Déjà inscrit ? Connectez-vous
Onze-Lieve-Vrouw Bezoekingkerk

Onze-Lieve-Vrouw Bezoekingkerk


Wilderen est une agglomération dynamique, fière de sa brasserie et de son circuit cyclotouriste qui sillonne cette région fruitière; elle s’enorgueillit aussi de son église néoclassique, datant de 1858, qui s’accote à une tour romane rectangulaire qui date, elle, des environs de 1150. La tour défensive possède un toit en bâtière exceptionnel couronné de deux croix.
Lors de sa construction, des blocs de granit (provenant de Tirlemont) sont alternés avec de la pierre de Gobertange ainsi que des couches de briques. Cette technique, caractéristique du Brabant, démontre bien que Wilderen se situe à la frontière entre les traditions du Brabant et du Limbourg méridional.
En 1858, l’étroite nef romane est remplacée par une nef néoclassique en briques. Les vitraux, dotés d’une riche iconographie, furent offerts par des familles locales entre 1909 (chœur) et 1925 (nef).
Au-dessus du maître-autel, le tableau représentant « Notre-Dame de l’Assomption » renvoie à l’ancienne dédicace de l’église. Les peintures murales du chœur (1920) par contre, font référence à son nouveau nom.
En ce qui concerne le mobilier, on peut admirer quelques statues du 17e siècle : la Vierge à l’Enfant, en bois polychrome ; saint Sébastien ; saint Roch, également en bois polychrome. Les deux autels latéraux ont été érigés pendant la première moitié du 18e siècle. Datant de la même période, l’église renferme également deux confessionnaux, le pupitre de chœur et un prie-Dieu.
Dans le cimetière, on peut encore admirer d’anciennes croix tombales (16e au 18e siècle). On y trouve la sépulture de la noble famille d’Oultremont, comtes du château de Duras. Le village de Duras ne possédant pas d’église, ils furent enterrés ici.

Sint-Truiden
Lat : 50.8187Lng : 5.14291
0 m
1 an

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris