Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le masque en Europe. Entre similitudes et différences

Le masque en Europe. Entre similitudes et différences


 

Le masque en Europe. Entre similitudes et différences

 

Les traditions masquées européennes présentent une multitude de points communs, parfois troublants ; ne prenons que l’exemple de l’Homme sauvage, vêtu de peaux et harnaché de cloches, que l’on rencontre à travers l’Europe. Néanmoins, cette approche serait trop simpliste : impossible de confondre ces personnages, malgré l’étrange « air de famille ». Trop de détails les distinguent. Chaque tradition masquée reste totalement unique, et chaque masque est singulier. N’oublions pas que les masques « servent » l’individu; ils doivent répondre à ses craintes et à ses espérances. L’histoire, les communautés, diverses influences, entre autres, ont construit chacune des traditions masquées et en ont fait ce qu’elle est aujourd’hui. La diversité dans l’unité ; une simple impression de déjà-vu.

 

Relevons les similitudes des fêtes masquées européennes :

Le calendrier : les fêtes s’organisent à des dates ou des moments précis. En général liées aux calendriers officiels ou religieux, ces dates correspondent néanmoins à des moments-clés dans le calendrier de la nature. Les mascarades se concentrent lors de la période hivernale et le début du printemps, période critique pendant laquelle la nature « meurt », le soleil se fait plus rare et la vie est plus dure. Dans certains pays, la période hivernale est également celle qui laisse le plus de temps libre aux paysans, principaux acteurs des mascarades.

Les fonctions : elles peuvent être sociales (pour assurer la cohésion du groupe), profanes (pour divertir), religieuses, naturelles (pour favoriser la fertilité de la nature, fêter les moments forts de l’année agricole), individuelles (initiation, mariage, funérailles), culturelles et touristiques... Ces fonctions ne sont jamais exclusives : plusieurs coexistent pour une seule tradition masquée.

Les personnages : les animaux (Ours, Chèvres, Chevaux), les hommes sauvages, les personnages « entre-deux-mondes » (Diables, Sorcières, Fous, Mendiants, les Vieux...). Remarquons aussi le goût pour l’inversion (l’homme devient Femme ou Prince) et pour les « couples » (Homme/Femme, Beau/Laid) 

Les matériaux des costumes : peaux, matières végétales et cornes sont particulièrement utilisées. Associées aux cloches, elles créent l’homme sauvage ! Toutes les matières peuvent aussi se retrouver : papier, carton, bois, textile, métal, paille, miroirs...des plus naturels aux plus industriels. 

Le déroulement : le contrôle de l’homme sur la nature, la visite au domicile, le don, l’intrigue...

Mais, répétons-le, malgré toutes ces ressemblances, chaque mascarade, chaque costume, chaque fête reste unique.

 

www.mussedumasque.be/

 

Infos techniques

Lat : 50.4092Lng : 4.16556
0 m
3 ans

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.