Déjà inscrit ? Connectez-vous
image utilisateur
de Parc naturel régional des Grands
Chapelle du Saint Sépulcre
Chapelle du Saint Sépulcre
Chapelle du Saint Sépulcre

Chapelle du St Sépulcre

Crédit : OT St Geniez-Campagnac

A l'Est, à mi-chemin entre Campagnac et Saint Urbain, s'élève une chapelle, jadis lieu d'un pèlerinage annuel, construite au XVIIIème siècle, sur une partie certainement plus ancienne.
De ce site, on jouit d'un beau panorama sur la vallée du Lot, l'Aubrac, Saint Laurent d'Olt et la Lozère, Ajas et la falaise de Montplô. Un décor rustique représentant une mise au tombeau décore le linteau de la porte. L'enduit extérieur porte des graffitis de scieurs de long. L'appareillage visible à l'intérieur, ainsi que des réemplois manifestes (pierre à larges cupules réutilisée dans le "tronc") témoignent de l'existence d'un édifice plus ancien. Lors d'un nettoyage aux abords, une clé datable du XV-XVI s. a en effet été découverte. Plusieurs légendes sont rattachées à ce lieu : - Le site aurait été le siège d'un ermitage - Des voleurs ayant détroussé et tué le conducteur d'un char à boeufs, pris de remords, auraient décidé de faire construire une chapelle expiatoire à l'endroit où les boeufs, désemparés, se seraient arrêtés avec le char, sur lequel était restée la dépouille de la victime. Le vocable de la chapelle, dédiée au St Sépulcre (ce qui est rare en Rouergue), la présence ancienne d'un tableau de retable représentant les trois Maries (la Vierge, Marie Salomé et Marie Cléophaste) souvent associées à la triade des matrones (tria matres), ainsi d'ailleurs que le toponyme Azuel, situé tout près de là : "l'endroit d'où l'on voit", peuvent suggérer l'hypothèse que le St Sépulcre aurait pu matérialiser la christianisation d'un lieu païen plus ancien qui se serait organisé autour de la source de Saint Urbain, hameau tout proche. Certaines sources avaient dit-on la faculté de guérir les maladies des yeux. Il pourrait y avoir un rapport entre ces guérisons miraculeuses et le lieu où le mort retournait à la lumière céleste. En effet, dans l'Antiquité, la mort était considérée comme la Découverte de la Lumière, la Révélation. De nombreux poèmes occitans du Moyen Âge, les " Albes " (les Aubes) chantent cette attente du guetteur qui attend toute une nuit la lumière du jour, le guetteur qui attend l'aurore. (Pierre-Marie BLANQUET).

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.