Déjà inscrit ? Connectez-vous
Place de la République Française
4000 Liège
+32 4 279 50 71
https://www.liegetourisme.be
ftpl@provincedeliege.be
Route des panoramas : Par-delà les monts... la féerie de l'Ardenne
Route des panoramas : Par-delà les monts... la féerie de l'Ardenne
Route des panoramas : Par-delà les monts... la féerie de l'Ardenne
Route des panoramas : Par-delà les monts... la féerie de l'Ardenne

Route des panoramas : Par-delà les monts... la féerie de l'Ardenne

Crédit : Panneaux

Deux rivières, l’Amblève et la Salm ont taillé des vallées profondes et légendaires ; elles sont entourées par les hautes prairies du plateau de Logbiermé, de Fosse ou de Brume.

Au départ de Trois-Ponts, suivez la Route des Panoramas, deux boucles de 25 km. Trois-Ponts, niché au cœur de trois vallées fascinantes, doit son développement à l’arrivée du chemin de fer en 1867. Une première ligne ferroviaire provient de Spa, via Francorchamps. A l’ouest, le chemin de fer qui remonte la vallée de l’Amblève depuis Remouchamps fut l’objet d’un ouvrage titanesque qui se termina en 1885. De nos jours, quelques tunnels et viaducs parsèment encore le paysage enchanteur.

Pour commencer, le circuit suit le cours de la Salm, autrefois dénommée le Glain. Au niveau géologique, la route se pose sur les roches caractéristiques de la région : les phyllades et les quartzites. Grâce à son débitage en fines feuilles, le phyllade a longtemps été exploité comme matériau de construction. Quelques maisons ardennaises possèdent encore leurs toits en ardoise; vous en apercevez notamment dans le hameau de Spineux, au pied de la côte de Wanne. Au sommet, la vue offre un panorama imprenable, typique de l’Ardenne, formé de crêtes boisées et de villages calmes, dispersés sur les versants. Ces îlots d’habitation situés à mi-pente, sont protégés des vents dominants et des fonds de vallées trop humides.

Le village du bout du monde
L’itinéraire qui mène à Logbiermé trace un sillon dans la verdoyante forêt mystérieuse. Pourtant, aux XVIIe et XVIIIe s, la déforestation atteint son quota maximal. Les écorces des chênes sont utilisées par les tanneries de Malmedy et de Stavelot. Le charbon de bois, fabriqué à outrance, alimente le bassin industriel liégeois en plein essor. Vidé de feuillus, le spectacle est désolant. Au XIXe s, le décor change encore d’aspect. L’exode rural appauvrit les villages ; dès lors, faute de main d’œuvre, les terres sont en jachère et les pâturages abandonnés.
En 1847, une loi impose aux communes de vendre ces terres incultes à des privés. Les mieux situées sont transformées en cultures, les plus pauvres se métamorphosent quand, sont plantés par milliers des épicéas (sapin de l’Ardenne), une essence à croissance rapide et économiquement intéressante.

Peu avant Logbiermé, à 200 m de la route, se situe le Faix du Diable, un curieux amoncellement de quartzite et le point de départ d’une promenade-découverte des sombres légendes de la région… La route grimpe en lacets pour rejoindre Wanne. Un village de caractère qui semble écrasé par l’imposante église Sainte-Madeleine dont la tour daterait du XIIe s. Le château éponyme remonte au Moyen Âge mais son aspect actuel (XVIIIe s.) a peu de rapport avec le Xe ou XIIe s.

Poursuivez la descente vers Aisomont et retour à Trois-Ponts. La première boucle de la Route des Panoramas se clôture ici.

Les haies vives, couloirs naturels La route serpente dans la vallée de Bodeux avant de s’élever vers le Mont Saint-Jacques, via Mont-de-Fosse et Bergeval. Les paysages envoûtants traversés invitent à la féerie et laissent vagabonder l’imagination… Saint-Jacques, patelin situé à 430 m d’altitude, est le lieu de passage des pèlerins en route vers Saint-Jacques de Compostelle. A la forêt sombre et mystérieuse du côté de Logbiermé succède, entre les villages de Fosse et de Haute-Bodeux, un paysage plus ouvert et lumineux. Dans la campagne, les nombreuses haies vives quadrillent la prairie : une aubaine pour le maintien de la biodiversité et l’esthétique paysagère. En longeant ces haies d’aubépines et d’églantiers, remarquez les nombreux fruits qui flamboient sous le soleil. Ils ne servent pas à décorer le chemin. Les chardonnerets, les verdiers, les bouvreuils profitent de ces fruits miraculeux. Ces couloirs naturels conduisent vers une plaine d’altitude céleste. A Basse-Bodeux c’est la rencontre avec la pierre et l’ardoise : un village tranquille dont le centre a été remarquablement réaménagé. Ensuite, le parcours s’offre une dernière côte pour rejoindre la région des lacs… Du village de Brume, l’ancien méandre de l’Amblève à Coo est encore visible. Au XVIIIe s., les moines de l’abbaye de Stavelot taillent dans la colline pour couper la courbe de la rivière.

A l’endroit de la jonction, coule une nouvelle cascade, celle de Coo aux pieds de laquelle les moines installent un moulin à eau. Au XXe s., les hommes profitent du méandre asséché pour construire un lac artificiel, ceinturé par deux barrages : un ouvrage d’art colossal qui fait partie des éléments de la centrale électrique de Coo, délivrant 900 mégawatts. Construite en 1971, elle fonctionne avec un système de turbines et de pompes. A 500 mètres d’altitude, les deux lacs supérieurs accumulent une importante quantité d’eau, pompée durant la nuit. En cas de fortes demandes d’électricité, les deux lacs se vident et propulsent l’eau vers le lac inférieur, via des turbines qui entraînent les alternateurs.

La Route des Panoramas se clôture à Brume avant de plonger abruptement vers Trois-Ponts.

46 km
max. 0 m
min. 0 m
1024 m
-1021 m

Accessibilité

Styles : À la campagneEn villeMontagne
Publics : RoutardRandonneurs aguerris
Thématique : Balade nature

Les hébergements à proximité

Point de départ

2 Rue du Centre
4980 Trois-Ponts
Lat : 50.37223Lng : 5.87208
0 m
45 j
image utilisateur

Tour Leroux de Trois-Ponts

Tour en bois sur une promenade balisée au départ de...Lire la suite

Lat : 50.35288Lng : 5.91771
0 m