Déjà inscrit ? Connectez-vous
Musée-Promenade : salles d'exposition

Musée-Promenade : salles d'exposition

Crédit : Office de Tourisme de Digne les Bains et du Pays Dignois

Commentaires pour la visite des salles d'exposition du Musée-Promenade de la Réserve Naturelle Géologique de Haute-Provence.

76 m
1 h
max. 695 m
min. 684 m
8 m
-11 m
Style : En ville
Thématique : Culturel

Point de départ


04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1086Lng : 6.22612
0 m
image du poi
1

Début expo «Destination Pangées, les vies de la terre»

Le rez-de-chaussée, le 1er étage et une salle du 2ème étage sont consacrés à une exposition temporaire intitulée «Destination Pangées, les vies de la terre».

Cette exposition vous propose un fabuleux voyage dans le temps.

A gauche, vous disposez d’une présentation de l’exposition et, à droite, vous pouvez pénétrer dans la première salle.

Bonne visite !

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1086Lng : 6.22612
0 m
image du poi
2

Salle 1 «Destination Pangées, les vies de la terre»

En entrant, vous remarquez, tracé au sol, le symbole de la Terre.

Depuis ses origines, la Terre est une planète «vivante», en constante évolution. Au cours des temps géologiques, les continents qui portent les terres émergées de notre globe se sont regroupés puis séparés, à plusieurs reprises.
La première Pangée, du grec «Pan», qui signifie «Tout», et «Gée», qui signifie «la Terre», daterait de 1,6 milliards d’années.
Ce super continent a été baptisé «Columbia». Il se serait ensuite fragmenté avant que les terres ne se rassemblent à nouveau pour constituer la «Rodinia», il y a environ 1,1 milliards d’années.
Ce processus aurait donné naissance à la Pangée, à la fin de l’ère primaire.
Aujourd’hui, on estime que si le déplacement des continents se poursuit au rythme actuel, le prochain continent unique devrait voir le jour dans environ 250 millions d’années.
Vous pouvez observer ce mouvement de dispersion et de regroupement des terres sur la projection murale.

L’hypothèse du déplacement des continents a été émise au début du 20ème siècle grâce aux travaux d’Alfred Wegener [Prononc. : ?]. Mais ce n’est qu’à partir des années 60 que de nouvelles données, en provenance notamment de l’étude des fonds marins, ont permis de construire le modèle de la tectonique des plaques aujourd’hui largement admis.

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1086Lng : 6.22604
0 m
image du poi
3

Frise temps géologiques «Destination Pangées, les vies de la terre»

Jusqu’au 2ème étage, la frise des temps géologiques va vous servir de guide.
Elle début il y a 540 millions d’années, au début de l’ère primaire.
A chaque pas, vous avancez dans le temps. 32 cm représentent 10 millions d’années !
Au bout du couloir, vous êtes à la fin de l’ère primaire, il y a 250 millions d’années.
Cette période a été marquée par le regoupement des continents, la Pangée, et par la plus grande crise biologique que la Terre ait jamais connue.

Deux espaces sont consacrés à cette période.
Le couloir, sur votre droite, informe sur les causes multiples qui, cumulées, ont pu conduire à une extinction massive de la vie sur Terre. Parmi ces causes, ont peut retenir :
- le volcanisme des Trapps sibériens;
- la libération massive de méthane, puissant gaz à effet de serre provoquant une augmentation de la
température;
- des variations brutales du niveau marin : régression marine associée à une chute de la salinité;
- Chute d’une météorite, dont on aurait retrouvé des traces au large de l’Australie.

Mais aussi l’effet Pangée, conduisant à une réduction des espaces côtiers et à la libération de sulfure d’hydrogène dans l'atmosphère.
Face à vous, la salle intitulée «Et la vie faillit disparaître».

Voilà à quoi ressemble l’échelle des temps géologiques, au moins depuis 250 millions d’années environ.

C’est un système de classement chronologique, de découpage du temps en poupées russes. On distingue les ères : primaire, secondaire, tertiaire et quaternaire. Et, à l’intérieur, les périodes, périodes de temps plus petites, comme le jurassique, par exemple, ou le carbonifère.
L’homme apparaît tardivement dans la longue histoire de la vie. Si l’on concentrait l’histoire de la terre à un tour d’horloge de 12h, l’homme ne ferait son apparition que 17 secondes avant minuit (dessin).
Au fait, et c’est une question vraiment très difficile, comment s’appelle la période géologique dans laquelle nous nous trouvons actuellement (réponse : le quaternaire, considéré par certains comme une ère et par d’autres comme une période ) ?

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1086Lng : 6.22594
0 m
image du poi
4

Et la vie faillit disparaître «Destination Pangées, les vies de la terre»

A la fin de l’ère primaire, plus de 90% des espèces ont été décimées. Sur Terre aussi, c’est l’hécatombe. Bien supérieure à celle de l’extinction des dinosaures, la plus grande crise biologique que la Terre ait jamais connue commence.

Dans les mers, certains groupes disparaissent complètement : trilobites, euryptérides ou scorpions de mer, coraux rugueux et tabulés, poissons cuirassés. D’autres doivent leur renaissance à la survie d’un seul genre. C’est le cas de Miocidaris qui est à l’origine de tous les oursins actuels.

Sur la terre, la liste des victimes est également longue mais plus difficile à chiffrer faute de gisement fossilifère. De nombreux insectes, plantes, reptiles et amphibiens disparaissent, laissant le champ libre aux dinosaures, conifères, tortues et même aux mammifères.

A présent, vous allez prendre les escaliers pour monter au 1er étage.

Sur la première marche vous êtes au début de l’ère secondaire, au Trias, période où apparaissent les premiers dinosaures.
A la 5ème marche, une nouvelle crise biologique marque la fin du Trias.
Vous parviendrez au temps présent sur le palier du 1er étage; l’homme étant apparu alors que vous montiez la dernière marche...

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1086Lng : 6.22584
0 m
image du poi
5

1er palier, documentaire vie dans le futur «Destination Pangées, les vies de la terre»

Après avoir écouté Patrick de Wever, paléontologue au Muséum d’Histoire Naturelle, vous allez reprendre les escaliers qui vous conduiront au deuxième étage.
Vous êtes déjà dans le futur : + 50 millions d’années à la 6ème marche que vous venez de gravir. La Méditerranée est devenue un désert salé et l’Angleterre migre vers le Pôle Nord.
+ 100, +150, +200 millions d’années, vous continuez votre voyage dans le temps. Parvenus sur le palier du deuxième étage, à + 250 millions d’années, les continents sont à nouveau regroupés en une Pangée 2.

Un documentaire fiction sur ce que pourrait être la vie dans le futur, vous est proposé dans la salle, sur votre gauche. Les poulpes des forêts existeront-ils vraiment ?
En sortant de cette salle, vous entendez un bruit d’eau bien agréable. Prenez le couloir. A votre gauche, un aquarium avec un nautile vivant vous attend.
Il se déplace lentement et semble vous fixer.

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1088Lng : 6.22591
0 m
image du poi
6

Les aquariums «Salle permanente : mémoire des océans»

Pourquoi des aquariums dans ce Musée ?
Un panneau situé à votre gauche, vous en dit plus.
La salle «Mémoire des océans» présente côte à côte des fossiles et des animaux vivants qui leur correspondent. Attention, certaines espèces vivantes sont parfois momentanément absentes.
Dans l’aquarium de droite des limules fossiles, datées de -145 millions d’années, côtoient des limules bien vivantes. Saviez-vous que ces limules qui s’échouent sur les plages de la Côte Atlantique Nord Américaine par milliers servaient autrefois d’engrais agricoles ?
Proches des araignées, les limules ont connu leur apogée durant l’ère primaire.

Si vous vous asseyez à présent sur le banc moelleux au pied des escaliers, vous verrez la petite Roussette, l’un des rares squales de Méditerranée et l’un des plus petits requins, faire bon ménage avec les holoturies, ou concombres de mer, les étoiles de mer et les oursins.
Tous ces animaux sont présents dans le règne animal depuis plusieurs dizaines voire centaines de millions d’années.
Observez dans la vitrine, les dents de requin, le crabe fossile et, même, un moulage d’holoturie. Une rareté, lorsqu’on sait que ce sont généralement les parties dures d’un animal qui se fossilisent.

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1088Lng : 6.22601
0 m
image du poi
7

Aquarium méditerranéen «Salle permanente : mémoire des océans»

A votre gauche, un aquarium méditerranéen.
Côté fossiles, des calmars et des rostres de bélemnites. Côté espèces vivantes, des seiches qui chassent à l’affût. ce sont tous des céphalopodes, ceux qui ont les pieds sur la tête.
Observez les pentacrines, en forme d’étoiles, figées dans la pierre.

Et avec un peu chance, essayez d’observer une ophiure vivante.
Sinon, retournez-vous et cherchez-les dans les cinq petits aquariums tropicaux. Ici règnent aussi les oursins : oursins diadèmes avec leurs longs piquants, que l’on appelle «radioles», et oursins crayons.
Regardez leurs homologues fossiles dans les vitrines. Même les piquants se fossilisent ! Etonnant, non ?

Parmi les poissons, remarquez le poisson clown, c’est le fameux Nemo des enfants.
Quant au poisson chirurgien jaune, son comportement dépend entièrement de la taille de l’aquarium. Plus il est petit, plus il se montre agressif. Dans un aquarium spacieux, ses relations avec les autres espèces sont excellentes.

A présent, si vous revenez un peu sur vos pas, avant de repasser sous le porche, vous pourrez admirer des fossiles de nautiles et d’ammonites. Sachez que la dalle à ammonites des Isnards [Prononc. : Inar] est située à moins d‘1Km d’ici.
Lorsque vous sortirez de la salle des aquariums, vous vous dirigerez vers la salle de l’imaginaire ou salle «Autard» [Prononc. : Otar]

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1088Lng : 6.22612
0 m
image du poi
8

Salle de l’imaginaire ou salle Autard «Salle permanente»

Face à vous : le moulage de vertèbres et de côtes d’Ichtyosaure [Prononc. : Iktiosaure]. L’original est visible sur le terrain, dans le cadre du circuit du Massif du Blayeul.

Vous entrez maintenant dans la salle de l’imaginaire géologique ou salle «Autard», du nom de l’artiste qui a mis en scène cette collection unique d’ammonites déroulées géantes.

Ces ammonites vivaient dans les mers de notre région il y a 130 millions d’années.
Comme ces fossiles ressemblent à des cornes de bélier, ils furent surnommés «cornes d’Ammon», un peuple de la bible.
Leur forme si particulière est celle d’un mollusque céphalopode, dont la coquille enroulée en spirale est divisée en loges successives par des cloisons. Les ancêtres des ammonites sont apparues sur terre il y a environ 400 millions d’années et ont disparu en même temps que les dinosaures, il y a 65 millions d’années.
Le nautile est l’animal actuel qui s’en rapproche le plus.
Au fond de cette salle, à droite, un document audiovisuel vous présente la Réserve Géologique de Haute- Provence et vous invite à un voyage dans le temps sur son territoire.

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1088Lng : 6.2262
0 m
image du poi
9

Salle fossiles du territoire «Salle permanente»

Cette salle illustre les étapes de l’histoire géologique de la région à travers ses fossiles les plus caractéristiques.
Ce voyage dans le temps commence à l’ère primaire, par la première vitrine à votre gauche : fossiles de végétaux dans la roche charbonneuse et reconstitution du milieu de son vivant permettent d’imaginer la forêt de type équatorial qui recouvrait les alentours de Digne au Carbonifère, il y a 300 millions d’années.

Toujours à gauche, la vitrine suivante illustre les fluctuations de la mer qui commence à envahir la région au début de l’ère secondaire, au Trias : le climat étant très aride, elle s’évapore et laisse cristalliser du gypse. Après cuisson, celui-ci devient le plâtre, ce qui a constitué une ressource économique locale dans les siècles passés.

Derrière vous, la vitrine suivante illustre l’approfondissement du domaine marin sur la région au début du Jurassique : la faune est résolument marine et correspond à la célèbre Dalle aux Ammonites. On y retrouve par exemple une pentacrine actuelle, blanche, très comparable aux pentacrines fossiles appelés ici «étoiles de Saint-Vincent».

La suite du voyage s’effectuera encore sous l’eau pendant plus de 150 millions d’années. Les vitrines se succèdent en faisant le tour de la salle. Les reconstitutions sont toutes différentes au fil du temps car les faunes se renouvellent. Aux côtés des ammonites aux formes variées, on trouve des coquillages, des poissons, des reptiles même.

Avez-vous remarqué les fossiles de coraux ? Ils évoquent un environnement bien différent d’aujourd’hui à Digne, avec un lagon proche, et un climat tropical ...Comme vous avez pu l’observer dans la salle des aquariums...c’était la fin de l’ère secondaire ...
Attention, l’Ichtyosaure ne vous quitte pas des yeux. Enfin, sa reconstitution, suspendue à côté du moulage du fossile !
De son vivant, c’était un redoutable prédateur des mers de l’ère secondaire, un cousin marin des dinosaures qui vivaient sur les terres émergées. Si vous souhaitez voir l’original, il se trouve prés du village de La Robine, au Nord Est de Digne !

Le pilier coloré qui se dresse à côté de l’Ichtyosaure représente l’échelle des temps universelle des géologues, son découpage en ères, périodes, étages aux noms tantôt étranges, tantôt familiers. Vous pouvez y repérer les noms inscrits sur les vitrines et leurs positions relatives dans le temps.

La salle se termine sur l’image de Digne et sa région il y a une vingtaine de millions d’années, au Miocène. A cette époque, un bras de mer peu profond côtoyait ici les Alpes toutes jeunes, encore en formation. Des fossiles d’huîtres géantes et des empreintes de pas laissés par des oiseaux sur la plage témoignent de ce dernier épisode marin.
L’émersion finale aboutira à la surrection des Alpes, puis à la réalisation des paysages dans lesquels nous évoluons aujourd’hui.

Votre visite à l’intérieur est terminée. Elle va se poursuivre à l’extérieur. Empruntez le sentier des CAIRN qui vous mènera jusqu’au jardin des papillons.

Montée du Parc Saint-Benoît 04000 Digne-les-bains
Lat : 44.1087Lng : 6.2262
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris