Already registered ? Log in
Les vieux bras de la Sambre

Les vieux bras de la Sambre

Sur la Sambre médiévale, Floreffe était le seul point d’arrêt entre Namur et Châtelet, la localité possédait un port, un chemin de halage et même un pont.

Bien avant l’apparition du chemin de fer et la création de routes lors de l’industrialisation de la Basse-Sambre, la rivière était le principal moyen de transport. Au fil des siècles, de nombreuses améliorations furent apportées au cours d’eau. Approfondissement, élargissement, consolidation des berges, création de barrages et d’écluses, tout pour rendre la navigation plus aisée.

C’est dans les années soixante que les derniers grands travaux eurent lieu pour donner à la Sambre sont aspect actuel. Avec la suppression de nombreux méandres, la distance navigable entre Namur et Charleroi fut considérablement réduite, de même que la durée des transports.

Mais que sont devenus les anciens méandres abandonnés ?

Le plus ancien est celui connu comme « La vieille Sambre », au pied de Mauditienne, il fait depuis longtemps le plaisir des pêcheurs et est jalousement gardé par les habitants de « l’île ».

Plus en amont, à la limite de Franière, la Zone naturelle d’Hamptia, au pied du bois de Nangot, lui-même en site Natura 2000. Cette zone de plus de six hectares recèle près de 170 espèces florales, une vingtaine d’espèces de papillons et une bonne cinquantaine d’espèces d’oiseaux.

Enfin, à la limite de Franière et Soye, la noue, également en site Natura 2000. Là, ce sont plutôt les essences d’arbres qui attirent avec les ormes, frênes et érables, mais le martin-pêcheur y est bien présent également.

On est loin des « Rives fleuries » qui donnèrent peut-être son nom à Floreffe, mais elles sont toujours au moins bien vertes.

Lat : 50.4371Lng : 4.74712
0 m
2 years

Be the first to comment !

By going on your visit, you accept the use of cookies improving your navigation. Click here to know more. You can also refuse personalized ads.