade. En effet, cette dernière avait été conçue pour ne pas être prolongée axialement par delà le centre de la place, sa perspective aboutissant sur la statue du monarque et se fermant dans un espace clos par le constructions de la place. La vue depuis la rue Croix-des-Petits-Champs permet de se donner vague idée de l'effet obtenu. La statue équestre en bronze, oeuvre de Bosio inspirée du célèbre Cavalier de bronze de Falconet de Saint-Petersbourg, remplaça en 1832 une statue du général Desaix, remplaçant elle-même une pyramide en bois. La statue originelle de Louis XIV en pied, fut abattue et fondue sous la Révolution, certains éléments de son socle sont exposés actuellement dans la cour Puget du Louvre. Le couturier Kenzo y installe en 1976 sa boutique, ses ateliers et ses bureaux.

9 Rue Étienne Marcel 75001 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Galerie Vivienne

Une des plus somptueuses galeries parisiennes, voici la Galerie Vivienne, bâtie en 1823, avec son riche décor de style pompéien néo-classique conçu par François-Jacques Delannoy Sous son élégante verrière, les peintures et sculptures exaltent le commerce, comme en témoignent les caducées, ancres et cornes d'abondance qui ornent les fenêtres en demi-lunes ainsi que les déesses et les nymphes qui décorent la magnifique rotonde vitrée à coupole hémisphérique qui prolonge la galerie. Le sol en terrazzo est recouvert de belles et sobres mosaïques signées Facchina et Mazzioli, dans un style qui évoque celui des mosaïques de la rue de Rivoli. Au N°13, un escalier monumental mène à l'ancien domicile de François Vidocq après sa démission du poste de chef de la brigade de Sûreté. La galerie est jumelée avec les Galeries royales Saint-Hubert de Bruxelles, ouvertes en 1847.

1 Galerie Vivienne 75002 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Palais Royal - Jardins

Né du souhait du cardinal de Richelieu d'ornementer le Palais-Royal, le jardin du Palais-Royal est réalisé en 1633 au centre du Palais-Royal par Pierre Desgotz, le jardinier du roi. Il faudra attendre le règne de Charles X pour qu'il prenne son aspect actuel, avec les tracés des allées et les quatre galeries sous arcades qui le bordent : la galerie de Montpensier à l'ouest, la galerie de Beaujolais au nord, la galerie de Valois à l'est et la galerie du Jardin au sud. Ce havre de paix de 20.850m² est agrémenté de deux statues (Le Charmeur de serpent de Martial Adolphe Thabard, et Le Pâtre et la Chèvre, groupe de Paul Le Moyne) et d'une fontaine Wallace. Son célèbre petit canon de bronze, de nos jours détonné par un artificier, tonne le coup de midi.

77 Galerie de Montpensier 75001 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Palais Royal - Les deux plateaux (colonnes de Buren)

Répondant à la galerie d'Orléans, double colonnade séparant cour et jardin édifiée sous la Restauration, les 260 colonnes de marbres blanc et noir des 'Deux Plateaux" de l'artiste plasticien français Daniel Buren, occupent 3000m² de la cour d'honneur du Palais Royal, siège du Conseil constitutionnel et du ministère de la Culture. Elles en constituent le premier niveau. Le second « plateau » en sous-sol est constitué de trois tranchées creusées dans lesquelles des colonnes de hauteur égale ont été placées. Leur enfoncement progressif montre la pente du sous-sol sur lequel circule à l'origine un plan d'eau reflétant visuellement et de façon sonore le niveau supérieur. Sous cette construction, on entend l'eau qui coule : Buren donne ainsi une autre perception du lieu, une perception sensitive. Les deux plateaux changent de physionomie la nuit grâce à l'éclairage : à l'intersection de chaque bande du maillage est installé un clou luminescent rouge ou vert. Les tranchées sont illuminées par des diodes bleues placées sous la grille. La colonne centrale de la fontaine souterraine est utilisée par les touristes pour jeter des pièces de monnaie (le folklore voulant que si leur pièce atteint et se pose sur le sommet de la colonne, leur vœu le plus cher est exaucé), reprenant ainsi la coutume née à la Fontaine de Trevi à Rome

1 Galerie de la Cour d'Honneur 75001 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Galerie Véro Dodat

Edifiée en 1826 par deux investisseurs, le charcutier Véro et le financier Dodat, afin de relier le Palais-Royal et les Halles, la galerie, une des premières artères parisiennes à disposer de l'éclairage au gaz, rencontre très vite un vif succès. La présence des Messageries Laffitte et Gaillard, établies à l’entrée du passage contribuent à ce succès, les voyageurs qui attendaient leurs diligences déambulant parmi les magasins à la mode. La tragédienne Rachel y occupa un appartement de 1838 à 1842. Cependant, le Second Empire et la disparition des Messageries amorcent le déclin de la galerie. De style néoclassique, son architecture élégante est accentuée par le strict alignement horizontal des élégantes devantures de bois cernées de cuivre et par la trame diagonale du carrelage noir et blanc qui donne une illusion de profondeur, combinée à la faible hauteur du plafond orné de peintures de paysages là où il n'est pas vitré. Encore peu fréquentée il y a une dizaine d'années, la galerie connaît un retour en grâce, accueillant de nombreuses galeries d'art ainsi qu'une boutique du célèbre maroquinier Christian Louboutin.

8 Galerie Véro-Dodat 75001 Paris
- Dominique David -
Consulter
image du object

Louvre - Cour Carrée

Située à l'emplacement du premier château du Louvre, édifié par Philippe-Auguste, puis de celui de Charles V, la Cour Carrée naît de la volonté de François Ier de transformer l'ancienne forteresse en un palais de style Renaissance. Il confie les travaux à l'architecte Pierre Lescot et au sculpteur Jean Goujon, suivi par son fils Henri II (1547-1559). C'est ainsi que naît la somptueuse aile Lescot, chef-d'oeuvre de la Renaissance française, richement ornementé de hauts-reliefs allégoriques, de statues, de frises, de guirlandes... Après 70 ans de pause, les travaux reprennent sous Louis XIII, qui charge Lemercier de dupliquer l'aile Lescot vers le nord et d'ériger le pavillon de l'Horloge entre les deux ailes. La Cour Carrée prend sa forme définitive avec Louis XIV, qui fait bâtir dans le style classique typique de son règne, les ailes nord, est et sud. En étant attentif, on peut suivre dans la pierre l'histoire de sa construction, les souverains successifs ayant tenu à apposer leur monogramme sur les parties qu'ils avaient édifier (Henri II, Charles IX, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV).

1 Cour Carrée 75001 Paris
- Dominique David -
Consulter

Autor de los datos

Image Dominique David
propuesto por Dominique David

Calificaciones y reseñas

Para ver alrededor
Ver más
Abrir
Cerrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
Mostrar
¡Precaución!
No tenemos información sobre la dificultad de este circuito. Es posible que encuentre algunas sorpresas en el camino. Antes de salir, no dude en informarse más y tomar todas las precauciones necesarias. ¡Buen viaje! 🌳🥾