Déjà inscrit ? Connectez-vous
La Senouire

PR109 La Senouire

Crédit : Jérémie Mazet

La Senouire est le trait d’union entre les communes du canton. En serpentant le long de son cours, vous découvrirez tous les paysages du plateau casadéen et les richesses du patrimoine : croix, pierres des moines, chapelles et viaduc ferroviaire


Rejoindre la cour Lafayette grâce au passage couvert à gauche de la salle de l’Écho. Monter à droite et passer sous la porte monumentale, traverser la route et prendre vers Malvières. Juste après le pont sous la voie ferrée, emprunter le chemin à gauche. Lorsqu’il se scinde, prendre à gauche. Couper une route pour suivre la rue de la Croix-de-Pierre. Au virage, s’engager à gauche sur le chemin. Après 850 m, arriver à une fourche.
Partir à gauche. À la route, aller en face sur le chemin qui entre dans les bois. Rester 2,5 km sur ce chemin principal et parvenir à un croisement.
Obliquer à angle aigu sur la droite. Rapidement, tourner à gauche pour enjamber la Senouire sur un pont. Monter ensuite jusqu’à une fourche. Grimper à droite et déboucher dans La Chapelle-Geneste. Aller à gauche vers l’église, puis à droite. À la sortie du village, prendre la route à gauche. Celle-ci se divise. Continuer à droite, jusqu’au virage.
Quitter la route pour le chemin forestier à droite. À la route, aller à gauche et traverser le hameau de Moranges. Aux dernières maisons, emprunter un chemin sur la gauche [> point de vue]. Il se scinde bientôt. Continuer à gauche. Entrer en forêt, croiser une première route, poursuivre sous les arbres et arriver à découvert sur une autre route.
La traverser et entrer bientôt dans les bois. Parvenir sur une troisième route. La suivre à droite et passer au-dessus de la voie ferrée. Juste après, s’engager à gauche sur un chemin qui descend jusqu’à Jameton. Virer à droite. Déboucher sur la D 19. L’utiliser à droite jusqu’au carrefour. Tourner à gauche vers Charlette-Basse. Après les maisons, la route devient chemin. Dans la montée, découvrir un sentier humide à droite.
Tourner à droite sur ce sentier conduisant à Lachaux. Descendre à droite par deux fois. Plus bas, dans le vallon, arriver à une fourche. Persévérer à droite. Franchir le ruisseau. Dans la montée, ignorer la PR 616 à droite et continuer jusqu’à Lavèze. Descendre à gauche entre les maisons, puis sur un sentier qui rejoint la Senouire.
Virer à droite. Arriver sur la D 4 à l’entrée de Combomas. Passer sur deux ponts, puis prendre la route vers Champces à gauche. Passer sous le pont et parvenir à Champces. Traverser le hameau. À la sortie, emprunter le large chemin sur la gauche. Après un raidillon, à l’embranchement, aller à gauche. À Arfeuilles, contourner la chapelle par la droite.
Aux dernières maisons, emprunter le chemin sur la droite et rejoindre La Chaise-Dieu. Emprunter les escaliers à droite de l’abbaye pour ressortir sur la place de l’Écho.

21 km
5 h 30 mn
max. 0 m
min. 0 m
396 m
-396 m

Profil altimétrique

Public : Randonneurs aguerris
Thématique : Historique

Point de départ

Lat : 45.3206287Lng : 3.6969745
28 j

5 informations complémentaires

Départ

La Chaise-Dieu

Arrivée

La Chaise-Dieu

Ambiance

La Senouire d'un pont à l'autreLa Senouire prend sa source à quelques kilomètres de La Chaise-Dieu et fait pratiquement le tour du plateau avant de se jeter dans l’Allier près de Vieille-Brioude. La rivière est un lien entre les communes du canton, mais aussi un obstacle. Cela explique le très grand nombre de ponts qui permettent de passer d’une rive à l’autre. Certains comme le pont des Guillaumanches sont constitués d’une seule pierre, d’autres plus récents sont fabriqués en bois et, enfin, les plus nombreux sont en granit, un des plus beaux étant celui de Charlette-Basse. La Senouire marque aussi les limites entre plusieurs communes du canton. Son importance historique fut très grande.Les moines créèrent des étangs qui servaient de viviers. Afin de le mettre à l’abri de la vermine, ils y immergeaient le bois coupé dans la forêt du Breuil qu’ils revendaient ensuite à bon prix. On venait aussi y rouir(1) le chanvre. De nombreux moulins furent construits sur le cours de la Senouire pour moudre les céréales et actionner les machines dans les scieries. Certains sont en ruines, mais plusieurs sont restaurés et l’on peut voir les biefs (2) qui amenaient l’eau sur les palles de la roue.De nos jours, deux retenues d’eau tout près de La Chaise-Dieu jouent un rôle important. L’étang du Breuil permet l’alimentation en eau potable du village et les pêcheurs peuvent y pratiquer leur passe-temps favori : carpes, tanches, brochets, perches et truites y sont nombreux. Au plan d’eau de la Tour, les plaisirs aquatiques peuvent être pratiqués, mais c’est aussi un lieu de détente très agréable dans un cadre verdoyant.Dans le cours de la Senouire, les passionnés de géologie peuvent trouver des minéraux intéressants, en particulier du spath fluor, de la baryte et des paillettes d’or près de Lavaudieu…(1) Faire macérer le chanvre dans l’eau pour séparer les fibres textiles de la partie ligneuse.(2) Canal conduisant une partie de l’eau de la rivière sur la roue du moulin.

Accès routier

La Chaise-Dieu, à 41 km au nord-ouest du Puy-en-Velay par la N 102, puis la D 906 à droite.

Parking conseillé

Place de l’Écho, derrière l’abbaye de La Chaise-Dieu.