Déjà inscrit ? Connectez-vous
Forêt de conifères du Bois Noir

PR399 Le chemin de la Compagnie

Crédit : Jérémie Mazet

Dissimulée au cœur de la forêt, la balade remonte le discret vallon de la Ribeyrette. L’itinéraire suit en fait le chemin de la Compagnie des Mines, utilisé pour l’exploitation et l’acheminement de la barytine, de la fluorine et de la galène jusque dans les années 1920.
 


A l’entrée d’Aurouze, se diriger vers le village, passer à droite de l’église (clocher à peigne) et descendre un chemin. Devant une maison, tourner à droite. Continuer dans la forêt. Rejoindre le hameau de Barbanson.
Emprunter la route à droite et quitter le hameau. Lorsque la route monte fortement, suivre à gauche le chemin qui longe la Senouire. Passer un pont sur un ru et rejoindre une large piste.
La suivre à droite. Après un large croisement à gauche, emprunter la piste de droite qui descend vers le ruisseau.
Le traverser à gué, délaisser 1 piste à gauche et longer le ruisseau en rive gauche. Le chemin forestier  monte ensuite fortement.
On rejoint une large piste forestière au niveau des ruines de Mandaix. La suivre à droite, toujours tout droit en délaissant les chemins adjacents jusqu’à Aurouze.

9 km
2 h 30 mn
max. 0 m
min. 0 m
336 m
-336 m

Profil altimétrique

Public : Randonneurs occasionnels

Point de départ

Lat : 45.1841414Lng : 3.5811977
18 j

4 informations complémentaires

Départ

Aurouze

Arrivée

Aurouze

Ambiance

La Sénouire, une mine de refuges pour les Chauves-Souris…Les divers événements géologiques ayant forgé cette vallée depuis des milliers d'années ont, entre autres, conduit à la formation de Fluorine et de Barytine, particulièrement accessibles dans les nombreuses gorges et ravins formés par la Sénouire et ses affluents.Ces deux minéraux ont suscités, depuis fort longtemps, l'intérêt de l’Homme et c'est au XIXème que leur exploitation industrielle a débuté. Ainsi plusieurs secteurs ont été exploités jusqu'à la fin des années 1960 – 1970, comme par exemple la concession des Sausses à Chavaniac-Lafayette. Le secteur d'Aurouze a quant à lui été longtemps exploité par des mineurs locaux employés par des sociétés d'investissement, jusqu'à ce que la concession soit rachetée par Péchiney en 1950. Les mineurs ont aujourd’hui quitté cette vallée et ont laissé derrière eux plusieurs dizaines de galeries devenues aujourd’hui autant de gîtes d'hivernage potentiels pour les chauves-souris (ou chiroptères).L’association Chauve-souris Auvergne et le Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne y ont d’ailleurs inventorié 18 espèces de chauves-souris sur les 29 que compte l’Auvergne, dont plusieurs sont rares, et pour lesquelles des mesures de préservation sont mises en place. Citons notamment le Petit Rhinolophe, espèce emblématique du site et dont les effectifs connus en hiver dépassent plusieurs centaines d’individus éparpillés dans les galeries.Fort de cette diversité à laquelle s’ajoute de nombreuses autres espèces animales et végétales rares et menacées, un site Natura 2000 « complexe minier de la vallée de la Senouire », d'une superficie de 1885 ha, a été créé en vue d’assurer leur conservation.

Parking conseillé

Entrée du village.