Déjà inscrit ? Connectez-vous
Une maison traditionnelle

Une maison traditionnelle

D’origine très ancienne, la ville de Stavelot ne compte malheureusement presque plus de témoins architecturaux datant d’avant 1689, année où un grave incendie ravagea la capitale de la principauté abbatiale. Après le drame, bien des édifices sont reconstruits de manière traditionnelle, en pans-de-bois, bien que ceux-ci aient souvent été masqués par des enduits ajoutés à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Ce fut le cas de cette haute maison d’angle, érigée au XVIIIe siècle, enduite au siècle suivant puis remise à nu dans les années 1970. On aperçoit à nouveau les trois niveaux en pans-de-bois. Ce terme technique définit un ensemble de pièces de charpente assemblées dans un même plan et que l’on appelle indifféremment colombages. Ceux-ci peuvent prendre diverses formes : à grille, en croix de Saint-André ou, comme ici, en quadrillage. Les poteaux de bois peuvent être remplis de hourdis en briques, en plâtre ou en torchis. Dressée sur un soubassement en moellons, cette maison est couverte d’une toiture d’ardoises. Sous la corniche, on aperçoit des blochets, de courtes pièces de charpente placées en oblique entre deux pièces horizontales. Sur deux façades, une plaque et un bas-relief présentant un profil en buste rappellent le souvenir du violoniste François Prume (1816-1849), né dans cette maison. Jeune prodige, il donne son premier concert à l’âge de 7 ans et devient professeur au Conservatoire de Liège à 17 ans.

Classement comme monument le 16 août 1978

Infos techniques

Lat : 50.3954946Lng : 5.9314592
255 j

Les hébergements à proximité