Déjà inscrit ? Connectez-vous
Eglise Saint-Georges à Saint-Paulien

PR348 Autour du Bourbouilloux

Crédit : Norbert Dutranoy

Le ruisseau du Bourbouilloux, que l’on traverse plusieurs fois, et sa verdoyante vallée offrent un cadre apaisant à cette charmante balade.


De la mairie, par la place des Sabots, gagner la rue Armand et tourner dans la rue de l’Anyade. Après le garage Ford, aller à droite et parvenir à la croix des Pères.
Continuer tout droit et gagner un carrefour. Négliger la voie de gauche partant à Tressac pour suivre, droit devant, la voie en direction du Monet. Franchir le ruisseau du Bourbouilloux puis virer à droite, à gauche puis à droite. Poursuivre sur la route vers Anviac en laissant deux chemins de terre à gauche.
Traverser le hameau.
À la sortie, passer près du lavoir et continuer tout droit dans un chemin sablonneux qui s’élève. Aller droit devant sur 1,5 km.
Prendre à droite le chemin qui franchit le Bourbouilloux 100 m après. Négliger un chemin partant à gauche et poursuivre tout droit sur 750 m.
Avant une bergerie, s’engager à droite sur un petit chemin. Il vire à gauche après la bergerie, s’abaisse pour passer à côté du moulin du Cros. Couper une route perpendiculaire pour suivre de l’autre côté un chemin goudronné assez pentu qui devient par la suite sablonneux. Après quelques virages à gauche et à droite, gagner une croisée de trois chemins.
Prendre à droite le chemin sablonneux qui se dirige vers Saint- Paulien [> vue sur le village et la forteresse de Polignac]. Parvenir à la place du Marchedial, suivre la rue Bolène [> sur la dernière maison à gauche avant la place Jeanne-d’Arc, un cadran solaire daté de 1630] et revenir au point de départ du circuit.

11 km
3 h
max. 0 m
min. 0 m
184 m
-184 m

Profil altimétrique

Public : Randonneurs occasionnels

Point de départ

Lat : 45.1353752Lng : 3.8135874
18 j

5 informations complémentaires

Départ

Saint-Paulien

Arrivée

Saint-Paulien

Ambiance

L’église Saint-Georges de Saint-PaulienCe n’est pas le saint terrassant le dragon que célèbre l’église Saint-Georges de Saint-Paulien, mais le premier évêque du Velay, au début du IVe siècle.Une mosaïque de pierre blanche, grise, noire, beige, brune, rose et mauve émerge des arbres de l’avenue de la Rochelambert et se détache sur le fond de ciel bleu. Le contraste avec les étals multicolores du marché de producteurs, les dimanches d’été, est d’autant plus surprenant. Mais c’est son chevet polygonal à neuf pans à la polychromie très marquée qui retient le plus l’attention. Peut-être est-ce grâce à ces couleurs que l’église collégiale Saint-Georges de Saint-Paulien est un des joyaux des églises romanes d’Auvergne.Bien que sa construction s’étale sur une durée allant du XIIe au XIXe  siècle et intègre des blocs d’origine plus ancienne, cette église présente une homogénéité remarquable. D’anciennes inscriptions visibles dans le contrefort nord entre les deux travées de la nef, et dans le mur ouest du croisillon nord témoignent du réemploi de blocs antiques.Malgré cette explosion de couleurs, l’ensemble reste étonnamment sobre, presque austère. C’est qu’il s’agit d’une église fortifiée comme en attestent mâchicoulis, chemin de ronde et autres éléments défensifs. La façade romane est surmontée d’un clocher datant du XIXe siècle et parfaitement intégré au contrefort de la façade occidentale, malgré sa singularité.Lorsque l’on pénètre dans l’église, cette sensation d’unité persiste. Passé le portail, puis sous l’orgue de 478 tuyaux récemment rénové, s’ouvre une belle perspective. La nef ne compte que deux travées, encadrées d’imposants piliers sur lesquels reposent de profondes arcades destinées à supporter une voûte en berceau brisé de 16 m de diamètre qui se termine en cul de four au-dessus du chœur. Là se trouve l’autel, un bloc de grès antique installé en 1970 et connu sous le nom de « pierre à bœufs » : elle a peut-être été utilisée pour des sacrifices païens...Derrière le chœur, quatre chapelles rayonnantes sont illuminées par les vitraux des années 1950 réalisés par Jacques Le Chevalier. La plupart des chapiteaux présents dans ces chapelles appartiennent à une fabrication standardisée que l’on rencontre dans le Velay. Mais quelques-uns retiennent l’attention  : dans la seconde chapelle, on trouvera un aigle, une très petite sirène mais aussi un visage d’où sortent des serpents ; animaux que l’on retrouve sur un des chapiteaux de la troisième chapelle en train de parler à un personnage. La quatrième chapelle abrite, quant à elle, un chapiteau décoré d’un personnage tenant un livre ouvert entre deux démons. Plus loin, trois têtes dont l’une tire la langue... Représentations de pierre des préoccupations d’alors ou symboles spirituels ?

Accès routier

Saint-Paulien, à 15 km au nord-ouest du Puy-en-Velay par les N 102 et D 906.

Parking conseillé

Place des Sabots (ou place Jeanne-d’Arc).