Déjà inscrit ? Connectez-vous
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines
La vallée aux Moines

La vallée aux Moines

Crédit : Genêt ailé (crédit : CBNBP)

Cette vallée sèche, aux frontières de la Sologne, est une singularité géologique. Les flancs du vallon sont constitués de colluvions argilo-siliceux, tandis que le fond est constitué de calcaires marneux. On retrouve donc, en plus des landes et chênaies acidiphiles typiques de Sologne, des pelouses sur sables calcaires, formant une configuration rare en Sologne.
De nombreuses espèces patrimoniales sont présentes en ces lieux et le vallon est, de ce fait, classé en ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique) depuis 2003.
Un point complémentaire vous apportera des informations sur les espèces en présence.

2 informations complémentaires

Un partenariat CD45/CBNBP pour améliorer et promouvoir la connaissance de la flore du département du Loiret

Dans le but de valoriser et de mieux prendre en compte la flore des sentiers de randonnées et plus largement celle du département, un partenariat s'est constitué entre le Conseil départemental du Loiret et la délégation Centre-Val de Loire du Conservatoire botanique national du Bassin parisien.
Ces deux structures travaillent depuis de nombreuses années en étroite collaboration afin d'allier entretien des routes et protection de la flore des emprises vertes, et plus récemment sur les sentiers de randonnée. L'objectif de ce dernier axe est, entre autres, de souligner auprès des promeneurs les richesses botaniques que recèlent les nombreux circuits qui parsèment le département.

Espèces à observer dans la vallée aux Moines

Dans les végétations de landes, croissent des espèces typiques et patrimoniales comme la Bruyère à balais (Erica scoparia), haute bruyère aux fleurs verdâtres, le Genêt ailé (Genista sagittalis), petit genêt dont les tiges sont pourvues de larges ailes, le Ciste en ombelle (Cistus umbellatus) ou encore le Sésamoïde pourpré (Sesamoides purpurescens).
On peut facilement trouver au bord du chemin la Renoncule des marais (Ranunculus paludosus) ainsi que le Bugle de Genève (Ajuga genevensis).

Les pelouses des sols calcaires au fond du vallon permettent quant à elles d'observer la Germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys) ainsi que la Campanule agglomérée (Campanula glomerata), toutes deux appréciant les sols basiques.

Soyez le premier à commenter !

En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre navigation. Pour en savoir plus, cliquez ici. Vous avez également la possibilité de refuser la publicité personnalisée.