Déjà inscrit ? Connectez-vous
La chapelle Notre-Dame de Forêt et son environnement

La chapelle Notre-Dame de Forêt et son environnement

Cette exceptionnelle chapelle champêtre, édifice de plan central, cumule le style baroque pour l’extérieur et le style rococo pour l’intérieur. Il est, au cœur de l’Ardenne, une manifestation inopinée du rayonnement du patrimoine liégeois. Remplaçant une chapelle neuve du début du XVIIIe siècle, elle-même succédant à d’autres édifices cultuels, l’édifice a été bâti sur un terrain offert en 1747 par Jean-Martin de Hayme, chanoine de Saint-Servais de Maastricht, au nom de son frère Léonard, bourgmestre de Liège et co-seigneur de Houffalize. L’édification de la chapelle débute en 1755, sur les plans de l’architecte liégeois Nicolas Digneffe, ou peut-être de son fils Barthélemy, le second étant bien plus connu et auteur de nombreux bâtiments conservés de nos jours. On accède à l’ensemble, à l’ouest, par un porche ajouté en 1759. Ouvert et de plan carré, il est cantonné de colonnes toscanes. Reposant sur celles-ci, une coupole d’ardoises de section octogonale est surmontée d’un lanterneau aveugle et coiffe à bulbes sous une aigrette de fer forgé au monogramme de la Vierge. Vient ensuite la chapelle en elle-même, éclairée par des baies bombées hautes et quasi oblongues. Elle est protégée par une haute et élégante coiffe d’ardoises hexagonale à l’impériale, décorée par découpe d’ardoises, dont une bonne part du XVIIIe siècle toujours conservées. Le riche décor intérieur, de style rococo-Louis XV, force l’admiration et l’étonnement. Avec ses rocailles animant les lambris et ses boiseries raffinées, la décoration est traitée avec un réel souci de virtuosité. Elle est l’œuvre de Nicolas Mathieu de Salm, et de son fils Guillaume, menuisiers et sculpteurs. De haut pilastres soulignent les angles. Leurs chapiteaux stylisés contrastent avec les chapiteaux composites du chœur. La coupole stuquée, divisée en six quartiers autour du monogramme de Marie dans une gloire dorée, est soulignée de cadres et de rocailles. L’autel repose sur une estrade chantournée. Il se compose d’un antependium (un devant d’autel) orné de fleurs peintes, dans un cadre ponctué de rosaces et aux angles rehaussés de rocailles.

Classement comme monument et comme site le 16 octobre 1975

Infos techniques

Lat : 50.151431Lng : 5.8057271
171 j