Déjà inscrit ? Connectez-vous
Omslag van Bruges-la-morte van G. Rodenbach met het titelblad getekend door F. Khnopff, Parijs, Flammarion, 1894 / Couverture de Bruges-la-morte de G. Rodenbach avec le frontispice dessiné par F. Khnopff, Paris, Flammarion, 1894

Omslag van Bruges-la-morte van G. Rodenbach met het titelblad getekend door F. Khnopff, Parijs, Flammarion, 1894 / Couverture de Bruges-la-morte de G. Rodenbach avec le frontispice dessiné par F. Khnopff, Paris, Flammarion, 1894

SYMB 8029

Dans ses poèmes, de 'Jeunesse blanche' (1886) à 'Vies encloses' (1893), Rodenbach a mis en place une série de thèmes qui témoignent d’une même sensation d’immobilité morbide : spleen, réclusion, rituel et conscience d’évoluer dans une vie morte s’y conjuguent en images répétées.

Celles-ci trouveront leur aboutissement en 1891 dans Bruges-la-Morte. L’écrivain y pétrifie le récit comme le peintre – Khnopff en l’occurrence dont la participation dans la mise en oeuvre du roman s’avéra déterminante – suspend le récit. L’état d’immobilité essentielle est suggéré par une suite d’images – vues de béguinages, eaux silencieuses, action réduite à l’état de grisaille – qui s’enchaînent en un jeu d’analogies qui peu à peu s’éclaire pour prendre sens en une forme de 'fantastique réel'.

Polyphoniques, les images se répondent comme autant d’équivalences symboliques. Signes et nuances se déclinent en valeurs et tonalités qui résistent à toute définition précise.

(d'après Michel Draguet, in 'Le Symbolisme en Belgique', Bruxelles, MRBAB, 2010, p. 163)

Brussel
Lat : 50.8428Lng : 4.35155
0 m
1 an

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris