Déjà inscrit ? Connectez-vous
Chapelle Saint-Yves

Chapelle Saint-Yves

Cette chapelle, a été édifiée à la fin du XVème siècle par les seigneurs de TROGORRE, Alain de PLOUGRAS, 3ème du nom et son épouse Marie LE ROUGE du BOUROUGUEL, originaire de Plouigneau. Les deux écus accolés qui dominent l’entrée principale représentent cette union : à gauche, l’écu à la croix pattée de Plougras; à droite l’écu mi-parti, présentant au 1 « Plougras », au 2 « Le Rouge du Bourouguel ».
La croix pattée, symbolisant les croisades, atteste de l’ancienneté de cette famille.
Les maîtres de Trogorre étaient considérés comme les premiers seigneurs de la trêve de Loguivy et reconnus comme tels pas les autres seigneurs. En effet, à cette époque, Loguivy n’est qu’une trêve de la paroisse mère : Plougras. Elle n’acquière son statut de paroisse autonome en 1790.
Ainsi, les seigneurs de Trogorre peuvent poser dans l’église tréviale de Loguivy, la chapelle St Yvi aujourd’hui, leurs armoiries et écussons « aux plus hauts et éminents lieux », ainsi que se faire enterrer dans l’église.
Ce petit édifice rectangulaire est dédié à St Yves (Saint Erwan, en breton), encore appelé Yves Héloury de Kermartin (1253-1303), juge intègre canonisé en 1347.
Deux portes de même structure, la principale étant située au couchant, l’autre au midi, constituent les entrées de la chapelle. Le pignon du couchant est surmonté d’un petit campanile dont l’unique cloche d’origine fût enlevée pendant la révolution et remplacée en 1835.
Au levant, la grande baie du chevet présente un remplage à fleur de lys usuel dès la fin du XVème siècle.
Bien qu’assez réduit, le mobilier intérieur comporte quelques éléments remarquables: 5 statues en bois datant du XVIème siècle. On y verra :
St-Herbot et sa baratte. « Allons prier Saint Herbot pour qu’il nous donne du beurre » dit un vieux proverbe breton
la Vierge reposant sa main gauche sur les Ecritures. Image rare dans notre région semble-t-il.
Marie avec l’ange Saint Michel
de Saint Yves avec son livre de droit
Près du chœur, l’ancien retable, remplacé par un panneau de bois sculpté, évoque le « miracle du bled » à TREDREZ : Saint Yves aurait miraculeusement rempli de froment un coffre vide destiné à la nourriture de ses pauvres.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.