Déjà inscrit ? Connectez-vous
Le pont, les lavoirs et les « patouillets » de Dommarien

Le pont, les lavoirs et les « patouillets » de Dommarien

- Un vieux pont de pierre classé Monument Historique franchit la Vingeanne. Le 15 juillet 1760, le syndic Thibaut YENVEUX réunit au son de la cloche tous les habitants du village : on reconnaît que le vieux pont tombe en ruines de toutes parts. L’adjudication des travaux est faite au sieur Jean Baptiste Menne, maçon à Langres le 9 juillet 1774 pour la somme de 4200 livres. Il en coûtera finalement 4578 livres. Le nouveau pont est construit avec des pierres taillées dans une carrière de Courcelles Val d’Esnoms. Les habitants devront payer 2736 livres en deux ans ; pour le reste la commune a vendu des terres et des bois. Il semble qu’il n’y ait pas eu de subventions !
- Le 21 juin 1826, une ordonnance royale autorise la création de lavoirs à minerai de fer installés au niveau du moulin du bas (les patouillets). Ils servaient à séparer le minerai de fer de la terre. Ce minerai venait de Dommarien et de la région d’Auberive. L’eau boueuse des patouillets a d’abord été évacuée vers la rivière, mais à la suite des protestations des habitants des villages en aval qui s’en servaient pour abreuver le bétail, l’eau est ensuite dirigée vers des puits perdus. On ne parle plus des patouillets à partir de 1860.
Aujourd’hui les eaux de la Vingeanne disparaissent en totalité dans le sol à la sortie du village. Ces trous appelés andouzoirs semblent correspondre aux anciens puits perdus des patouillets. Les recherches n’ont pas permis de prouver, comme certains l’affirment, que les eaux réapparaissent au Creux Janin à Cusey.

D7 52190 Dommarien
Lat : 47.6862Lng : 5.34548
0 m

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez iciJ'ai compris