Déjà inscrit ? Connectez-vous
La Tourbière de La Pignole
La Tourbière de La Pignole
La Tourbière de La Pignole
La Tourbière de La Pignole

La Tourbière de La Pignole

Crédit : Raymond PICCOLI

La tourbière de la Pignole, profonde de 7,5 mètres, se situe sur la zone géologique de l'Artense. Inventoriée "Espace Naturel Sensible", son patrimoine naturel est peu courant en Auvergne. Elle est sur des terrains privés.
La tourbière de la Pignole est un remarquable lac-tourbière particulièrement diversifié et de bonne intégrité. Le lac, dont la profondeur n’excède pas 7,5 mètres, est colonisé par des radeaux de sphaignes et prolongé par une mosaïque d’habitats tourbeux, implantés dans une aire granitique. Le site est niché dans un talweg formé par le retrait des glaciers, typique du paysage de l’Artense. Des boisements et des prairies, plus ou moins envahies de landes, entourent cette zone humide remarquable. Inventoriée d’intérêt national dans le cadre du programme européen Life-tourbières et classé "Espace Naturel Sensible", la Pignole est caractérisée par un patrimoine naturel peu répandu en Auvergne.

La tourbière de la Pignole était un lac il y a 12 000 ans, qui s’est refermé naturellement depuis. Elle est la seule tourbière du Cantal qui présente toutes les phases d’évolution depuis son origine. C’est l’une des plus belles et des plus riches en biodiversité d’Auvergne et parmi les 22 que compte le massif de l’Artense. "##Histoire

Une tourbière naturelle forme un écosystème

La tourbière de la Pignole s’est formée dans un surcreusement provoqué par le passage des glaciers. Les eaux de pluie et les eaux de fonte des glaciers s’y sont accumulées jusqu'à former un lac il y environ 12 000 ans. Des eaux froides et pauvres en oxygène, qui ne permettent pas à une vie végétale de se développer.

Les plantes ont donc d’abord poussé depuis les bords du lac. Leurs tiges subaquatiques, des rhizomes, se sont lentement enchevêtrées pour former une sorte de grille sous la surface de l’eau, un « tremblant » ou « radeau flottant » dit de « bas marais ». Avec le temps, sont ensuite apparues des sphaignes, une espèce de mousse aquatique qui s’installe dans le lac tout en augmentant son taux d’acidité.

Dans cette eau froide, pauvre en oxygène et fortement acide, les organismes végétaux morts ne se décomposent presque plus. Accumulés sur des milliers d’années, ces restes de végétaux mal dégradés, scirpes et joncs par exemple, finissent par former de la tourbe, une sorte de roche végétale fossile. D’où le nom de tourbière.
La tourbe séchée est traditionnellement utilisée comme combustible.


##Flore et faune

Une flore adaptée qui comprend des plantes carnivores

Le radeau flottant forme un véritable écosystème où se développent de nombreuses plantes, dont des plantes carnivores. Pour survivre dans ce milieu pauvre en éléments nutritifs, elles se sont adaptées en capturant par exemple des insectes afin de trouver l’azote indispensable à leur survie. La droséra, appelée aussi Rosée du soleilou rossalis piège ainsi ses proies grâce à la colle qu’elle secrète sur les poils de ses feuilles.
La tourbière de la Pignole est particulièrement riche en flore : on y trouve cinq espèces protégées au niveau national, le Lycopode inondé le Lycopode inondé, la Rossolis à feuilles rondes et la Rossolis intermédiaire, la Sceuchzérie des marais et l’Andromède à feuille de polium.Quatre espèces sont protégées régionalement : la Laîche à peu de fleurs,le Canneberge, le Saule bicolore et le Rhynchospore brun. Enfin cinq espèces remarquables pour le Cantal : le Rhynchospore blanc, la Gentiane pneumonanthe, la Bruyère à quatre angles, le Narthécie ossifrage et la Parnassie des Marais

Une faune dépendante de son milieu

Insectes et araignées férquentent assidûment la zone, tellement adaptées à ce milieu, qu’elles en sont devenues totalement dépendantes. Certaines espèces d’araignées nordiques ont trouvé refuge dans ce milieu froid après la dernière glaciation du Würm et y vivent toujours.

Le campagnol agreste, petit rongeur des prairies humides, les grenouilles vertes et rousses, les crapauds, des tritons, les couleuvres à collier et les vipères peuplent également cet univers aquatique et végétal.

## Evolution
Les quatre étapes de le la vie d’une tourbière
Le lac actuel, profond de 10 à 15 mètres, de 1,5 ha est donc un vestige d’un lac originel de 20 ha. La tourbière qui l’a remplacé est la seule du département à présenter toutes les étapes de son évolution. Le lac lui-même témoigne du premier stade, où les eaux sont encore libres.

Lors du deuxième stade, dit « pionnier », les plantes à longs rhizomes colonisent les eaux du lac pour former le radeau flottant. Il est visible sur les bords du lac.

En s’éloignant vers l’extérieur, on rencontre la tourbe : le niveau du sol est surélevé, légèrement bombé, montant de 0,2 à 1 mm par an sous l’effet des sphaignes notamment, qui retiennent l’eau. C’est le troisième stade, de gonflement, et la période la plus productive de la vie de la tourbière.

À l’avenir, le lac va continuer à se refermer : ce sera le quatrième stade de son existence. Les sphaignes vont continuer à s’étendre d’abord en surface, puis elles piègeront ensuite l’eau en profondeur, plus aucune eau libre ne circulera. Le sol deviendra ferme. Les pins sylvestres, déjà installés coloniseront ces nouveaux espaces, rejoints par exemple par des bouleaux, des saules, des genévriers, peut-être déjà dans une centaine d’années.
"

Infos techniques

La Pignole
15270 Champs-sur-Tarentaine-Marchal
Lat : 45.428474Lng : 2.633705
174 j

4 Informations complémentaires

Contact

Téléphone : 04 71 78 72 75

Email : info@tourisme-sumene-artense.com

Période d'ouverture

Toute l'année.

Mis à jour par

Office de Tourisme de Sumène Artense - 04/01/2022
Signaler un probleme

Tarif(s)

Accès libre.